ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 22 Avril 2019

PLANETE - Publié le 16/08/2018 à 00:10


Les canicules marines menacent les écosystèmes



Blanchiment des coraux, algues toxiques, impact sur la pêche... Sous l'effet du changement climatique, les épisodes de canicule marine augmentent et vont se multiplier, menaçant les écosystèmes marins, mettent en garde des scientifiques.

À partir de données satellites mesurant la température à la surface des océans, une étude publiée mercredi dans la revue Nature constate un doublement entre 1982 et 2016 du nombre de jours où la mer était plus chaude que la normale.

Ce n'est pas la première fois que les scientifiques constatent que ces vagues de chaleur marine, qui peuvent être liées à la variabilité naturelle du climat, sont plus fréquentes et plus longues ces dernières décennies.

Mais «pour la première fois», l'étude montre que «ce changement est très probablement lié au réchauffement climatique» provoqué par l'homme, explique l'auteur principal Thomas Frölicher, de l'Institut de physique de l'Université de Berne.

Utilisant des modèles climatiques, les chercheurs estiment que ces canicules marines, «essentiellement provoquées par le réchauffement à long terme des océans», seront encore plus fréquentes, plus intenses et plus étendues, et que cette tendance s'accélérera avec l'augmentation de la température de la planète.

Les chercheurs comparent la situation d'aujourd'hui où la température a déjà augmenté de 1°C par rapport à l'époque pré-industrielle, avec un futur à +2°C qui correspond à l'objectif minimal de l'accord de Paris sur le climat, et enfin une planète à +3,5°C d'ici 2100 si le monde continue sur sa lancée en matière d'émissions de gaz à effet de serre.

Le nombre de jours où se produiront des températures anormalement chaudes dans les océans passe de 33 aujourd'hui à 84 si la planète se réchauffe de 2°C et 150 à 3,5°C.

La surface affectée par ces canicules marines a déjà été multipliée par trois, elle le sera par 9 par rapport à l'ère pré-industriele à +2°C et par 21 à +3,5°C. Et les vagues de chaleur dureront aussi plus longtemps en moyenne: 25 jours aujourd'hui, 55 jours à +2°C et 112 jours à +3,5°C. 

Migration des homards  

Les zones les plus touchées devraient être les eaux tropicales du Pacifique Ouest et les océans arctiques, comme c'est déjà le cas aujourd'hui.

Si les effets des canicules terrestres sont connus, les réponses possibles des écosystèmes marins aux changements de températures le sont beaucoup moins et leur capacité de résistance et d'adaptation sont ainsi difficiles à prévoir.

Mais les chercheurs craignent malgré tout des conséquences dramatiques pour la vie marine et les hommes qui en dépendent.

Les organismes marins et les écosystèmes risquent d'être poussés «aux limites de leur résistance, et même au-delà, ce qui pourrait provoquer des changements irréversibles», s'inquiètent-ils.

Le mécanisme affectant les récifs coralliens est plutôt bien documenté: sous l'effet notamment du réchauffement de l'eau, les coraux stressés expulsent les micro-algues avec lesquelles ils vivent en symbiose, et blanchissent. Un blanchissement qui les rend vulnérables et peut conduire à leur mort.

Mais d'autres recherches sur des événements récents ont aussi montré que ces vagues de chaleur marines ont entraîné des floraisons d'algues toxiques ou une mortalité importante d'espèces de poissons destinés à l'alimentation, «avec des impacts en cascade sur les économies et les sociétés», souligne l'étude.

Par exemple, une vague de chaleur en 2013-2015 dans le Pacifique a «augmenté la mortalité des otaries, des baleines et des oiseaux marins», et une prolifération d'algues toxiques a conduit à la fermeture de la pêche au crabe sur certaines côtes, raconte Thomas Frölicher.

En 2012, dans le nord-ouest de l'Atlantique cette fois, des eaux anormalement chaudes ont provoqué une migration inhabituellement précoce des homards «à un moment où la chaîne logistique (pour leur vente) n'était pas prête», poursuit le chercheur. «Les prises record ont dépassé la demande et contribué à la chute des prix et à la perte de millions de dollars pour l'industrie de la pêche», souligne-t-il.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le plus gros perroquet du monde profite du réchauffement climatique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Des résidus radioactifs dans les glaciers
Fourrure: la Norvège va interdire les élevages d'ici 2025
Dans l'est du Tchad, une eau rare livrée par des colporteurs
Ecologique et esthétique, la renaissance de la pierre sèche
Tri des déchets: le gouvernement pointe du doigt des fast-foods en retard
Thaïlande: replanter la mangrove contre l'érosion et pour sauver un temple
L'Italie propose d'interdire l'abattage des loups
L'Indonésie veut fermer l'île de Komodo pour protéger les dragons
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Des archéologues ajoutent l'urine à leur boîte à outils
Argentine: découverte d'un cimetière de dinosaures datant de 220 millions d'années
L'un des plus grands mammifères terrestres découvert au Kenya
Le plus gros perroquet du monde profite du réchauffement climatique
Vivre comme sur Mars? Une base ouvre dans le désert chinois
 LES PLUS LUS 
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Le petit-déjeuner ne favoriserait pas forcément la perte de poids
L'image que l'on a de son corps peut dépendre de l'entourage
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Le désert médical, un mal dont souffrent les Français des villes moyennes
Ouganda: saisie d'ivoire et d'écailles de pangolin, deux Vietnamiens arrêtés
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.032 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.