ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 17 Octobre 2018

SANTE - Publié le 26/09/2018 à 21:07


En Inde, contre la tuberculose, de nombreux docteurs ne sont pas au niveau



Nombre de médecins en Inde ne reconnaissent pas les signes de la tuberculose chez leurs patients et donnent un traitement inadapté ou insuffisant, selon une étude menée avec de faux patients dans deux grandes villes et publiée mardi aux Etats-Unis.

La tuberculose (TB), maladie transmise par voie aérienne, reste un problème de santé publique majeur en Inde, en Chine ou en Indonésie. Elle a tué 1,7 million de personnes en 2017, selon l'Organisation mondiale de la santé, et un sommet mondial lui sera consacré mercredi à l'ONU afin de lever les fonds nécessaires pour l'éradiquer.

Mais les médecins de première ligne que consultent les malades lorsqu'ils commencent à tousser sont le maillon faible de la lutte contre la pandémie - du moins dans les deux villes où cette étude s'est déroulée, la mégapole Mumbai et la ville plus pauvre de Patna.

L'expérience a été financée par la Fondation Bill et Melinda Gates et menée par une équipe de chercheurs de l'université McGill, de la Banque mondiale, de l'université Johns Hopkins ou encore du CNRS français. Ses résultats sont parus dans la revue PLOS Medicine.

Pendant dix mois, en 2014 et 2015, 24 faux patients se sont rendus une ou plusieurs fois chez 1.288 médecins du secteur privé en simulant quatre cas typiques, de la simple toux prolongée à une toux présentée comme une rechute.

- "Tout et n'importe quoi" -

Dans 65% des visites, les docteurs ont répondu de manière incorrecte par rapport aux modèles de soins internationaux et indiens.

Par exemple, le médecin, soupçonnant un problème lié à la pollution de l'air, va prescrire un antibiotique ou un sirop et donner rendez-vous au patient quelques semaines plus tard.

Les médecins diplômés, particulièrement à Mumbai, font mieux, offrant un traitement correct dans la moitié des cas, selon ces résultats.

Et les praticiens sans formation médicale, très présents en zones rurales, sont pires, tout comme ceux qui prodiguent des médecines traditionnelles très populaires en Inde, telles que l'ayurveda, le yoga, l'Unani, le Siddha et l'homéopathie, regroupées sous le terme de AAYUSH.

Le problème, explique à l'AFP Jishnu Das, économiste à la Banque mondiale, n'est pas que les médecins utilisaient un protocole alternatif unique, mais qu'ils faisaient "tout et n'importe quoi".

"Un docteur va donner des antibiotiques et du fluoroquinolone (une sorte d'antibiotique), un autre des stéroïdes et du fluoroquinolone, un troisième un sirop et des antibiotiques", se lamente le chercheur... Ce qui peut avoir des effets nocifs pour le patient, sans compter la résistance aux antibiotiques ainsi encouragée.

Une étude publiée dans la revue médicale The Lancet en 2017 estimait que d'ici 2040, 12,4% des cas de tuberculose seraient causés par des souches résistantes aux antibiotiques, qui sont faciles à acheter sans ordonnance dans le pays.

L'erreur la plus fréquente, selon l'étude de mardi, est que les médecins n'ordonnaient tout simplement pas les examens nécessaires pour établir un diagnostic, comme un test des sécrétions des poumons ou une radio.

"Les médecins en font trop peu", explique Jishnu Das. "Ils ne se rendent pas compte qu'ils sont face à quelqu'un qui a la tuberculose".

La bonne nouvelle est que les médecins qui font des erreurs répètent toujours les mêmes erreurs. Cette "cohérence" rend théoriquement possible de corriger le tir, si leur formation était remise à niveau et harmonisée.

Dans l'immédiat, dit le professeur Madhukar Pai, de l'université McGill, il faut parvenir à orienter les patients vers les bons médecins, et leur faire bénéficier des programmes publics subventionnés afin qu'ils obtiennent les médicaments anti-tuberculose les plus efficaces... au lieu d'être renvoyés chez eux avec les mauvaises pilules.

Handicap: le nombre de bénéficiaires de l'AAH a doublé depuis 1990
Plus de 600.000 décès en France en 2017, nouveau record depuis l'après-guerre
La dépression a progressé en France ces dernières années
À l'ombre des vignes de Niagara, le cannabis a remplacé les orchidées
Le cannabis, nouvel eldorado des géants de l'alcool?
Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement, conclut une expérience américaine
Près d'un Français sur trois a renoncé à des soins ces derniers mois
Les cabines de bronzage mises à l'index
Première greffe de foie d'une mère séropositive à son enfant
Cent ans après la grippe espagnole, le monde n'est pas à l'abri d'une pandémie
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Handicap: le nombre de bénéficiaires de l'AAH a doublé depuis 1990
Plus de 600.000 décès en France en 2017, nouveau record depuis l'après-guerre
La dépression a progressé en France ces dernières années
À l'ombre des vignes de Niagara, le cannabis a remplacé les orchidées
Fuyant l'électricité, les Mennonites du Mexique cherchent un nouveau refuge
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.051 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.