ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 26 Septembre 2018

PLANETE - Publié le 04/08/2018 à 13:15


Les villes, des bulles de chaleur à rafraîchir



Sols artificiels, peu d'arbres, activités humaines... Il fait souvent plus chaud en ville qu'à la campagne mais le phénomène d'"îlots de chaleur urbains" est particulièrement marqué pendant les canicules qui peuvent transformer les villes en four.

- Un microclimat urbain -

A la campagne, la végétation utilise le soleil et l'eau du sol pour la photosynthèse, puis restitue à l'atmosphère l'eau puisée dans le sol. La nuit, cette "évapotranspiration" s'arrête.

Mais en ville, les surfaces largement imperméables emmagasinent l'énergie solaire. Et pendant la nuit, ces bâtiments, routes en bitume et trottoirs relâchent dans l'air la chaleur accumulée.

Résultat, il fait souvent plus chaud dans une ville qu'en périphérie, un phénomène encore plus marqué pendant les canicules, et la nuit.

"L'été, on peut observer des différences de températures de l'ordre de 4°C en moyenne la nuit entre Paris intra-muros et les zones les plus fraîches de la région. Mais en condition de canicule, le phénomène peut doubler en intensité et atteindre 8°C de différence", explique Aude Lemonsu, chargée de recherche CNRS au centre de recherche de Météo-France.

Pendant la canicule de 2003, la température qui atteignait 40°C le jour descendait entre 23 et 26°C dans les zones les plus aérées de la capitale (sud-ouest, nord, bois de Vincennes et de Boulogne) mais seulement à 28°C en moyenne dans le centre, selon Météo-France.

Ce microclimat urbain "aggrave les effets ressentis, en particulier la nuit, période critique où normalement le corps humain récupère", souligne Aude Lemonsu.

Et ces îlots de chaleur urbain risquent d'amplifier les effets du changement climatique qui va déjà multiplier les vagues de chaleur, avertissent les scientifiques.

- Multiples facteurs -

Les facteurs favorisant cette "bulle de chaleur" urbaine sont connus: beaucoup de surfaces artificielles minérales, pas assez de végétation, propriétés des matériaux de construction, présence insuffisante d'eau, activités humaines...

Sans oublier le cercle vicieux de la climatisation. "Plus on climatise dans les bâtiments, plus on réchauffe l'air extérieur", note Aude Lemonsu, plaidant pour un "usage raisonné".

L'orientation des bâtiments et la forme même des villes jouent également un rôle, comme le montre une étude publiée en mars dans la revue Physical Review Letters: plus une ville est "organisée" --typiquement une ville américaine en quadrillage de rues perpendiculaires--, plus elle piège la chaleur.

- Faire éclater la "bulle" de chaleur -

Si agir sur cette morphologie à grande échelle peut être épineux, au moins à court terme, d'autres actions peuvent être entreprises plus rapidement, comme la végétalisation.

Grâce à l'ombre et à l'évapotranspiration, grands parcs, ceintures vertes ou petites zones arborées parsemées un peu partout permettent de rafraîchir l'air localement. "On peut aussi se servir de murs végétaux et de toitures végétales réduisant la chaleur émise par les bâtiments", indique Amandine Crambes, ingénieur urbaniste à l'Agence pour l'environnement et la maîtrise de l'énergie (Ademe).

Autres axes d'action, la conception des bâtiments et la question des modes de construction et des matériaux, notamment leur couleur.

S'il fait 26°C, "une toiture foncée pourra atteindre jusqu'à 80°C, la même toiture en couleur claire plutôt 45°C, et la même végétale ne montera pas au dessus de 29°C", explique Amandine Crambes.

Ainsi, les "cool roofs", toitures recouvertes de peinture réflective, se développent. Des tests sont aussi conduits par certaines villes, comme Los Angeles, qui ont enduit des rues d'un revêtement blanc qui absorbe moins la chaleur.

Autre piste: l'eau. La ville de Paris par exemple a testé ces dernières années l'arrosage de la chaussée pour faire baisser localement la température.

De manière générale, "la question de la résilience urbaine est de plus en plus prise en compte", commente l'experte de l'Ademe, qui note toutefois la difficulté des choix politiques, entre coûts financiers, lobbies et pression foncière.

- Îlots de fraîcheur -

Parcs, églises, musées, lieux de baignade... Des villes comme Lyon ou Paris ont cartographié les "îlots de fraîcheurs" accessibles au public, utiles en période de canicule.

Plus éphémère, trois structures expérimentales ont été installées pour l'été à Paris: protégé par un toit, un banc de béton est rafraîchi par l'eau glacée du réseau de froid de la capitale. Le mécanisme permet une "température locale ressentie inférieure d’environ 5°C par rapport à la température ambiante", selon Climespace, filiale d'Engie.

Un rituel juif incluant des sacrifices de poulets résiste aux critiques
La fonte du permafrost menace la lutte contre le réchauffement climatique
Début de la construction de la première centrale solaire flottante de France
Le volume des déchets pourrait augmenter de 70 pour cent dans le monde d'ici 2050
Les déchets de la pêche commerciale dans le collimateur du G7
Au large de Vallauris, un mois pour remonter des milliers de pneus immergés
Plaie pour les Antilles, la sargasse est une aubaine pour d'autres
La maladie prospère sur les platanes du canal du midi, un site Unesco potentiellement menacé ?
Cent jours sans gel au Pic du Midi: un nouveau record historique
Côte d'Ivoire: des voiturettes solaires pour remplacer les taxis-brousse
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Kilo, ampère, kelvin... Petite révolution à venir dans les unités de mesure
Des tests ADN pour mieux traquer les trafiquants d'ivoire
Il y a 50 ans, le sauvetage des temples égyptiens d'Abou Simbel
Portugal: un vaisseau de la route des Indes découvert au fond du Tage
La médiatisation du terrorisme influence les déséquilibrés
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.032 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.