ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 18 Mars 2019

SANTE - Publié le 06/09/2018 à 21:05


Des perturbateurs endocriniens présumés dans les assiettes des Européens



Des traces de substances suspectées d'être des perturbateurs endocriniens se retrouvent dans les assiettes des Européens, avertit mardi l'ONG Générations futures, qui plaide pour que l'alimentation soit prise en compte dans le nouveau volet de la stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens.

Générations futures a épluché le dernier rapport de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) sur les résidus de pesticides dans les aliments.

Ce rapport, publié en juillet et qui porte sur des données de 2016, concluait que 96% des échantillons analysés se trouvaient dans les limites légales et que 51% étaient exempts de tout résidu quantifiable.

L'ONG s'est intéressée aux 49% restants, où des traces quantifiables de pesticides ont été détectées.

Sur 109.843 échantillons concernés, 69.433 sont des résidus de pesticides perturbateurs endocriniens suspectés, selon Générations futures, ce qui lui fait dire que "plus de six résidus de pesticides sur dix quantifiés dans l'alimentation européenne sont des perturbateurs endocriniens suspectés", selon un communiqué.

Pour cette étude, l'ONG s'est basée sur la base de données TEDX, qui répertorie les molécules suspectées d'avoir un effet de perturbation endocrinienne.

"Il n'existe pas de liste pour les perturbateurs endocriniens" comme c'est le cas pour les substances cancérogènes et cette base de données "est sans doute la plus complète", explique à l'AFP le directeur de l'ONG François Veillerette.

L'Union européenne a adopté en décembre des critères de définition des perturbateurs endocriniens, avec des années de retard, mais sans convaincre les ONG. Lesquelles pointent du doigt des critères jugés trop restrictifs, puisqu'il faut non seulement démontrer qu'une substance est un perturbateur endocrinien et qu'elle a des effets négatifs, mais aussi démontrer son mode d'action.

Les perturbateurs endocriniens sont des substances ou des mélanges chimiques capables d'interférer avec le système hormonal. Ils peuvent avoir des effets négatifs sur la croissance, la fertilité, le comportement et être à l'origine de certains cancers.

Ces substances peuvent être présentes dans des détergents, des plastiques, des cosmétiques, des textiles, des peintures mais aussi certains pesticides.

La France a adopté en 2014 une stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens et a banni l'un des plus connus, le bisphénol A, des biberons et des contenants alimentaires.

Le second volet de cette stratégie est en cours d'élaboration.

"Dans la version provisoire (de ce texte), il n'y a quasiment rien sur l'alimentation, ce qui nous choque", affirme François Veillerette, dont l'ONG demande que cette question, avec celle des emballages alimentaires, soit mieux prise en compte.

Les séniors se sentent plus jeunes lorsqu'ils ont l'impression d'avoir le contrôle sur leur vie quotidienne
Oeufs, cholestérol et risques cardiaques, l'éternel débat
Une reconnaissance au travail positive améliore la santé physique et mentale
Ces orgasmes du cerveau qui séduisent internautes et musiciens
Pourquoi un cancer du sein récidive-t-il ? Une étude tente de mieux comprendre
Premières greffes mondiales d'os de l'oreille moyenne fabriqués en 3D
Un quart des morts et maladies liées à la pollution
Les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer sont plus exposées aux traumatismes crâniens
Audition: les jeunes touchés mais se sentent peu concernés
Grignoté de toutes parts, le sommeil passe sous la barre des sept heures
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les séniors se sentent plus jeunes lorsqu'ils ont l'impression d'avoir le contrôle sur leur vie quotidienne
Oeufs, cholestérol et risques cardiaques, l'éternel débat
Une reconnaissance au travail positive améliore la santé physique et mentale
Près de Chartres, un refuge accueille animaux de cirque ou de laboratoires
Des lycéens enfilent la blouse de chercheurs pour étudier les tiques
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.025 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.