ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 17 Juillet 2019

SANTE - Publié le 10/09/2018 à 13:50


Le bonheur est bien dans le pré: quand le paysage influe sur le bien-être



La nature plutôt que le macadam pour être heureux ? Le paysage, plus particulièrement rural, est l'un des éléments constitutifs du bonheur, affirment des chercheurs.

"Le paysage n'est pas seulement le papier peint ou l'affiche qui décorent un salon ou une chambre à coucher. Sa matérialité, comme sa perception, peuvent avoir une influence directe sur notre qualité de vie et contribuent en cela au bien-être et au bonheur", assure le géographe et agronome Yves Michelin.

Quelque 150 géographes, sociologues, historiens, économistes, paysagistes, urbanistes et agronomes, venus de plus de 20 pays, ont débattu la semaine dernière à Clermont-Ferrand puis à Mende, de l'interaction entre qualité de vie et qualité des paysages, lors la 28e conférence du réseau PECSRL (Permanent European Conference for the Study of the Rural Landscape).

Car s'il est largement admis qu'un paysage à l'environnement sain, protégé des pollutions, a des effets positifs sur la santé et le bien-être physique des populations, la recherche va aujourd'hui sensiblement plus loin.

"De récentes études en sciences cognitives ont démontré que, si le paysage est agressé, cela vous affecte directement. On souffre quand celui-ci est attaqué. A l'inverse, quand le paysage de nature est en bon état et accessible, les gens se sentent bien psychologiquement", abonde ce professeur de VetAgro Sup, qui coordonnait la conférence.

Dans un monde globalisé, où l'espace se rétrécit, le paysage devient un "repère" et un facteur d'"enracinement".

"Il n'a pas besoin forcément d'être grandiose ou pittoresque. A partir du moment où on le reconnaît, il devient un objet d'identité. Le fait de se sentir chez soi, d'+être de quelque part+, de faire partie prenante d'un territoire contribue au bien-être, contrairement au déracinement qui lui est dévastateur", poursuit M. Michelin.

Et de citer le sociologue et philosophe allemand Hartmut Rosa, connu pour ses récentes théories sur "l'accélération du temps", pour qui la solution serait de nouer un meilleur rapport au monde extérieur, en entrant notamment en "résonance" avec les éléments naturels.

- Jardin thérapeutique -

La nature, un médicament ? Plus qu'une énième théorie en vogue sur le développement personnel, des travaux interdisplinaires entre médecins, architectes et paysagistes l'ont scientifiquement prouvé.

En Ecosse, des chercheurs ont interrogé des septuagénaires sur leur cadre de vie et paysages fréquentés depuis leur enfance dans les années 30. Témoignages qu'ils ont croisés avec des cartes et données sanitaires et socio-économiques provenant des archives d'Edimbourg et de sa région.

"Nous en avons conclu que la fréquentation des parcs publics pendant l'enfance et à l'âge adulte peut ralentir le déclin cognitif des personnes âgées. Cette découverte était encore plus marquée pour les femmes et personnes issues de milieux défavorisés", résume l'architecte du paysage Catharine Ward Thompson.

Même constat pour la dépression et l'anxiété. "L'accès à des espaces verts peut permettre de réduire les inégalités sociales en terme de santé", assène cette directrice du centre de recherche OPENspace.

En Suède, on pratique aussi "la thérapie du paysage" pour soigner les pathologies liées au stress (burn-out) et les suites d'AVC. Depuis 2002, des patients sont accueillis dans un "jardin de réadaptation" de 2.300 m2 au sein du campus universitaire d'Alnarp, près de Malmö, conçu par une équipe interdisciplinaire de paysagistes, psychologues et physiothérapeutes.

"La thérapie est progressive. Le premier jour, le patient sera amené à observer le vent dans les arbres, à prendre conscience des bruits de la nature, le lendemain à préparer du thé avec des feuilles puis à faire des travaux de jardinage ou aller en forêt", détaille la chercheuse Helena Mellqvist.

Le tout remboursé par la Sécurité sociale du pays.

"S'il y a un message à retenir, c'est que plus on est attentif au paysage, plus on est attentif aux autres et mieux tout le monde se porte finalement", sourit encore Yves Michelin, pour qui le bonheur est bien... dans le pré.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Trop de sucres dans la nourriture pour bébé, prévient l'OMS
Être stigmatisé dès le plus jeune âge à cause de son poids laisse des séquelles
La couverture vaccinale dans le monde stagne dangereusement selon l'ONU
AVC : une prise en charge plus rapide pourrait améliorer la condition d'un millier de patients chaque année
VIH : un manque d'empathie de la part du corps médical peut pousser le patient à arrêter son traitement
Don du sang: la période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois
Davantage de légumineuses, mais aussi de viande consommées dans le monde d'ici 10 ans
Arrêter l'alcool permettrait d'améliorer le bien-être mental des femmes
Soutenir l'agriculture locale serait bon pour notre santé mentale
Les relations néfastes pourraient être liées à une perte osseuse chez les femmes post-ménopausées
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Australie : des plongeurs au secours d'une raie manta
Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.072 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.