ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 21 Mai 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 23/10/2018 à 11:59


Mars: de l'oxygène dans l'eau salée pourrait favoriser la vie selon une étude



De l'eau très salée située sous la surface de Mars pourrait, si elle existe, contenir assez d'oxygène pour permettre de respirer à des microbes, "voire à des animaux simples comme les éponges", affirment lundi des chercheurs.

Leur étude, publiée dans Nature Geoscience, est basée sur des calculs et des modèles.

"Cela révolutionne complètement notre compréhension de la possibilité d'une vie, présente ou passée, sur Mars" et du rôle de la molécule d'oxygène (02) dans ce processus, assure à l'AFP Vlada Stamenkovic, chercheur au laboratoire JPL de la Nasa et principal auteur de l'étude.

En raison de l'extrême rareté de l'oxygène (environ 1,45%) dans l'atmosphère martienne, les scientifiques ont eu tendance à considérer que la planète rouge n'était pas capable de produire des environnements avec suffisamment d'oxygène pour permettre la respiration aérobie, relève l'étude.

Ce type de respiration, qui requiert l'oxygène comme carburant, est celle qui est de très loin la plus répandue sur Terre grâce à la photosynthèse qui permet aux plantes de libérer de l'oxygène dans l'atmosphère.

Il existe aussi une autre forme de respiration cellulaire, dite anaérobie, utilisée essentiellement sur notre planète par des procaryotes (dont la cellule est sans noyau) vivant dans des milieux dépourvus d'oxygène.

Jusqu'à présent, les chercheurs avaient donc concentré leurs efforts sur une possible vie anaérobie sur Mars.

Mais "là, nous avons trouvé que la vie sur Mars - si jamais elle a existé ou existe encore - avait assez d'oxygène pour respirer", pointe Vlada Stamenkovic.

L'équipe de chercheurs de Caltech et du JPL s'est intéressée aux perspectives offertes par la présence possible de saumures sur Mars, comme le laissent espérer des recherches récentes. Il s'agit d'un mélange d'eau et de sels en forte concentration susceptibles d'abaisser le point de congélation de l'eau (de sorte qu'elle reste liquide à des températures plus froides).

- Vérifier avec des instruments -

Les chercheurs ont procédé en plusieurs étapes. Ils ont d'abord calculé combien d'oxygène pouvait se dissoudre dans l'eau salée dans les conditions de pression, de température et de chimie propres à ces saumures martiennes.

Ils ont ensuite utilisé un modèle climatique prédisant la pression et la température dans différentes régions martiennes, pour cartographier la solubilité de l'oxygène dans de l'eau salée en différents endroits de la planète rouge.

Enfin ils ont étudié les changements climatiques sur Mars au cours des 20 derniers millions d'années.

"Nous montrons où se trouvent les meilleurs endroits pour trouver de l'oxygène dissoute sur la planète aujourd'hui" et comment cela a évolué avec le temps, indique le chercheur du JPL (Jet Propulsion Laboratory) à Pasadena (Californie). "Certaines régions permettent même une solubilité de l'oxygène suffisante pour permettre à des animaux simples comme les éponges de respirer", assure-t-il.

Les chercheurs insistent sur le fait que leurs "résultats n'impliquent pas qu'il y ait une vie sur Mars" mais seulement que "l'habitabilité de la planète est modifiée par la présence potentielle d'oxygène dissoute". Ils ne seraient pas étonnés que leur étude fasse débat.

L'équipe ayant travaillé sur la base de modèles et de calculs, il reste à confirmer ou non leur thèse grâce à l'exploration martienne.

En premier lieu, il faudrait envoyer sur Mars des instruments pour rechercher cette saumure martienne et l'eau située juste sous la surface, indique Vlada Stamenkovic, ajoutant que le JPL est en train de mettre au point ce type de matériel.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Après la Lune, le premier pas sur Mars dans les années 2030... ou 2060?
Voir le trou noir fut comme reconstituer une chanson jouée sur un piano cassé, dit Katie Bouman
SpaceX reporte encore son premier lancement de satellites internet
La Chine à la recherche du manteau lunaire
SpaceX lance la première vague de sa constellation de satellites
Mission lunaire: la NASA demande une rallonge budgétaire de 1,6 milliard
L'exercice de simulation d'astéroïde a fini par l'annihilation de New York
Si un astéroïde fonçait sur la Terre, que ferait-on?
Un premier séisme détecté sur Mars
Un premier Chinois sur la Lune dans une dizaine d'années, selon Pékin
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le déclin des abeilles menace la sécurité alimentaire mondiale, selon la FAO
Au Chelsea Flower Show, des jardins du futur face au changement climatique
La neutralité carbone en France est possible, disent de grandes entreprises
Une montée des océans de 2 mètres plausible d'ici 2100
Comment les mères bonobos aident leurs fils à se reproduire
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.047 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.