ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 17 Fevrier 2019

SEXO - Publié le 24/08/2018 à 20:55


Avec le Brexit, risque d'une pénurie de sperme au Royaume-Uni



Une sortie de l'Union européenne sans accord risque de mettre en difficulté les couples britanniques qui font appel au don de sperme pour procréer, car ils ne pourront plus faire appel aux banques de spermes européennes, a souligné le gouvernement.

Dans une note technique publiée jeudi destinée à préparer les entreprises et la population aux conséquences d'un divorce éventuellement sans accord, le gouvernement britannique souligne que le pays avait importé quelque 3.000 échantillons de sperme du Danemark l'an dernier, et 4.000 des Etats-Unis.

Londres a aussi importé quelque 500 ovules et embryons de pays européens.

Or si les discussions entre Londres et Bruxelles échouent, la législation européenne relative au sang, tissus et cellules humains ne s'appliquera plus pour le Royaume-Uni, a indiqué le gouvernement. Avec pour conséquence la nécessité pour les banques de sperme britanniques "de nouveaux accords avec les établissements compétents".

Pour compenser, le ministère de la Santé souligne que les entreprises disposant d'une licence pourront faire appel à des importations de pays tiers. Sans rassurer dans un pays où les dons de sperme ont drastiquement diminué depuis que les donneurs ont perdu le droit à l'anonymat par une loi de 2005.

Selon Geetha Venkat, directrice de la clinique spécialisée dans les questions de fertilité Harley Street Fertility Clinic, les couples ayant besoin de dons de sperme commencent à "paniquer", car un changement de législation intervenu aux Etats-Unis signifie que les importations en provenance de ce pays peuvent prendre jusqu'à trois mois, quand il suffit d'une semaine depuis le Danemark.

Les formalités administratives supplémentaires induites par un Brexit sans accord pourraient en outre conduire à une hausse des coûts pour les entreprises qui sera répercutée sur les couples, a-t-elle averti.

L'incertitude qui entoure un tel scénario ne fait qu'ajouter au "stress qui accompagne déjà ce traitement", a-t-elle regretté sur la BBC.

Petit lexique des nouvelles définitions du genre
Pansexuel, bi, queer, trans, non-binaire : ces jeunes qui bousculent les normes de genre
Les hommes choisiraient de manger de la viande lorsqu'ils veulent séduire les femmes
La souffrance des filles serait sous-estimée face à celle des garçons
Penser à son partenaire permettrait de réduire son stress
La sextech fait vibrer le CES de Las Vegas
Une Française sur trois n'est pas épanouie sexuellement
Dans un couple vieillissant, les critiques négatives laissent place à l'humour
Des objets d'Hugh Hefner, le fondateur de Playboy, vendus aux enchères
Sexe et consentement : des premiers rapports pas toujours voulus
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Everest: la Chine interdit aux touristes son camp de base au Tibet
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
Découverte de la chambre funéraire d'un noble inca au Pérou
Maladies chroniques : et si on prescrivait des activités physiques sur ordonnance ?
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.023 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.