ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 19 Avril 2019

TECHNOLOGIES - Publié le 12/07/2018 à 12:27


Complexe, le marché des courriers recommandés électroniques aiguise les appétits



Lire des courriers recommandés sans aller à la Poste: ce sera théoriquement possible à partir du 1er janvier 2019, même si la mise en place du système s'avère aussi complexe que le potentiel du marché est énorme.

Le gouvernement a publié début mai le décret qui fixe la règle du jeu pour des courriers recommandés électroniques, consultables en ligne, ayant la même valeur juridique que des recommandés papier.

Plusieurs opérateurs sont en train de se préparer pour proposer ce service, dont les poids-lourds La Poste et Neopost.

Mais une petite start-up, AR24, a pris une longueur d'avance en étant la première et la seule pour l'instant à décrocher la qualification européenne eIDAS, qui sera nécessaire pour pénétrer cet énorme marché (240 millions de recommandés envoyés chaque année).

"Nous disposons d'une infrastructure archi-sécurisée", et "nous avons été audités par l'Anssi (agence nationale de la sécurité des systèmes d'information)" avec succès, explique Guillaume de Malzac, le patron d'AR24, qui emploie une dizaine de salariés.

En face, les concurrents d'AR24 cravachent pour la rattraper obtenir les agréments nécessaires.

Neopost espère "à 99%" être prêt pour l'échéance, assure Stéphane Giverne, directeur marketing chez Neopost France.

Quand au géant La Poste, il reconnaît qu'il ne sera sans doute pas tout à fait prêt pour le 1er janvier.

"Il faudra peut-être attendre un ou deux mois supplémentaires" après le 1er janvier pour que le dispositif soit prêt, en fonction des délais d'audit, estime Olivier Torres, responsable du dossier à la Poste.

La lettre recommandée électronique existe depuis plusieurs années, mais sa valeur juridique n'est pour l'instant pas équivalente dans tous les cas à celle de la lettre physique.

Son usage est donc resté marginal, puisque selon la Poste, elle représente aujourd'hui environ 0,1% des envois totaux de lettres recommandées.

Les acteurs du marché s'attendent à ce que le marché explose avec cette nouvelle formule, compte tenu de son intérêt pratique.

"Faire la queue le samedi matin pour aller chercher sa lettre recommandée, peu de Français apprécient cette démarche... C'est beaucoup plus facile de le faire de chez soi, au moment où on a prévu de le faire", indique Stéphane Giverne de Neopost.

- identité numérique fiable -

Reste toutefois un problème à résoudre pour que le système fonctionne: l'opérateur doit prouver qu'il a bien remis le recommandé électronique au bon récipiendaire, avec la même fiabilité que le face-à-face avec le postier ou le facteur pour le recommandé traditionnel.

Si le récipiendaire est une entreprise, pas de problème a priori, les méthodes d'identification électronique sont déjà en place et ont fait leurs preuves.

Pour les particuliers, cela s'avère plus compliqué, car la France n'a pas mis encore mis en place de système d'identité numérique suffisamment fiable, contrairement à nombre de pays européens comme l'Allemagne ou le Portugal.

France Connect, l'identifiant commun qui permet d'accéder aux services publics numérisés, n'offre pas encore de version assez robuste pour satisfaire aux exigences du recommandé électronique.

La Poste a commencé à proposer une identité numérique solide, reposant sur la remise d'identifiants et de code d'accès lors d'un rendez-vous en face à face avec un postier.

Mais le système est encore peu diffusé, avec seulement 150.000 personnes inscrites, selon la Poste.

Les autres opérateurs sont en train de chercher à définir leur propre système.

AR24 cherche par exemple à mettre en place un système fonctionnant exclusivement en ligne, où le particulier obtiendrait en ligne son identité numérique, via la comparaison d'un selfie et de la photo de sa pièce d'identité.

Neopost envisage la solution d'une carte à code, qui serait remise via un recommandé traditionnel... à aller chercher à la Poste.

M. Giverne espère de son côté que législateur demandera un jour à la Poste de partager avec les autres opérateurs ses identités numériques, comme une mission de "service public".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Les robots en action à la Cité des sciences
Le streaming de jeux vidéo, une fausse bonne idée?
Les robots permettent aux poissons et aux abeilles de communiquer entre eux pour la première fois
La réalité virtuelle à la rescousse dans la gestion des catastrophes
Streaming, manette, studio: Google veut révolutionner le jeu vidéo
Ces Cubains qui défient le gouvernement grâce aux réseaux sociaux
La cassette audio n'a pas dit son dernier mot
Nouvelle étape du tour du monde du bateau laboratoire Energy Observer
Première mondiale à l'aéroport de Lyon, qui lance un service de robot voiturier
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Des archéologues ajoutent l'urine à leur boîte à outils
Argentine: découverte d'un cimetière de dinosaures datant de 220 millions d'années
L'un des plus grands mammifères terrestres découvert au Kenya
Le plus gros perroquet du monde profite du réchauffement climatique
Vivre comme sur Mars? Une base ouvre dans le désert chinois
 LES PLUS LUS 
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Le petit-déjeuner ne favoriserait pas forcément la perte de poids
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
L'image que l'on a de son corps peut dépendre de l'entourage
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Le désert médical, un mal dont souffrent les Français des villes moyennes
Ouganda: saisie d'ivoire et d'écailles de pangolin, deux Vietnamiens arrêtés
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.242 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.