ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 20 Mai 2019

TECHNOLOGIES - Publié le 10/10/2018 à 13:21


Géothermie: les Philippines veulent rattraper le temps perdu



Les dizaines de volcans des Philippines sont, par la chaleur qu'ils renferment, une véritable mine d'or énergétique. Et Manille compte bien en profiter pour relancer son secteur géothermique et réduire sa dépendance à l'égard du fossile.

Grâce à sa position sur la "Ceinture de feu du Pacifique", une zone d'intense activité sismique, l'archipel a longtemps été un des plus gros producteurs d'énergie géothermique. Mais des années de négligences et de sous-investissements ont plombé le secteur.

Une série de nouveaux projets ont été lancés pour exploiter l'un des plus gros gisements de chaleur volcanique au monde et permettre aux Philippines de ne plus dépendre du charbon pour la production de la moitié de son électricité.

"C'est une évolution excitante", décrit à l'AFP Enrique Nunez, directeur de l'ONG Conservation International. "Dans un environnement où le charbon est roi, c'est une bonne chose".

Sur le site de Maibarara, à une heure au sud de Manille, des conduits métalliques brillants crachent une épaisse vapeur blanche sur une colline recouverte de jungle. Il s'agit d'une des usines qui ont été récemment rénovées.

Le principe est simple: la vapeur d'eau à très haute température captée dans les profondeurs de la Terre est remontée pour alimenter des turbines produisant l'énergie.

"Il n'y a pas de fumées", observe Paul Elmer Morala, le gestionnaire du site. "Cela fait un peu de bruit mais les voisins ne se plaignent pas".

Pendant des années, les Philippines furent, derrière les Etats-Unis, le deuxième producteur d'énergie géothermique au monde, avec le développement de projets dans les années 1970 et 1980 pour faire face au choc pétrolier.

Mais pour accompagner son essor économique ces dernières décennies, l'archipel s'est tourné vers le charbon, une source d'énergie moins chère et beaucoup plus facile à exploiter rapidement.

Depuis 2002, la quantité d'énergie tirée de la géothermie est demeurée plus ou moins constante tandis que celle provenant des centrales au gaz ou au charbon a triplé.

Et au début 2018, les Philippines ont même cédé leur deuxième place sur le podium de la géothermie à l'Indonésie, avec l'achèvement du projet gigantesque de Sarulla, sur l'île de Sumatra.

- "Très risqué" -

En juin, le gouvernement philippin a donné son feu vert à de nouveaux contrats d'exploration, après avoir ces dernières années accordé une dizaine de permis de puits d'exploration à des entreprises.

"Le but est bien sûr d'augmenter les capacités existantes", a déclaré à l'AFP Ariel Fronda, responsable du département des énergies renouvelables au ministère philippin de l'Energie.

"Il y a beaucoup d'intérêt pour les énergies renouvelables".

Les sept champs philippins de géothermie fournissent environ 12% de l'énergie utilisée dans l'archipel, et le projet est de doubler cette part d'ici 2040.

Les réserves philippines en géothermie sont les cinquièmes au monde, après les Etats-Unis, l'Indonésie, le Japon et le Kenya.

Identifier ces ressources est cependant particulièrement coûteux. Chaque puits d'exploration coûtant jusqu'à huit millions de dollars chacun, sans aucune garantie de succès.

"La géothermie, c'est très risqué", explique M. Fronda. Le gouvernement exige pour chaque projet d'exploration la construction de deux puits afin d'estimer plus précisément les réserves du site.

Si les Philippines ont reculé d'une place dans le classement mondial, elles restent un des grands acteurs du secteur de la géothermie, estime David Livingston, un expert des énergies renouvelables au sein du think-tank Atlantic Council.

"Les Philippines peuvent jouer un rôle de catalyseur pour susciter l'intérêt pour la géothermie d'autres Nations en développement, en particulier si ses projets les plus récents sont couronnés de succès", a-t-il dit.

La "ceinture de feu du Pacifique", où se situent les Philippines, est une des zones du monde où séismes et éruptions volcaniques sont les plus fréquents.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


L'intelligence artificielle et le big data à la rescousse des agriculteurs africains
Aux États-Unis, un drone a livré un colis précieux: un rein
D'ici 50 ans, il pourrait y avoir plus de profils de personnes décédées que vivantes sur Facebook
Mario Kart débarque sur smartphone cet été
Imagerie médicale: le prototype d'un scanner révolutionnaire inauguré à Lyon
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Les robots en action à la Cité des sciences
Le streaming de jeux vidéo, une fausse bonne idée?
Les robots permettent aux poissons et aux abeilles de communiquer entre eux pour la première fois
La réalité virtuelle à la rescousse dans la gestion des catastrophes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Mayotte: naissance d'un nouveau volcan sous-marin à l'origine des séismes
Voir le trou noir fut comme reconstituer une chanson jouée sur un piano cassé, dit Katie Bouman
SpaceX reporte encore son premier lancement de satellites internet
Embrasse ta vache, le défi qui ne fait pas rire l'Autriche
La Chine à la recherche du manteau lunaire
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.028 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.