ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 18 Octobre 2018

INSOLITE - Publié le 26/09/2018 à 20:56


Au Vietnam, les poils d'éléphants transformés en bijoux porte-bonheur



Au Vietnam, des poils d'éléphants sont arrachés des queues des pachydermes pour satisfaire une nouvelle mode: se parer de bijoux qui apporteraient bonheur et prospérité.

A 20 dollars le poil, le business est lucratif dans le pays qui pratique le commerce illicite des cornes de rhinocéros, d'écailles de pangolin, de dents de tigre ou de bile d'ours.

"Je vais arracher un poil devant vous comme cela vous pourrez être sûr qu'il ne s'agit pas d'une imitation", lance une femme qui vend ce type de bijoux dans le village de Tri A, sur les hauts plateaux du centre du Vietnam.

Selon Dionne Slagter de l'ONG Animals Asia, la plupart des queues d'éléphants seraient introduites en contrebande depuis les pays voisins ou l'Afrique. Le Vietnam ne compte en effet que 80 éléphants en captivité et une centaine encore à l'état sauvage.

"La queue est très importante pour leur hygiène corporelle. En arrachant les poils qui la recouvrent ou en la coupant, on handicape ces animaux", déplore Dionne Slagter.

Destruction des forêts, braconnage, les populations d’éléphants ont chuté drastiquement en Asie où il n’y aurait plus que 40.000 à 50.000 individus à l’état sauvage, selon le WWF.

En Birmanie, ils sont parfois tués pour répondre à la demande croissante du pays et de son puissant voisin chinois qui s'intéresse à leur peau, censée soigner l'eczéma ou l'acné.

Les éléphants ont été vénérés pendant des siècles en Thaïlande, au Laos et au Cambodge.

Au Vietnam, les minorités ethniques M'nong et Ede de la province de Dak Lak (centre), surnommées le "royaume des éléphants" pour les grands troupeaux qui peuplaient jadis ses forêts, entretiennent toujours un profond respect pour les pachydermes.

Trouver un poil d'éléphant peut apporter chance et prospérité, raconte aussi une de leurs légendes.

Mais "ils ont toujours considéré ces animaux comme faisant partie de leur famille et n'auraient donc jamais cherché à leur faire du mal", en coupant volontairement leurs poils, relève Linh Nga Nie Kdam, chercheuse spécialisée dans la minorité Ede.

Fuyant l'électricité, les Mennonites du Mexique cherchent un nouveau refuge
Des astronautes jouent les hommes des cavernes sur l'île de la Réunion
Recherche médicale: vers un retour en grâce pour le LSD ?
Dans la capitale yéménite, un sans-abri vit dans un arbre
L'Espagne face à l'invasion des trottinettes électriques
Un mamba évadé sème la peur en banlieue de Prague
En Vendée, un championnat du monde de cheval... sans chevaux
Avec une nouvelle extension, un musée américain devient l'un des plus grands du monde
Tiens, prend ça! Une otarie gifle un kayakiste avec un poulpe
Espagne: Naron, la ville qui voulait perdre 100.000 kilos
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Cap sur Mercure et ses mystères pour deux sondes spatiales
Un robot invité à parler d'intelligence artificielle devant des députés britanniques
Japon: sentir l'humain, assis, couché, dans son bain, au travail...
Climat: le monde a atteint un point de non retour, selon Ban Ki-moon
Les deux rescapés de Soyouz racontent leur atterrissage d'urgence
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.075 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.