ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 22 Mars 2019

INSOLITE - Publié le 18/10/2018 à 14:19


En Birmanie, un temple bouddhiste transformé en havre pour pythons



Si dans d'autres religions comme le christianisme le serpent est assimilé au mal, en Birmanie, un temple bouddhiste leur est dédié, et les fidèles se pressent pour prier des pythons en liberté d'exaucer leurs vœux.

"Certains des serpents sont donnés par des fidèles, d'autres sont venus d'eux mêmes depuis la forêt ou sont nés ici", explique Sandar Thiri, une religieuse du temple de Baungdawgyoke, dans la banlieue de Rangoun, plus connu sous le nom de "temple aux serpents".

Ce temple entouré par un lac, où les fidèles arrivent par un pont de bois, héberge plusieurs dizaines de pythons depuis un peu plus de dix ans, quand selon la légende, deux premiers serpents ont décidé d'y élire domicile.

D'autres temples en province, à Bago et Mandalay, hébergent quelques serpents, mais celui-ci est le plus important.

Depuis, ils sont partout: l'un rampe sur l'arbre de bouddha posé au milieu de la salle de prière, deux autres sont endormis dans le cadre d'une fenêtre ouverte, d'autres encore, posés au pied d'un moine, se laissent docilement poser des billets de 1.000 kyats (0,5 euro) sur le dos par les fidèles.

Le "naga", animal mythique de l'hindouisme (qui veut dire "serpent" en sanskrit), est une figure clef des temples en Asie du Sud-Est, où références bouddhistes, hindouistes et animistes se mêlent.

Les nagas, gardiens des richesses du monde souterrain, sont souvent représentés, taillés dans la pierre, à l'entrée des temples. Et pour accéder à ceux construits sur des collines, le visiteur se retrouve souvent à monter le long d'un escalier dont la rambarde a la forme de corps du fameux serpent naga.

Mais si habituellement le serpent est représenté sous forme de statue ou de peinture, en Birmanie, les habitants viennent prier leurs incarnations vivantes.

"Je suis venu ici car je sens que j'ai une connexion avec les serpents", explique Kyi Kyi Win, fidèle de 54 ans venu prier les serpents.

D'autres comme Nay Myo Thu, agriculteur de 30 ans, est venu déposer un serpent découvert dans ses champs.

"Je ne veux pas m'attirer le mauvais oeil en tuant une créature. Attraper les serpents et les donner me porte au contraire chance", explique-t-il.

Une fois sur place, les pythons deviennent eux-mêmes végétariens et ne chassent plus de proies, assure la religieuse Sandar Thiri.

"Ils ne mangent plus de viande ni de poisson, même quand les fidèles en déposent devant eux", dit-elle.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une tortue sacrée embaumée pour l'éternité au Vietnam
Un météore perce le ciel de Los Angeles ? Non, un coup de publicité
Un tapis bosnien confectionné avec 25 000 bouchons en plastique
2.000 couverts: pour ses 50 ans, Rungis régale la plus grande tablée du monde
Une petite ville américaine élit une chèvre comme nouveau maire
Bretagne: un renard tué par des poules dans un poulailler
Un plongeur miraculé avalé par une baleine
Un Tchèque tué par un lion qu'il élevait sans autorisation
Au Canada, le plus grand labyrinthe de neige du monde attire les touristes
Une famille endettée? Sa chienne est saisie et vendue sur eBay
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une tortue sacrée embaumée pour l'éternité au Vietnam
Une fusée Vega met sur orbite un satellite d’observation de la Terre pour l’Italie
Chili: faire pousser des légumes dans le désert le plus aride du monde
Climat: les géants de l'énergie ont dépensé 1 milliard de dollars en lobbying depuis la COP21
Le plastique menace toute vie aux Galapagos
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Climat: Mars n'est pas un plan B pour l'humanité, met en garde une astronaute
Froid dedans, plus chaud dehors: l'Inde dans le cercle vicieux des climatiseurs
Cop24: Réduire le gaspillage et consommer moins de viande pour nourrir la terre en 2050 selon une étude
Dans la violente Ciudad Juarez, réhydrater des cadavres pour les identifier
Une technique de poterie millénaire remise au goût du jour contre le gaspillage de l'eau
En Saône-et-Loire, une usine change les déchets en biogaz
Qu'est-ce que tu veux pour Noël? Un test ADN!
L'UE sans plastiques à usage unique en 2021
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.034 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.