ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 22 Fevrier 2019

TECHNOLOGIES - Publié le 21/07/2018 à 16:31


De Paris à Séoul, des cinémas toujours plus high-tech


AFP

Images sur les côtés, écran géant ou fauteuils qui bougent: de Paris à Séoul les cinémas parient de plus en plus sur la technologie pour faire des films une expérience unique, à l'heure de la concurrence grandissante des plateformes en ligne.

Au cinéma Pathé Beaugrenelle à Paris, cris, rires ou applaudissements accompagnent la projection d'"Ant-Man et la guêpe" dans la salle équipée depuis mercredi des deux technologies ScreenX et 4DX.

Les spectateurs - surtout des adolescents - peuvent voir à certains moments simultanément des images devant eux et latéralement, tandis que, comme dans un manège, les sièges bougent et vibrent pour accompagner l'action du film, le public recevant gouttes d'eau ou air chaud.

"C'était magique!", commente Gustavo Mattos, un Brésilien de 14 ans, à la sortie. "On se sent plus dans le film. Les sensations, c'est que du bonus", renchérit Benjamin Betito, 16 ans.

C'est la deuxième salle au monde, après une première à Séoul, équipée de ces deux technologies du groupe sud-coréen CJ 4DPLEX, moyennant 8 euros de supplément sur le prix du billet (trois euros pour le seul ScreenX).

Après avoir multiplié depuis mars 2017 les salles en 4DX, qui associe mouvements des sièges et effets sensoriels tels que vent, pluie, brouillard (32 salles prévues d'ici fin 2018 en France), les cinémas Pathé Gaumont se lancent maintenant dans le ScreenX, format immersif à 270 degrés, avec deux salles à Paris.

Créée en 2012, cette technologie, concurrencée notamment par le groupe belge Barco, est implantée aujourd'hui dans plus de 145 salles dans le monde, dont 86 en Corée du Sud et 44 en Chine.

- séduire les ados -

Quelques semaines plus tôt, c'est CGR, autre exploitant majeur en France, qui inaugurait à Paris une nouvelle salle "premium" ICE (Immersive Cinema Experience), alliant confort et technologie, pour des prix variant entre 8 et 15 euros.

Au programme: fauteuils club inclinables, projection laser haut de gamme, son Dolby Atmos et panneaux lumineux sur les côtés pour plonger le spectateur dans une ambiance immersive avec la technologie LightVibes, inventée par Philips et adaptée par CGR à ses salles.

"Si vous n'évoluez pas technologiquement, les ados ont tendance à rester sur la tablette", explique Jocelyn Bouyssy, directeur général du groupe CGR, qui a déjà ouvert 19 salles ICE en France depuis fin 2016, et est en discussions pour en vendre à l'étranger.

"Pour que le spectacle en salles reste quelque chose d'incroyable, il faut apporter de nouvelles choses aux spectateurs, surtout aux jeunes", estime également François Bertaux, directeur des opérations de Pathé.

- tendance mondiale -

"Maintenant qu'on est passé à la projection numérique, au début des années 2010, c'est comme si on avait lâché les fauves. Il n'y a pas une semaine sans qu'il y ait une innovation technologique annoncée", explique Jean-Marie Dura, auteur en 2016 d'un rapport sur "la salle de cinéma de demain".

"C'est vraiment une tendance mondiale", principalement dans les multiplexes, emmenée par les États-Unis et l'Asie, ajoute-t-il.

Parmi les groupes lancés dans cette course à la technologie, le canadien IMAX, qui équipait fin mars 1.382 salles dans le monde avec ses écrans géants, est "clairement en tête", souligne-t-il.

Il est concurrencé notamment par l'américain Dolby, avec sa technologie Dolby Vision, exploitant une large palette de couleurs et de contrastes (150 écrans dans le monde), le sud-coréen Samsung qui a lancé une première salle LED 3D (sans projecteur) en mars à Zurich ou le français Ymagis, qui vient d'équiper un premier cinéma en Chine avec sa technologie EclairColor.

"Toutes ces innovations nous tirent de plus en plus vers un cinéma d'ingénieurs" pour des "films à grand spectacle", relève Jean-Marie Dura.

Mais, estime-t-il, elles "ne se font pas au détriment des films plus qualitatifs". "Il s'agit toujours de donner au spectateur l'envie de sortir".

La Gaming Academy, une école pour e-sportifs à Lyon
Au Bénin, des classes mobiles pour réparer la fracture numérique
L'intelligence artificielle d'IBM moins convaincante qu'un humain
Netflix a dépassé les 5 millions d'abonnés en France, 4 ans et demi après son lancement
Des éditeurs américains de jeux vidéos bousculés par le carton Fortnite
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
Osmosis : Netflix lance sa nouvelle série originale française en mars
Transpolis, ville fantôme où s'élabore la mobilité de demain
Des robots humanoïdes déployés dans des maisons de retraite privées
Nintendo: une nouvelle Switch attendue pour contrer l'essoufflement
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une tortue géante que l'on pensait éteinte découverte aux Galapagos
L'intelligence artificielle efficace pour diagnostiquer des maladies pédiatriques
L'Allemagne veut interdire les thérapies de conversion des homosexuels
USA: bientôt d'autres choix que Monsieur et Madame sur les billets d'avion
Une brève anesthésie générale subie pendant l'enfance ne perturberait pas le développement
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.052 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.