ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 21 Mai 2019

INSOLITE - Publié le 25/07/2018 à 23:17


Le Bus 26, autobus gastronomique itinérant dans les campagnes françaises



De loin, c'est un gros autocar vert sapin perdu au milieu des champs avec vue sur les spectaculaires volcans d'Auvergne. De près, un restaurant gastronomique itinérant, unique en France, qui sillonne cette région peu peuplée pour se rapprocher de ses hôtes.

Lancé il y a quatre ans, le "Bus 26" fait étape tous les mois sur une place de village, la cour d'un vieux château ou en pleine nature, dans la campagne du Puy-de-Dôme et de l'Allier, au centre de la France. Avec à son bord, le chef Charles Moncouyoux, en bas aux fourneaux, et sa femme Mélina, qui s'occupe du service en salle à l'étage.

Le couple a fait ses gammes chez deux grands chefs de Haute-Loire: Régis Marcon, à Saint-Bonnet-le-Froid, trois étoiles au guide Michelin, puis Philippe Brun, un macaron à Alleyras.

Avant de se lancer dans la "bustronomie", ils envisagent de s'installer dans un restaurant en dur. Un dîner sur une péniche à Paris changera la donne. "On a adoré l'idée. Sauf qu'en Auvergne, c'est mission impossible. On a donc détourné l'idée sur la route", relate Charles Moncouyoux.

Ils dénichent un bus de tourisme à deux étages, avec déjà des kilomètres au compteur, et lui offrent une nouvelle vie. Montant de l'opération: 490.000 euros. L'habitacle est entièrement désossé et le toit rehaussé de 50 centimètres, "pour que cela devienne une véritable salle de restaurant".

Résultat: une capacité d'accueil de 26 couverts et un intérieur confortable et épuré, couleur bois, avec vue panoramique. Les tables comme les épais fauteuils gris sont amovibles et l'espace suffisant pour se sentir à l'aise.

Le bus est raccordé en électricité au poteau le plus proche et ses réserves d'eau permettent de tenir une journée, services de midi et du soir compris, avant son retour au local technique.

- "Découvrir la grande cuisine" -

Le concept de restaurant ambulant existe déjà mais ici, on n'avale pas de kilomètres en mangeant, pour "éviter le mal des transports". Autre inconvénient majeur des "croisières bustronomiques": "quand on roule, on ne peut pas cuisiner. C'était hors de question de faire du réchauffé", ajoute celui qui fut le commis du chef Serge Viera lors de sa victoire au concours de cuisine du Bocuse d'Or en 2005, "une expérience inoubliable".

Dans sa cuisine miniature de quatre mètres carré, où il ne tient pas partout debout, tout est rangé. Au millimètre près. "C'est un peu comme dans les conditions du Bocuse. Pas droit au bazar. Il faut sans cesse être ordonné, chaque espace compte", sourit le jeune chef de 33 ans, en apposant des pétales délicats sur des mises en bouches.

Dans les assiettes, "du 100% fait maison". Les préparations préliminaires, glaces et fonds de sauce, sont conçues dans un local technique par Aurélie, leur unique salariée.

La carte, volontairement réduite, change très régulièrement et met les produits locaux à l'honneur. "On travaille avec le maraîcher, le fromager et le boucher du coin, au maximum. C'est inutile d'aller loin alors que j'ai tout à proximité, et très souvent de qualité. L'idée, c'est aussi d'apporter une dynamique dans les villages où on s'arrête", souligne le restaurateur.

"Ça crée un peu d'animation", confirme Jacques Barbecot, maire de Pulvérières, où s'est installé provisoirement le bus, à 900 mètres d'altitude. "Ils permettent à des gens qui n'ont pas l'habitude d'aller dans des restaurants gastronomiques en ville de découvrir la grande cuisine", renchérit l'édile de cette commune rurale de 420 habitants.

Le bus n'attire pas seulement les locaux: 40% de la clientèle vient de loin, alléchée parfois depuis la Suisse, la Belgique et même l'Angleterre. Les réservations, ouvertes tous les 21 décembre, sont complètes un an à l'avance.

Devant un tel succès, pas question toutefois de développer une flotte de bus. "Sinon, je ne serai plus cuisinier", argue Charles Moncouyoux, qui prévoit de mettre fin prochainement à l'aventure. Le couple se laisse "deux ou trois ans", pour répondre aux demandes des communes d'Auvergne avant de lancer un autre concept, aussi "innovant et surprenant". Mais encore secret.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Embrasse ta vache, le défi qui ne fait pas rire l'Autriche
Le Népal balaye la découverte d'empreintes de yéti
Quand les fans de Star Wars fabriquent leurs propres sabres laser
Un serpent à trois yeux découvert en Australie
Morts de la peste après avoir mangé de la marmotte crue
A Cocullo, dans les Abruzzes, les serpents sont rois le temps d'une procession
L'armée indienne publie des empreintes du Yéti sur les réseaux sociaux
Inde: un candidat aux élections accusé de cruauté envers un âne
En Chine, le cafard s'introduit dans les assiettes
Un python de plus de 5 mètres capturé en Floride
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le déclin des abeilles menace la sécurité alimentaire mondiale, selon la FAO
Au Chelsea Flower Show, des jardins du futur face au changement climatique
La neutralité carbone en France est possible, disent de grandes entreprises
Une montée des océans de 2 mètres plausible d'ici 2100
Comment les mères bonobos aident leurs fils à se reproduire
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.048 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.