ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 19 Novembre 2018

CIEL&ESPACE - Publié le 17/10/2018 à 13:15


Les deux rescapés de Soyouz racontent leur atterrissage d'urgence



Le cosmonaute russe Alexeï Ovtchinine a comparé mardi la pression ressentie lors de la procédure d'éjection d'urgence de son vaisseau Soyouz la semaine dernière à « un bloc de béton sur la poitrine ». L'astronaute américain Nick Hague, lui, se souvient des violentes secousses.

Les deux hommes de la mission 57 étaient censés se trouver en ce moment à 400 km en orbite au-dessus de la Terre, à bord de la Station spatiale internationale (ISS). Un problème environ deux minutes après le décollage a déclenché l'éjection automatique de la tour de sauvetage de la fusée, dans laquelle se trouvait la capsule avec les deux hommes.

Ils ont chacun raconté leur expérience mardi, l'un depuis la Russie, l'autre depuis Houston aux États-Unis.

Interviewé par la télévision publique Rossiya 24, Alexeï Ovtchinine a expliqué que « la pression ressentie durant la descente va de la poitrine au dos, donc imaginez que quelqu'un pose sur votre poitrine un gros bloc de béton qui fait sept fois votre poids ».

Le cosmonaute de 47 ans, dont c'était le deuxième voyage dans l'espace, a toutefois noté que la pression n'était « pas si intense, un peu moins de 7-g », soit moins que les pressions auxquelles sont confrontés les spationautes durant leur entraînement.

Mais c'était plus que les 5-g des redescentes normales de Soyouz, a dit Nick Hague, 43 ans, et dont c'était la première mission.

« Je me sens bien, comme mon collègue américain Nick Hague », a ajouté Alexeï Ovtchinine selon qui « les docteurs ont conclu que notre santé est bonne, et même excellente ».

« La première chose que j'ai ressentie est d'être violemment secoué d'un côté à l'autre », a expliqué de son côté Nick Hague, dans un questions-réponses avec des médias retransmis sur l'internet par la NASA. Ces secousses étaient dues au fait que leur capsule s'éloignait, grâce à ses propres moteurs, le plus vite possible de la fusée, avant l'ouverture des parachutes.

Les deux coéquipiers ont en même temps vu les signaux d'alarme allumés. « Tout ce que vous avez appris à l'entraînement prend alors la main », a raconté l'Américain.

Mais « pour l'essentiel, le système automatique de sauvetage a tout fait, nous l'avons seulement suivi », a précisé le Russe.

La Russie a créé une commission d'enquête afin de déterminer les raisons de cet échec, qui pourrait avoir des conséquences sur le planning de l'ISS.

Bien sûr, il y a la déception de ne pas être dans l'espace. Nick Hague a rappelé qu'il s'était entraîné deux ans pour cette mission. D'autres astronautes s'entraînent depuis des années pour les prochaines missions.

« Je suis prêt à voler dès que la NASÀ le voudra », a dit l'astronaute, y compris à bord d'une Soyouz, qui est pour l'instant le seul véhicule capable d'emmener des humains dans l'espace.

L'échec de jeudi « n'a fait que renforcer ma confiance dans la solidité de ce système », a dit Nick Hague. Le système d'urgence « n'avait pas été activé en 35 ans, mais nous l'avons activé la semaine dernière, et il marche. Cela témoigne de l'engagement, de la persévérance et de l'attention aux détails » des équipes Soyouz, a-t-il dit.

SpaceX autorisée à placer 12 000 satellites en orbite
Le verre fait d'explosions cosmiques, selon une étude
La météo retarde le décollage d'une fusée de la NASA devant ravitailler l'ISS
La NASA veut des astronautes sur Mars d'ici 25 ans
Une nouvelle industrie spatiale émerge: le dépannage en orbite
Comment conduire un robot sur Mars
Volée de critiques contre deux astronomes évoquant une sonde extra-terrestre
Une sonde de la NASA s'approche du Soleil
Décollage d'une fusée Soyouz embarquant un satellite météorologique​
La Chine dévoile sa future station spatiale
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Epidémie de sans-gluten ? La recherche tente d'y voir plus clair
Chine: une carrière reconvertie en hôtel 5 étoiles
Bordeaux : a-t-on enfin localisé le corps disparu de Montaigne ?
Une pub contre l'huile de palme critiquée par un acteur majeur du secteur
Contre la sécheresse, Le Cap devrait déraciner les arbres non indigènes
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.047 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.