ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 17 Fevrier 2019

RECHERCHE - Publié le 09/10/2018 à 11:47


Un gène responsable de la dysfonction érectile identifié par des chercheurs



Une variation génétique a été identifiée par des chercheurs comme l'un des responsables des problèmes d'érection, ce qui pourrait contribuer à améliorer un jour les traitements, selon des résultats publiés lundi dans les compte-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS).

Les scientifiques ont trouvé, sur l'immense chaîne de l'ADN humain, un endroit spécifique où une variation était liée à la dysfonction érectile, en travaillant à partir d'une base de données de 36.649 patients de Kaiser Permanente Northern California.

Selon ces résultats, les hommes ayant une copie de cette variante ont 26% de risque supplémentaire d'avoir des problèmes d'érection, par rapport à la moyenne de la population. Ceux ayant deux copies de la variante ont un risque augmenté de 59%, selon le généticien Eric Jorgenson, auteur principal de l'étude.

Le risque normal est d'environ un homme sur cinq, selon une étude de 2007 aux Etats-Unis, mais la proportion augmente nettement avec l'âge.

Environ un tiers du risque de dysfonction érectile est dû à des facteurs génétiques et, selon cette nouvelle étude, la variation génétique identifiée correspond à 2% à elle seule, soit plus qu'aucune autre identifiée à ce jour, dit Eric Jorgenson à l'AFP.

L'obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires, qui ont des composants génétiques, sont également liés aux problèmes d'érection.

"Les traitements disponibles contre la dysfonction érectile ne fonctionnent pas chez environ la moitié des hommes traités", explique M. Jorgenson. "Si l'on arrivait à développer de nouveaux traitements qui ciblent cette variation génétique, nous pourrions aider ces hommes-là".

Ces résultats confirment de précédentes études et ont été validés en étudiant une seconde base de données au Royaume-Uni.

L'usage du cannabis à l'adolescence associé à un risque accru de dépression à l'âge adulte
Une étude américaine souligne la dangerosité du Roundup
Étude: lien modeste entre les aliments ultratransformés et la santé
Une nouvelle pierre à l'édifice contre les aliments ultratransformés
Regarder la télé serait le pire comportement sédentaire pour les enfants
Des bactéries dans nos intestins pourraient jouer un rôle dans la dépression
La pollution de l'air à l'école pourrait être associée à un risque accru d'obésité
Une étude trouve un lien étonnant entre cannabis et fertilité masculine
La sédentarité entrerait en jeu dans l'augmentation du risque de cancer colorectal précoce
Calcification des artères : la pratique intensive du sport serait sans danger pour le coeur
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Everest: la Chine interdit aux touristes son camp de base au Tibet
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
Découverte de la chambre funéraire d'un noble inca au Pérou
Maladies chroniques : et si on prescrivait des activités physiques sur ordonnance ?
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.050 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.