ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 13 Décembre 2018

PLANETE - Publié le 08/08/2018 à 16:31


Un éléphant capturé vit 5 ans de moins qu'un animal né en captivité



Les éléphants capturés dans la nature vivent cinq ans de moins que leurs congénères nés en captivité, et le «stress» de leur capture les affecte pendant des années, selon une étude publiée mardi.

Les auteurs de cette étude publiée dans Nature Communications ont passé en revue les données «exceptionnelles» issues de l'industrie forestière en Birmanie, où quelque 5000 pachydermes vivent aujourd'hui en captivité. La plupart sont utilisés dans ce secteur, transportant du bois dans des lieux difficilement accessibles aux véhicules.

Ces données leur ont permis de comparer la mortalité de 5150 animaux ayant travaillé dans les camps forestiers birmans sur 50 années, dont 2072 pris dans la nature entre 1951 et 2000.

Résultat: «L'espérance de vie moyenne d'un mâle né en captivité est de 30 ans, 45 ans pour une femelle, et pour les animaux capturés, 25 ans pour les mâles, 40 ans pour les femelles», explique à l'AFP Mirkka Lahdenperä, chercheuse à l'université finlandaise de Turku.

La différence est similaire quel que soit le type de capture (en groupe, sédation, au lasso...), mais ne prend pas en compte la mortalité lors de la capture elle-même, estimée dans de précédentes études entre 5 et 30 %.

Dans les camps forestiers birmans, les éléphants, capturés ou nés sur place, vivent de manière similaire, travaillant la journée et semi-libres la nuit dans la forêt, excluant ainsi des facteurs comme la nourriture ou l'environnement comme explication de la différence d'espérance de vie.

Les chercheurs avancent ainsi l'hypothèse du dressage «plus dur» subi par les pachydermes arrachés à la nature que ceux nés en captivité.

«Les éléphants sont connus pour être une espèce très intelligente et sociale qui peut subir des traumatismes à long terme, par exemple quand un petit est séparé de sa mère et du groupe familial», explique Mirkka Lahdenperä. «Alors il est plus que probable que leur capture et le dressage soient une expérience traumatisante», poursuit-elle.

La différence de mortalité est plus importante dans l'année suivant la capture, en raison des blessures souvent subies, mais le fait qu'elle existe encore dix années plus tard s'explique par un «stress chronique» susceptible d'affecter le système immunitaire et l'espérance de vie, ajoute l'étude.

Ces résultats sont un élément important dans la stratégie de conservation d'une espèce en danger dont la population diminue, notent les chercheurs.

Les éléphants utilisés dans l'industrie touristique ou vivants dans les zoos se reproduisent moins bien et vivent moins longtemps que les populations sauvages, selon de précédentes études. De nombreux animaux sauvages sont donc régulièrement arrachés à la nature pour tenter de consolider des populations captives.

Mais les résultats montrent que capturer des éléphants est «néfaste parce que cela réduit la population sauvage d'une espèce en danger et que cela n'apporte pas non plus de solution viable pour une population captive durable», insiste Virpi Lummaa, autre auteur de l'étude.

Une solution reste encore à inventer, alors qu'un tiers des éléphants d'Asie, soit environ 15 000, vivent en captivité.

Biocontrôle: la guerre des insectes aura bien lieu
Des Amérindiens dénoncent des projets de forage en Alaska
Moins de caribous, davantage d'algues rouges dans un Arctique plus chaud en 2018
Au Népal, la bombe à retardement des lacs glaciaires
Au Chili, le risque d'une hétacombe plane sur les forêts de pins millénaires
En 2 siècles, l'humanité va annuler 3 millions d'années de refroidissement du climat
Le poulet, symbole des répercussions de l'humain sur la nature
A Maurice, tout est bon dans la canne à sucre, même l'électricité
Grande Barrière: les coraux ayant survécu au blanchissement sont plus résistants
La glace, bouée de survie pour les Iakoutes dans la plus froide région sur Terre
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Egypte: polémique autour d'une vidéo d'un couple nu au sommet d'une pyramide
Procrastination et GPA, vedettes 2018 des recherches Google
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
Biocontrôle: la guerre des insectes aura bien lieu
Des Amérindiens dénoncent des projets de forage en Alaska
 LES PLUS LUS 
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
À l'Aquarium de Paris, un refuge pour poissons rouges abandonnés
Une étude montre que le vélo est la forme de transport la plus saine en ville
Confirmation de présence de glace à la surface de la Lune
La momification, un procédé plus ancien qu'on ne le pensait
Résurgence inédite de l'anthrax dans les pâturages des Hautes-Alpes
Un satellite européen inédit d'étude des vents mis sur orbite
Avec le Brexit, risque d'une pénurie de sperme au Royaume-Uni
Comment la fièvre jaune s'est propagée au Brésil
La pêche à l'explosif en Libye, fléau écologique en Méditerranée
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.077 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.