ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 11 Décembre 2018

PLANETE - Publié le 16/08/2018 à 15:55


Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde



En Amazonie, nager est indispensable. Mais il faut savoir quand et comment, pour éviter de croiser des caïmans ou des piranhas. Une technique que dominent parfaitement les habitants des réserves de Mamiraua et Amana.

Essayant de vivre en harmonie avec la nature, ils ne prennent que ce dont ils ont besoin.

"Ici, l'açai (fruit énergétique très apprécié au Brésil) abonde, mais on en a assez récolté pour aujourd'hui", déclare Joao, un habitant de 52 ans de Boa Esperança.

Sur le sol vert et jaune de sa maison en bois, trône la récolte de ce fruit semblable à la myrtille effectuée le matin même par les jeunes du village.

Les enfants s'entraînent tous les jours sur des arbres plus petits, en grimpant avec un foulard entre les pieds appelé "peconha".

Au Brésil, on prend de l'açai depuis longtemps, mais sa consommation a explosé depuis quelques années aussi dans les pays occidentaux, portée par la vague des superaliments.

C'est une des principales sources de revenus de la réserve d'Amana.

De leur côté, les scientifiques de l'Institut Mamiraua cherchent à faire prendre conscience à la population qu'il faut contrôler la pêche de "pirarucu", poisson géant de la région qui peut atteindre les 200 kg et les trois mètres. Sa chair est très recherchée et son prix, élevé.

Parfois, les quotas établis dans les localités qui peuplent la région, ne sont pas respectés.

A 71 ans, Maria, se promène dans sa maison avec un bébé singe Ouakari chauve (Cacajao calvus), une espèce protégée à la tête rouge et sans poils qui est devenue le symbole de la réserve.

"C'est comme un petit chien pour moi. On l'a trouvé dans la jungle et il est toujours à côté de moi", raconte cette femme qui sait pourtant qu'elle ne devrait pas l'avoir comme mascotte.

Pour trouver l'açai, il faut monter au sommet d'un palmier au tronc fin et cueillir ces fruits à une vingtaine de mètres du sol.

L'écho du reste du pays semble lointain. Durant le Mondial en Russie, une famille du village de Sao Raimundo do Jaraua a ouvert ses portes aux scientifiques de WWF-Brésil et de l'Institut Mamiraua pour voir un match de la Seleçao sur une télévision allumée grâce à un générateur au diésel.

Mais en dehors de cette maison, la bande de Neymar a laissé indifférents les autres voisins.

A Maurice, tout est bon dans la canne à sucre, même l'électricité
Grande Barrière: les coraux ayant survécu au blanchissement sont plus résistants
La glace, bouée de survie pour les Iakoutes dans la plus froide région sur Terre
La déforestation se poursuit en Côte d'Ivoire et au Ghana à cause du cacao
Les colibris se requinquent dans des jardins adaptés à Mexico
Froid dedans, plus chaud dehors: l'Inde dans le cercle vicieux des climatiseurs
Climat: Mars n'est pas un plan B pour l'humanité, met en garde une astronaute
Cop24: Réduire le gaspillage et consommer moins de viande pour nourrir la terre en 2050 selon une étude
Louis Schweitzer se met au service du bien-être animal
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
A Maurice, tout est bon dans la canne à sucre, même l'électricité
Grande Barrière: les coraux ayant survécu au blanchissement sont plus résistants
Le cerveau des enfants abusant des écrans semble modifié
Les entrailles de la Terre grouillent de vie intraterrestre
La glace, bouée de survie pour les Iakoutes dans la plus froide région sur Terre
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
À l'Aquarium de Paris, un refuge pour poissons rouges abandonnés
Une marée rouge décime la population aquatique de la côte ouest de la Floride
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.127 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.