ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 21 Mai 2019

PLANETE - Publié le 28/10/2018 à 02:22


Pesticides: le métam-sodium indésirable dans les champs de l'Hexagone



Le métam-sodium banni des exploitations maraîchères : le gouvernement a suspendu pour trois mois l'utilisation de ce pesticide, utilisé notamment dans la production de mâche et pointé du doigt après plusieurs intoxications dans l'Ouest de la France, en attendant un avis de l'agence de sécurité sanitaire.

"L'utilisation des produits phytopharmaceutiques contenant la substance active +métam+ ou +métam-sodium+ est suspendue jusqu'au 31 janvier 2019", indique un arrêté pris jeudi par le gouvernement et publié vendredi au Journal officiel.

Son utilisation pour stériliser les sols avant d'y semer des fruits et légumes était déjà interdite en Maine-et-Loire où des dizaines de personnes ont récemment été intoxiquées par ce produit. Cinq personnes ont également été "incommodées" la semaine dernière dans le Finistère sans que leur état nécessite une hospitalisation, selon la préfecture.

La décision n'a pas manqué de faire réagir les maraîchers, qui s'exprimaient pour la première fois depuis le début de la crise et ont fait part de leur vive inquiétude. Ils craignent que la décision des autorités ne jette la suspicion sur une production qui fait vivre des milliers d'agriculteurs dans l'Ouest de la France.

"Il y aura beaucoup moins de mâche, de radis ou de poireaux" sur les étals à la saison prochaine, a ainsi alerté Philippe Retière, président de la Fédération des maraîchers nantais.

Le maraîchage représente 60% des emplois agricoles de Loire-Atlantique, soit 4.600 emplois qui permettent de produire d'importantes quantités de poireaux, concombres, tomates ou encore de la mâche, selon les chiffres de la Fédération. Plus de la moitié de la mâche produite dans l'Union européenne (35.000 tonnes par an) est ainsi produite dans la région nantaise.

"On ne dit pas que le métam-sodium est un produit anodin", a souligné M. Retière, mais "il n'y a aucune dangerosité pour les consommateurs", a-t-il insisté.

Un point que confirme Dominique Deniaud, porte-parole de la Confédération paysanne, hostile par ailleurs à l'utilisation de ce produit, qui précise que cette substance, très volatile, ne laisse de traces ni dans le végétal, ni dans le sol.

Seuls les agriculteurs qui appliquent le produit et les riverains des exploitations sont donc susceptibles d'être intoxiqués.

"Des problèmes avec ce produit-là, il y en a de très nombreux, c'est assez fréquent, mais c'est toujours tu", a néanmoins déclaré à l'AFP M. Deniaud. Il a évoqué "un vrai chantage à l'emploi des maraîchers".

- Plus de 70 intoxications -

Le métam-sodium "est une molécule qui ne laisse pas de résidus dans le sol. C'est une molécule intéressante, sauf lorsqu'il y a un incident", a encore expliqué M. Retière.

Ce sont effectivement des manquements à la stricte réglementation qui encadre le produit, couplés à un climat inhabituellement chaud et sec, qui auraient causé les plus de 70 intoxications signalées dernièrement dans le département du Maine-et-Loire.

"Le métam-sodium fait partie des substances actives les plus préoccupantes pour la santé et l'environnement identifiée dans le plan d'actions national sur +les produits phytopharmaceutiques et une agriculture moins dépendante aux pesticides+, pour lesquelles le gouvernement a demandé une revue scientifique par l'Anses", soulignent toutefois les ministères de la Santé, de la Transition énergétique et de l'Agriculture dans un communiqué conjoint.

La suspension au niveau national est "une sage décision pour la santé des agriculteurs et des citoyens", ont réagi des députés LREM des Pays de la Loire, dont Matthieu Orphelin, dans un communiqué. "Il faut maintenant accompagner les acteurs dans le déploiement rapide des alternatives existantes".

L'Anses doit se prononcer sur l'utilisation de ce produit fin novembre, soulignent-ils.

En cas d'interdiction définitive, comme le réclament les ONG France Nature environnement et Génération futures, Christian Durlin, vice-président de la commission environnement de la FNSEA et agriculteur dans le Pas-de-Calais, craint une nouvelle "distorsion" de concurrence avec les agricultures des pays voisins de la France.

"La Coordination Rurale juge cette suspension nationale hâtive, d'autant plus que le produit est utilisé depuis plusieurs années sans incidence", indique dans un communiqué le syndicat.

"Nous demandons au gouvernement de faire toute la lumière sur ces intoxications", déclare son président Bernard Lannes, qui souhaite une étude d'impacts économiques et agronomiques des conséquences de cette suspension et "une liste exhaustive de solutions alternatives proposant la même efficacité".

Des alternatives existent et sont déjà largement utilisées par les agriculteurs, mais les maraîchers ont insisté sur leurs contraintes. La solarisation, qui consiste à utiliser la chaleur du soleil pour désinfecter les sols, est ainsi limitée en raison du climat en Loire-Atlantique, tandis que la désinfection à la vapeur est très gourmande en temps et en carburant.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le déclin des abeilles menace la sécurité alimentaire mondiale, selon la FAO
La neutralité carbone en France est possible, disent de grandes entreprises
Une montée des océans de 2 mètres plausible d'ici 2100
L'agroforesterie étend ses racines en France et dans le monde
Aux Philippines, ces villages qui s'enfoncent inexorablement dans le sol
Mayotte: naissance d'un nouveau volcan sous-marin à l'origine des séismes
La survie miraculeuse du pirarucu, poisson géant d'Amazonie
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Deux tiers des plus longs cours d'eau du monde entravés par des structures humaines
Canada: trois espèces de baleines en péril
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le déclin des abeilles menace la sécurité alimentaire mondiale, selon la FAO
Au Chelsea Flower Show, des jardins du futur face au changement climatique
La neutralité carbone en France est possible, disent de grandes entreprises
Une montée des océans de 2 mètres plausible d'ici 2100
Comment les mères bonobos aident leurs fils à se reproduire
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.061 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.