ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 17 Novembre 2018

TECHNOLOGIES - Publié le 28/10/2018 à 02:19


Les casques de réalité virtuelle entrent au bloc opératoire



Gants, scalpels, ciseaux... et pour les patients, casques de réalité virtuelle ! L'équipement du bloc opératoire s'enrichit d'un nouvel objet inattendu sous l'impulsion d'une start-up strasbourgeoise, qui lance des outils pour faciliter la vie des anesthésistes hypnothérapeutes.

"L'hypnose médicale, ça fait 20 ans que ça existe. n sait que ça marche, ça permet de traiter douleur et anxiété, de diminuer les doses de médicaments anesthésiques et, du même coup, les effets secondaires, ça améliore la récupération...", énumère Nicolas Schaettel, un des fondateurs de la société HypnoVR.

Cette pratique se répand de plus en plus dans les hôpitaux mais les hypnothérapeutes, victimes de leur succès, manquent de temps à consacrer aux patients.

HypnoVR, fondé en 2016 par deux anesthésistes et un entrepreneur, propose une solution: des logiciels et casques de réalité virtuelle permettent à l'hypnothérapeute de s'occuper de plusieurs patients à la fois.

"Quand on fait de l'hypnose, on voudrait en faire à tout le monde: ça fait un bien fou au patient", explique Chloé Chauvin, une des trois fondatrices de la start-up, elle-même anesthésiste et qui pratique l'hypnose depuis cinq ans.

"Mais c'est chronophage: quand on fait de l'hypnose, on ne peut rien faire d'autre en même temps. L'idée, grâce au casque de réalité virtuelle, c'est de faciliter l'isolement multisensoriel du patient", qui est ainsi plongé dans un monde virtuel propice à un laisser-aller, exactement comme avec un hypnothérapeute.

"Ce n'est pas utiliser la technologie pour utiliser la technologie. On résout un problème concret du quotidien des professionnels de santé", reprend Nicolas Schaettel.

Pour ce faire, l'entreprise strasbourgeoise, qui emploie cinq personnes et devrait embaucher trois autres salariés d'ici peu, crée des logiciels dédiés.

Les patients souhaitant avoir recours à l'hypnose avec un casque de réalité virtuelle peuvent choisir entre trois univers visuels -promenade alpine, plage ou fonds sous-marins-, combinés avec un univers sonore et une voix. Le film projeté dans le casque respecte la structuration d'une séance d'hypnose.

- "Pas de la magie" -

"J'utilise le casque toutes les semaines", reprend Chloé Chauvin, spécialisée en pédiatrie à l'hôpital de Hautepierre à Strasbourg. "Pour le moment, la réalité virtuelle fait aussi bien que l'hypnose avec un thérapeute. L'avantage c'est que le casque peut aussi être utilisé a posteriori: après une intervention douloureuse par exemple si un enfant le demande à 22H00. Même si l'anesthésiste est parti, on peut lui mettre, il y a un scénario de 20 minutes et ça l'apaise durant plusieurs heures".

Trois études cliniques ont déjà donné des résultats encourageants pour les logiciels créés par HypnoVR. Mais il reste encore beaucoup de recherches à faire sur cette thématique, notent Chloé Chauvin et Denis Graff, le troisième fondateur de l'entreprise.

Sachant que 12 millions d'anesthésies sont pratiquées chaque année en France, la généralisation de ces casques de réalité virtuelle pourrait permettre aux hôpitaux de réaliser des économies, en ouvrant la porte à davantage d'opérations en ambulatoire, réduisant les frais de séjour des patients et les quantités de médicaments antidouleur utilisées.

Le système a toutefois ses limites et ne pourrait pas fonctionner pour une chirurgie abdominale ou thoracique lourde.

"Ce n'est pas non plus de la magie ou de l'hypnose de spectacle, même si Messmer est très fort", sourit Chloé Chauvin, en référence à l'hypnotiseur québecois. "Mais le casque de réalité virtuelle est un outil supplémentaire très intéressant dans l'arsenal que peut proposer un médecin".

HypnoVR, qui a levé 700.000 euros pour se lancer, commence tout juste à commercialiser ses logiciels et casques, avec un système d'abonnements. Des discussions avancées sont en cours avec une trentaine d'hôpitaux en France.

L'idée lancée par Denis Graff, Chloé Chauvin et Nicolas Schaettel pourrait même rapidement s'exporter puisque l'entreprise a été invitée au prestigieux salon CES des nouvelles technologies de Las Vegas en janvier.

Népal: le premier robot serveur prend les commandes
Après une décennie de conquête du marché, le smartphone à un tournant
Amoureux de la créature virtuelle Hatsune Miku, il l'épouse
Chine: les robots prêts à envahir le JT
Jouer en streaming grâce au cloud, nouvel eldorado des jeux vidéo
Hébergeur de centres de données, un métier en pleine croissance
Les casques de réalité virtuelle entrent au bloc opératoire
Google renonce à ouvrir son campus controversé à Berlin
Obsolescence programmée: l'Italie sanctionne Apple et Samsung
Un algorithme peut-il produire de l'art? Des enchères alimentent le débat
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Epidémie de sans-gluten ? La recherche tente d'y voir plus clair
Chine: une carrière reconvertie en hôtel 5 étoiles
Bordeaux : a-t-on enfin localisé le corps disparu de Montaigne ?
Une pub contre l'huile de palme critiquée par un acteur majeur du secteur
Contre la sécheresse, Le Cap devrait déraciner les arbres non indigènes
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.048 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.