ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 15 Décembre 2018

PLANETE - Publié le 02/10/2018 à 13:22


Climat: quelques enseignements attendus du rapport du GIEC



Entre +1,5°C et +2°C de réchauffement, les impacts seront bien différents, décrit le groupe des experts climat de l'ONU, selon des versions provisoires de son rapport.

Où en est-on?

Si les émissions de GES (gaz à effet de serre) générées par l'homme gardent leur rythme actuel, le réchauffement terrestre moyen dépassera +1,5°C (par rapport au niveau pré-industriel) d'ici environ 2040.

Si toutes ces émissions cessaient immédiatement, il est probable que le monde resterait sous ce seuil critique de 1,5°C. Pour autant, les gaz déjà émis continueraient à eux seuls à générer certains impacts, notamment en terme d'élévation du niveau des mers.

Quels impacts prévus?

Les risques se trouvent réduits à +1,5°C, par rapport à +2°C, qu'il s'agisse du nombre d'événements extrêmes, de vagues de chaleur dans le monde entier, de précipitations diluviennes prévues dans la plupart des régions, de feux de forêts, d'invasions ou d'extinctions d'espèces, de productivité des océans, de rendement agricole global, ou encore de perte plus limitée du permafrost, les sols gelés des hautes latitudes.

Ces risques seront moindres en particulier si l'on évite de dépasser 1,5° (au lieu de le dépasser pour ensuite faire baisser la température plus tard dans le siècle). Car se rapprocher d'un réchauffement de +2°C aurait des impacts irréversibles sur certaines espèces (plantes et vertébrés).

Pour autant, stopper le mercure à 1,5°C d'ici 2100 pourrait ne pas suffire à stopper la déstabilisation des calottes glaciaires de l'Antarctique et du Groënland, promesses de montée des mers importante dans les siècles à venir.

Que faire?

Stabiliser le réchauffement à 1,5°C exige d'arriver à une neutralité en émissions de CO2 (issues à 80% de la combustion des énérgies fossiles) au milieu du siècle : ne plus émettre dans l'atmosphère plus que ce que nous sommes capables d'en retirer. Tout en réduisant les autres GES, notamment le très réchauffant méthane. Et les chances de succès sont accrues si cela se fait d'ici 2030.

Le résumé provisoire suggère aussi, dans ses graphiques, que le maximum des émissions mondiales de CO2 soit atteint... en 2020.

Alors comment faire? Il n'y a "pas de réponse simple" à la question de la faisabilité, souligne le Giec.

Cela demandera une transition "rapide et vaste", ces 10 ou 20 ans à venir, en matière de systèmes énergétiques, urbains, industriels...

La plupart des scénarios étudiés par les experts pour rester à +1,5°C, incluent des procédures d'absorption du CO2 (par les sols et forêts notamment).

Mais en l'état actuel des connaissances, le captage et le stockage de CO2 à très grande échelle n'est pas maîtrisé par les industriels. Le plus sûr reste une réduction très rapide des émissions, notent les experts.

Le Giec en revanche ne retient pas l'option, très "incertaine", des techniques de manipulation du rayonnement solaire (par exemple via l'envoi d'aérosols dans la stratosphère pour refroidir le climat).

Au Bangladesh, le combat d'un homme pour sauver les arbres un par un
Les Chinois sèment la zizanie chez les pêcheurs de Madagascar
Biocontrôle: la guerre des insectes aura bien lieu
Des Amérindiens dénoncent des projets de forage en Alaska
Moins de caribous, davantage d'algues rouges dans un Arctique plus chaud en 2018
Au Népal, la bombe à retardement des lacs glaciaires
Au Chili, le risque d'une hétacombe plane sur les forêts de pins millénaires
En 2 siècles, l'humanité va annuler 3 millions d'années de refroidissement du climat
Le poulet, symbole des répercussions de l'humain sur la nature
A Maurice, tout est bon dans la canne à sucre, même l'électricité
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La résilience provient d'anomalies dans le cerveau
Nos choix de carrière influencent notre personnalité
Les bactéries intestinales, piste de recherche pour traiter le diabète
Virgin Galactic prépare un nouveau vol d'essai, plus près de la frontière de l'espace
Au Bangladesh, le combat d'un homme pour sauver les arbres un par un
 LES PLUS LUS 
Confirmation de présence de glace à la surface de la Lune
La momification, un procédé plus ancien qu'on ne le pensait
Un satellite européen inédit d'étude des vents mis sur orbite
Avec le Brexit, risque d'une pénurie de sperme au Royaume-Uni
Comment la fièvre jaune s'est propagée au Brésil
Un drone filme des images inédites d'un peuple isolé d'Amazonie
Inondations en Inde : alerte aux serpents avec la baisse des eaux
Un reste fossilisé d'enfant prouve l'accouplement entre deux espèces humaines
Un examen ophtalmologique expérimental pourrait détecter Alzheimer
Pas de niveau minimum d'alcool qui soit sans danger pour la santé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.054 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.