ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 25 Juin 2019

PLANETE - Publié le 02/10/2018 à 13:22


Climat: quelques enseignements attendus du rapport du GIEC



Entre +1,5°C et +2°C de réchauffement, les impacts seront bien différents, décrit le groupe des experts climat de l'ONU, selon des versions provisoires de son rapport.

Où en est-on?

Si les émissions de GES (gaz à effet de serre) générées par l'homme gardent leur rythme actuel, le réchauffement terrestre moyen dépassera +1,5°C (par rapport au niveau pré-industriel) d'ici environ 2040.

Si toutes ces émissions cessaient immédiatement, il est probable que le monde resterait sous ce seuil critique de 1,5°C. Pour autant, les gaz déjà émis continueraient à eux seuls à générer certains impacts, notamment en terme d'élévation du niveau des mers.

Quels impacts prévus?

Les risques se trouvent réduits à +1,5°C, par rapport à +2°C, qu'il s'agisse du nombre d'événements extrêmes, de vagues de chaleur dans le monde entier, de précipitations diluviennes prévues dans la plupart des régions, de feux de forêts, d'invasions ou d'extinctions d'espèces, de productivité des océans, de rendement agricole global, ou encore de perte plus limitée du permafrost, les sols gelés des hautes latitudes.

Ces risques seront moindres en particulier si l'on évite de dépasser 1,5° (au lieu de le dépasser pour ensuite faire baisser la température plus tard dans le siècle). Car se rapprocher d'un réchauffement de +2°C aurait des impacts irréversibles sur certaines espèces (plantes et vertébrés).

Pour autant, stopper le mercure à 1,5°C d'ici 2100 pourrait ne pas suffire à stopper la déstabilisation des calottes glaciaires de l'Antarctique et du Groënland, promesses de montée des mers importante dans les siècles à venir.

Que faire?

Stabiliser le réchauffement à 1,5°C exige d'arriver à une neutralité en émissions de CO2 (issues à 80% de la combustion des énérgies fossiles) au milieu du siècle : ne plus émettre dans l'atmosphère plus que ce que nous sommes capables d'en retirer. Tout en réduisant les autres GES, notamment le très réchauffant méthane. Et les chances de succès sont accrues si cela se fait d'ici 2030.

Le résumé provisoire suggère aussi, dans ses graphiques, que le maximum des émissions mondiales de CO2 soit atteint... en 2020.

Alors comment faire? Il n'y a "pas de réponse simple" à la question de la faisabilité, souligne le Giec.

Cela demandera une transition "rapide et vaste", ces 10 ou 20 ans à venir, en matière de systèmes énergétiques, urbains, industriels...

La plupart des scénarios étudiés par les experts pour rester à +1,5°C, incluent des procédures d'absorption du CO2 (par les sols et forêts notamment).

Mais en l'état actuel des connaissances, le captage et le stockage de CO2 à très grande échelle n'est pas maîtrisé par les industriels. Le plus sûr reste une réduction très rapide des émissions, notent les experts.

Le Giec en revanche ne retient pas l'option, très "incertaine", des techniques de manipulation du rayonnement solaire (par exemple via l'envoi d'aérosols dans la stratosphère pour refroidir le climat).

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une nouvelle revue pour les adeptes de la collapsologie
Une épidémie menace un perroquet en danger d'extinction
Bonheur et Harmonie : deux pandas prometteurs pour la survie de l'espèce
L'océan, un poumon de la planète au coeur des enjeux climatiques
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
L'Inde suffoque sous la chaleur, jusqu'à 50°C
Europol: sauvetage de milliers de reptiles destinés à finir en sac à main
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Les chimpanzés ne survivent plus que dans des ghettos forestiers
Encore loin du zéro déchet, les Sénégalais mènent la lutte contre les ordures
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le CBD pourrait devenir une arme puissante contre l'antibiorésistance
Un traitement pour soigner l'hypertension pourrait protéger de la maladie d'Alzheimer
Une nouvelle revue pour les adeptes de la collapsologie
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.062 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.