ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 26 Septembre 2018

SCIENCE - Publié le 03/08/2018 à 18:10


Sur le site de Stonehenge, certains défunts seraient d'origine galloise



Des chercheurs ont réussi à lever un coin du voile sur l'origine des individus enterrés à Stonehenge, le célèbre site mégalithique préhistorique anglais: certains viendraient de l'ouest du Pays de Galles, tout comme certaines pierres du monument.

Situé dans la plaine de Salisbury dans le sud-ouest de l'Angleterre, Stonehenge se compose de plusieurs ensembles concentriques de pierres. Commencée il y a 5.000 ans, son édification s'est faite en plusieurs étapes.

"On savait déjà par de précédentes études que les +pierres bleues+, utilisées au début de la construction de ce site néolithique, provenaient du Pays de Galles", déclare à l'AFP Christophe Snoeck, principal auteur de l'étude publiée jeudi dans Nature Scientific Reports. "Mais on ignorait l'origine des individus enterrés à Stonehenge" car ils ont été incinérés préalablement, ce qui empêche l'analyse ADN.

Grâce à une technique d'analyse isotopique utilisée sur de petits fragments d'os de défunts, les scientifiques ont démontré que sur 25 individus examinés, 10 d'entre eux, "soit 40%", n'habitaient pas près de Stonehenge "pendant la dizaine d'années qui a précédé leur mort".

Ils venaient de plus loin et pour certains de l'ouest du Pays de Galles, souligne Christophe Snoeck.

Or l'on sait depuis les années 1920 que les "pierres bleues" de Stonehenge (deux roches volcaniques, la dolérite et la rhyolite) proviennent des collines de Preseli, au Pays de Galles, à plus de 200 kilomètres de là.

Tout cela "suggère que les habitants des monts Preseli ne se sont pas contentés de fournir les +pierres bleues+ rangées en cercle de Stonehenge mais qu'ils se sont déplacés en même temps que ces pierres et qu'ils ont été enterrés sur le site", avance John Pouncett, de l'Ecole d'archéologie d'Oxford, coauteur de l'étude.

Cette découverte a été rendue possible par des avancées récentes en datations isotopiques (au strontium), qui ont permis d'analyser des restes incinérés à très hautes températures.

Christophe Snoeck, qui est chimiste de formation, a été l'un des moteurs de ces progrès expérimentaux, alors qu'il effectuait son doctorat à l'Ecole d'archéologie d'Oxford. Il est à présent à l'université VUB (Vrije Universiteit Brussel) de Bruxelles.

Kilo, ampère, kelvin... Petite révolution à venir dans les unités de mesure
Des tests ADN pour mieux traquer les trafiquants d'ivoire
Il y a 50 ans, le sauvetage des temples égyptiens d'Abou Simbel
Portugal: un vaisseau de la route des Indes découvert au fond du Tage
Le plus ancien animal sur Terre était ovale et plat
Sans arêtes ni écailles, trois nouvelles espèces de poisson identifiées dans les abysses
La plus ancienne brasserie du monde découverte en Israël
Un hashtag préhistorique serait le plus ancien dessin au crayon
Luzia, fossile humain de 12.000 ans, réduite en cendres à Rio
Coccinelles arlequin: un seul gène à l'origine d'une grande variété de motifs
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Kilo, ampère, kelvin... Petite révolution à venir dans les unités de mesure
Des tests ADN pour mieux traquer les trafiquants d'ivoire
Il y a 50 ans, le sauvetage des temples égyptiens d'Abou Simbel
Portugal: un vaisseau de la route des Indes découvert au fond du Tage
La médiatisation du terrorisme influence les déséquilibrés
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.033 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.