ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 15 Décembre 2018

PLANETE - Publié le 12/10/2018 à 13:28


Réduire la consommation de viande pour préserver le climat



La consommation globale de viande devra être réduite drastiquement si le monde veut agir contre le réchauffement climatique, montre une étude parue dans la revue Nature et consacrée à l'impact environnemental de ce que nous mangeons.

Les pays développés en particulier devront réduire de 90 % leur consommation de viande pour préserver la planète et nourrir les quelque 10 milliards d'humains attendus d'ici 2050, ont calculé les chercheurs.

La production agroalimentaire, consommatrice d'eau, source de déforestation, est un facteur majeur de réchauffement climatique. Et sans un recul net de la consommation de viande, son impact sur l'environnement devrait croître jusqu'à 90 % d'ici la moitié du siècle, préviennent les chercheurs, qui appellent aussi à réduire le gaspillage alimentaire et à de meilleures pratiques agricoles.

« Aucune solution à elle seule ne suffira à nous garder dans "les limites planétaires" », souligne Marco Springmann, de l'université d'Oxford. « Mais si toutes les solutions étaient mises en oeuvre ensemble, il pourrait être possible de nourrir de façon durable une population en pleine croissance ».

« Sans action concertée, les impacts environnementaux de notre alimentation pourraient croître de 50 à 90 % d'ici 2050, du fait de la croissance de la population et de régimes toujours plus riches en graisses, sucre et viande », ajoute l'auteur principal de ces travaux, parus quelques jours après la publication par l'ONU d'un bilan scientifique alarmant sur l'accélération du réchauffement.

L'élevage en particulier a un fort impact, les animaux générant de fortes émissions de méthane - gaz à effet de serre moins persistant que le CO2 mais beaucoup plus réchauffant. Produire de la viande est aussi synonyme de consommation d'eau : pour produire 500 g de boeuf, il faut près de 7000 litres d'eau.

Selon les auteurs, réduire de moitié le gaspillage alimentaire dû à de simples problèmes de gestion, pourrait en outre réduire les répercussions environnementales de 16 %.

Les scientifiques soulignent le rôle de l'éducation, et la nécessité d'une réforme de l'industrie. « Il faut une approche globale, en terme de politiques et d'industrie, pour permettre ces changements des modes d'alimentation, pour les rendre plus sains, plus axés sur les végétaux et le plus attrayants possible pour le plus grand nombre », estime Marco Springmann.

Au Bangladesh, le combat d'un homme pour sauver les arbres un par un
Les Chinois sèment la zizanie chez les pêcheurs de Madagascar
Biocontrôle: la guerre des insectes aura bien lieu
Des Amérindiens dénoncent des projets de forage en Alaska
Moins de caribous, davantage d'algues rouges dans un Arctique plus chaud en 2018
Au Népal, la bombe à retardement des lacs glaciaires
Au Chili, le risque d'une hétacombe plane sur les forêts de pins millénaires
En 2 siècles, l'humanité va annuler 3 millions d'années de refroidissement du climat
Le poulet, symbole des répercussions de l'humain sur la nature
A Maurice, tout est bon dans la canne à sucre, même l'électricité
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La résilience provient d'anomalies dans le cerveau
Nos choix de carrière influencent notre personnalité
Les bactéries intestinales, piste de recherche pour traiter le diabète
Virgin Galactic prépare un nouveau vol d'essai, plus près de la frontière de l'espace
Au Bangladesh, le combat d'un homme pour sauver les arbres un par un
 LES PLUS LUS 
Confirmation de présence de glace à la surface de la Lune
La momification, un procédé plus ancien qu'on ne le pensait
Un satellite européen inédit d'étude des vents mis sur orbite
Avec le Brexit, risque d'une pénurie de sperme au Royaume-Uni
Comment la fièvre jaune s'est propagée au Brésil
Un drone filme des images inédites d'un peuple isolé d'Amazonie
Inondations en Inde : alerte aux serpents avec la baisse des eaux
Un reste fossilisé d'enfant prouve l'accouplement entre deux espèces humaines
Un examen ophtalmologique expérimental pourrait détecter Alzheimer
Pas de niveau minimum d'alcool qui soit sans danger pour la santé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.038 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.