ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 18 Mars 2019

SCIENCE - Publié le 03/08/2018 à 18:10


Sur le site de Stonehenge, certains défunts seraient d'origine galloise



Des chercheurs ont réussi à lever un coin du voile sur l'origine des individus enterrés à Stonehenge, le célèbre site mégalithique préhistorique anglais: certains viendraient de l'ouest du Pays de Galles, tout comme certaines pierres du monument.

Situé dans la plaine de Salisbury dans le sud-ouest de l'Angleterre, Stonehenge se compose de plusieurs ensembles concentriques de pierres. Commencée il y a 5.000 ans, son édification s'est faite en plusieurs étapes.

"On savait déjà par de précédentes études que les +pierres bleues+, utilisées au début de la construction de ce site néolithique, provenaient du Pays de Galles", déclare à l'AFP Christophe Snoeck, principal auteur de l'étude publiée jeudi dans Nature Scientific Reports. "Mais on ignorait l'origine des individus enterrés à Stonehenge" car ils ont été incinérés préalablement, ce qui empêche l'analyse ADN.

Grâce à une technique d'analyse isotopique utilisée sur de petits fragments d'os de défunts, les scientifiques ont démontré que sur 25 individus examinés, 10 d'entre eux, "soit 40%", n'habitaient pas près de Stonehenge "pendant la dizaine d'années qui a précédé leur mort".

Ils venaient de plus loin et pour certains de l'ouest du Pays de Galles, souligne Christophe Snoeck.

Or l'on sait depuis les années 1920 que les "pierres bleues" de Stonehenge (deux roches volcaniques, la dolérite et la rhyolite) proviennent des collines de Preseli, au Pays de Galles, à plus de 200 kilomètres de là.

Tout cela "suggère que les habitants des monts Preseli ne se sont pas contentés de fournir les +pierres bleues+ rangées en cercle de Stonehenge mais qu'ils se sont déplacés en même temps que ces pierres et qu'ils ont été enterrés sur le site", avance John Pouncett, de l'Ecole d'archéologie d'Oxford, coauteur de l'étude.

Cette découverte a été rendue possible par des avancées récentes en datations isotopiques (au strontium), qui ont permis d'analyser des restes incinérés à très hautes températures.

Christophe Snoeck, qui est chimiste de formation, a été l'un des moteurs de ces progrès expérimentaux, alors qu'il effectuait son doctorat à l'Ecole d'archéologie d'Oxford. Il est à présent à l'université VUB (Vrije Universiteit Brussel) de Bruxelles.

Des lycéens enfilent la blouse de chercheurs pour étudier les tiques
Comment ragoûts et yaourts néolithiques ont sans doute conduit au f et au v
La peau s'expose à Paris
Chez les chimpanzés, la diversité culturelle aussi est victime des humains
L'intelligence des arbres décryptée par les chercheurs
Un document inédit d'Albert Einstein émerge du passé
Le Cern part à la recherche des particules associées à la matière noire
A Londres, la science au service de la lutte contre l'exploitation forestière illégale
Mexique: découverte d'un trésor scientifique sur un site maya
Des ingénieurs inventent des capteurs sans fil pour les bébés en couveuse
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les séniors se sentent plus jeunes lorsqu'ils ont l'impression d'avoir le contrôle sur leur vie quotidienne
Oeufs, cholestérol et risques cardiaques, l'éternel débat
Une reconnaissance au travail positive améliore la santé physique et mentale
Près de Chartres, un refuge accueille animaux de cirque ou de laboratoires
Des lycéens enfilent la blouse de chercheurs pour étudier les tiques
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.028 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.