ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 20 Mai 2019

PLANETE - Publié le 12/10/2018 à 13:28


Réduire la consommation de viande pour préserver le climat



La consommation globale de viande devra être réduite drastiquement si le monde veut agir contre le réchauffement climatique, montre une étude parue dans la revue Nature et consacrée à l'impact environnemental de ce que nous mangeons.

Les pays développés en particulier devront réduire de 90 % leur consommation de viande pour préserver la planète et nourrir les quelque 10 milliards d'humains attendus d'ici 2050, ont calculé les chercheurs.

La production agroalimentaire, consommatrice d'eau, source de déforestation, est un facteur majeur de réchauffement climatique. Et sans un recul net de la consommation de viande, son impact sur l'environnement devrait croître jusqu'à 90 % d'ici la moitié du siècle, préviennent les chercheurs, qui appellent aussi à réduire le gaspillage alimentaire et à de meilleures pratiques agricoles.

« Aucune solution à elle seule ne suffira à nous garder dans "les limites planétaires" », souligne Marco Springmann, de l'université d'Oxford. « Mais si toutes les solutions étaient mises en oeuvre ensemble, il pourrait être possible de nourrir de façon durable une population en pleine croissance ».

« Sans action concertée, les impacts environnementaux de notre alimentation pourraient croître de 50 à 90 % d'ici 2050, du fait de la croissance de la population et de régimes toujours plus riches en graisses, sucre et viande », ajoute l'auteur principal de ces travaux, parus quelques jours après la publication par l'ONU d'un bilan scientifique alarmant sur l'accélération du réchauffement.

L'élevage en particulier a un fort impact, les animaux générant de fortes émissions de méthane - gaz à effet de serre moins persistant que le CO2 mais beaucoup plus réchauffant. Produire de la viande est aussi synonyme de consommation d'eau : pour produire 500 g de boeuf, il faut près de 7000 litres d'eau.

Selon les auteurs, réduire de moitié le gaspillage alimentaire dû à de simples problèmes de gestion, pourrait en outre réduire les répercussions environnementales de 16 %.

Les scientifiques soulignent le rôle de l'éducation, et la nécessité d'une réforme de l'industrie. « Il faut une approche globale, en terme de politiques et d'industrie, pour permettre ces changements des modes d'alimentation, pour les rendre plus sains, plus axés sur les végétaux et le plus attrayants possible pour le plus grand nombre », estime Marco Springmann.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Mayotte: naissance d'un nouveau volcan sous-marin à l'origine des séismes
La survie miraculeuse du pirarucu, poisson géant d'Amazonie
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Deux tiers des plus longs cours d'eau du monde entravés par des structures humaines
Canada: trois espèces de baleines en péril
La surpêche menace les océans
Bannir les pailles en plastique ne sauvera pas les océans
Un million d'espèces menacées d'extinction, révèle l'ONU
Des sites archéologiques d'Alaska menacés par le changement climatique
Le film plastique produit à partir de recyclé se développe
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Mayotte: naissance d'un nouveau volcan sous-marin à l'origine des séismes
Voir le trou noir fut comme reconstituer une chanson jouée sur un piano cassé, dit Katie Bouman
SpaceX reporte encore son premier lancement de satellites internet
Embrasse ta vache, le défi qui ne fait pas rire l'Autriche
La Chine à la recherche du manteau lunaire
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.031 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.