ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 23 Mai 2019

PLANETE - Publié le 16/08/2018 à 15:55


Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde



En Amazonie, nager est indispensable. Mais il faut savoir quand et comment, pour éviter de croiser des caïmans ou des piranhas. Une technique que dominent parfaitement les habitants des réserves de Mamiraua et Amana.

Essayant de vivre en harmonie avec la nature, ils ne prennent que ce dont ils ont besoin.

"Ici, l'açai (fruit énergétique très apprécié au Brésil) abonde, mais on en a assez récolté pour aujourd'hui", déclare Joao, un habitant de 52 ans de Boa Esperança.

Sur le sol vert et jaune de sa maison en bois, trône la récolte de ce fruit semblable à la myrtille effectuée le matin même par les jeunes du village.

Les enfants s'entraînent tous les jours sur des arbres plus petits, en grimpant avec un foulard entre les pieds appelé "peconha".

Au Brésil, on prend de l'açai depuis longtemps, mais sa consommation a explosé depuis quelques années aussi dans les pays occidentaux, portée par la vague des superaliments.

C'est une des principales sources de revenus de la réserve d'Amana.

De leur côté, les scientifiques de l'Institut Mamiraua cherchent à faire prendre conscience à la population qu'il faut contrôler la pêche de "pirarucu", poisson géant de la région qui peut atteindre les 200 kg et les trois mètres. Sa chair est très recherchée et son prix, élevé.

Parfois, les quotas établis dans les localités qui peuplent la région, ne sont pas respectés.

A 71 ans, Maria, se promène dans sa maison avec un bébé singe Ouakari chauve (Cacajao calvus), une espèce protégée à la tête rouge et sans poils qui est devenue le symbole de la réserve.

"C'est comme un petit chien pour moi. On l'a trouvé dans la jungle et il est toujours à côté de moi", raconte cette femme qui sait pourtant qu'elle ne devrait pas l'avoir comme mascotte.

Pour trouver l'açai, il faut monter au sommet d'un palmier au tronc fin et cueillir ces fruits à une vingtaine de mètres du sol.

L'écho du reste du pays semble lointain. Durant le Mondial en Russie, une famille du village de Sao Raimundo do Jaraua a ouvert ses portes aux scientifiques de WWF-Brésil et de l'Institut Mamiraua pour voir un match de la Seleçao sur une télévision allumée grâce à un générateur au diésel.

Mais en dehors de cette maison, la bande de Neymar a laissé indifférents les autres voisins.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Phoques décapités : deux marins-pêcheurs convoqués devant la justice
Faidherbia Albida, arbre refuge de l'agriculture sahélienne
A Cannes, la fin d'un faux récif de vieux pneus, une hérésie environnementale
En Irak, les marais misent sur l'écotourisme pour redevenir jardin d'Eden
Corée du Sud : retour de l'ibis nippon 40 ans après son extinction
Bangladesh: le nombre de tigres augmente pour la première fois depuis 15 ans
Climat: premier revers pour une plainte pionnière contre l'UE
Allemagne: les loups prolifèrent, les règles d'abattage assouplies
Norvège: une algue toxique décime les saumons d'élevage
Le déclin des abeilles menace la sécurité alimentaire mondiale, selon la FAO
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Phoques décapités : deux marins-pêcheurs convoqués devant la justice
Faidherbia Albida, arbre refuge de l'agriculture sahélienne
A Cannes, la fin d'un faux récif de vieux pneus, une hérésie environnementale
En Irak, les marais misent sur l'écotourisme pour redevenir jardin d'Eden
Corée du Sud : retour de l'ibis nippon 40 ans après son extinction
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.059 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.