ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 25 Juin 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 03/10/2018 à 13:40


Fuite sur la Station spatiale internationale: un acte délibéré, dit toujours la Russie



L'agence spatiale russe a de nouveau mis en cause un « acte délibéré » dans la fuite d'oxygène sur un vaisseau Soyouz amarré à la Station spatiale internationale (ISS), due à un minuscule trou découvert le 30 août.

Selon le directeur de Roskosmos, Dmitri Rogozine, une première commission mise en place par la Russie pour déterminer les causes de l'incident a écarté la piste du défaut de fabrication.

« Il reste la version de l'acte délibéré. Où cela a-t-il été fait? Une seconde commission doit le déterminer », a déclaré M. Rogozine à la télévision russe lundi soir.

M. Rogozine avait le premier évoqué publiquement l'hypothèse d'un sabotage, parlant d'un possible « acte prémédité » sur Terre ou dans l'espace, quelques jours après la découverte de ce trou de deux millimètres de large sur le vaisseau Soyouz russe amarré à l'ISS.

Des médias russes avaient alors évoqué la thèse d'un trou fait par les astronautes américains pour créer une situation d'alerte, leur permettant de ramener plus vite sur Terre un de leurs collègues malades.

Plusieurs responsables russes avaient ensuite démenti que les astronautes américains étaient suspectés d'avoir percé le trou, qui a provoqué une baisse de pression dans la station orbitale.

Six personnes occupent actuellement l'ISS: Oleg Artemiev et Sergueï Prokopiev pour la Russie, Drew Feustel, Arnold Robert et Serena Auñón-Chancellor pour les États-Unis et l'Allemand Alexander Gerst, qui représente l'Agence spatiale européenne (ESA).

L'orifice, situé sur une partie du vaisseau Soyouz qui ne sera pas utilisée pour le retour sur Terre, a été rebouché par les cosmonautes russes de l'ISS, qui l'avaient découvert le 30 août.

M. Rogozine a en outre accusé lundi les États-Unis de chercher à introduire des armes dans l'espace à l'aide de leur drone militaire X-37, qui alimente les spéculations depuis son premier vol en 2010 et est soupçonné d'être un possible bombardier spatial ou un « tueur de satellite ».

« Les Américains ont leur X-37. Nous ne comprenons pas son but. (...) C'est une navette qui reste dans l'espace pendant plusieurs mois, puis revient, puis recommence. En réalité, cette chose peut être utilisée comme un porteur d'armes », a-t-il déclaré.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les fragments de Lune d'Apollo ont transformé la connaissance de l'univers
La conquête de l'espace en dix grandes dates
Il y a bientôt 50 ans, deux Américains marchaient sur la Lune
La Station spatiale internationale ouverte aux touristes en 2020
SpaceX assure que la visibilité de ses 60 satellites Starlink va diminuer
La NASA prépare l'envoi d'équipements sur la Lune en 2020
Panique astronomique face à la constellation de satellites de SpaceX dans le ciel
Détournements astronomiques dans le secteur spatial russe
SpaceX lance la première grappe de sa constellation de satellites
Après la Lune, le premier pas sur Mars dans les années 2030... ou 2060?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le CBD pourrait devenir une arme puissante contre l'antibiorésistance
Un traitement pour soigner l'hypertension pourrait protéger de la maladie d'Alzheimer
Une nouvelle revue pour les adeptes de la collapsologie
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.147 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.