ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 17 Juillet 2019

SCIENCE - Publié le 08/08/2018 à 16:30


Docile ou agressif ? Des gènes de la domestication découverts chez les renards



«Si tu veux un ami, apprivoise-moi», dit le renard. Que faut-il faire ? répond le Petit prince. Débutée il y a 60 ans, une expérience sur des renards visant à mieux comprendre le processus d'apprivoisement a permis de découvrir des gènes impliqués dans l'agressivité et la domestication.

«Nous avons pu montrer qu'un gène spécifique» - connu sous le nom de SorCS1 - «a un effet sur le comportement, rendant les renards plus dociles», explique à l'AFP Anna Kukekova de l'Université de l'Illinois, coauteure de l'étude publiée mardi dans la revue Nature Ecology & Evolution.

L'histoire commence en 1959 quand le biologiste russe Dmitri Belyaev décide de tester expérimentalement sa théorie sur le processus de transformation du loup sauvage en un chien docile. Selon lui, la génétique joue un rôle plus important que la socialisation apprise au contact des humains.

Prenant ses quartiers dans une ferme d'élevage en Russie, il démarre son expérience en choisissant parmi des renards roux (appelé aussi renards communs ou renards rouges) ceux qui étaient les moins agressifs envers l'homme. Cette sélection a été répétée depuis, à chaque nouvelle génération, pendant près de 60 ans.

«Dès la dixième génération, quelques chiots remuaient leur queue comme des chiens en présence d'êtres humains, même quand il n'y avait pas de nourriture en jeu», décrit Anna Kukekova. «Ils étaient juste heureux de voir des humains».

Aujourd'hui, les 500 couples du groupe sont tous à l'aise en présence d'hommes, même s'ils ne sont pas aussi bien domestiqués que les chiens.

En parallèle, les chercheurs ont également créé, sur la même méthodologie, un groupe de renards «agressifs» et un groupe témoin (composé de renards choisis au hasard).

Profitant des progrès faits ces dernières années en matière de séquençage, Anna Kukekova et son équipe ont décrypté le génome de 10 renards de chacun des trois groupes.

Résultat: les chercheurs ont identifié 103 zones génétiques impliquées.

Et plus particulièrement le gène SorCS1: Plus de 60 % des animaux «domestiqués» - y compris ceux du groupe témoin - partageaient la même variante du gène SorCS1. Une variante totalement absente chez les renards agressifs.

Selon l'étude, certaines des zones génétiques identifiées chez le renard correspondent chez l'homme à l'autisme et aux troubles bipolaires, ou encore au syndrome de William-Beuren, une maladie génétique rare notamment caractérisée par une hyper sociabilité.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Égypte: ouverture au public de deux nouvelles pyramides
Le plus vieil Homo sapiens non africain a été retrouvé
Envie de musarder utile cet été ? Faites des sciences participatives
Une tête de Toutankhamon vendue à Londres malgré la colère de l'Égypte
2014, année charnière en Antarctique... mais on ignore pourquoi
Une gigantesque tête de loup vieille de 32.000 ans découverte en Sibérie
Les plus vieilles traces d'usage de cannabis découvertes en Asie centrale
Les poissons aussi ont des chagrins d'amour
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
En Bolivie, ces tours funéraires pré-inca qui ont survécu au passage du temps
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Australie : des plongeurs au secours d'une raie manta
Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.057 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.