ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 21 Mai 2019

RECHERCHE - Publié le 28/10/2018 à 02:29


Trop de sucre dans le sang: risque accru de tuberculose, selon des chercheurs



Des millions de personnes dans le monde qui présentent un taux de sucre trop élevé dans le sang pourraient courir un plus grand risque de contracter la tuberculose, ont averti vendredi des spécialistes après la présentation de nouveaux travaux au cours d'un congrès de pneumologie à La Haye.

En 2017, près de 10 millions de personnes ont développé la tuberculose, une maladie infectieuse due au bacille de Koch, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et les spécialistes craignent qu'une explosion des cas de diabète n'expose des millions d'autres patients au risque de contagion.

Dans le cadre d'une étude présentée cette semaine à un congrès de pneumologie à La Haye, des chercheurs de la London School of Hygiene and Tropical Medicine ont analysé le sang de personnes souffrant de tuberculose et de diabète dans quatre pays: l'Afrique du Sud, la Roumanie, l'Indonésie et le Pérou.

Ils ont ensuite procédé à des analyse de sang de personnes souffrant de tuberculose et présentant un taux de sucre élevé, mais n'atteignant pas le seuil du diabète. Ils ont découvert que les échantillons de sang de ces personnes non diabétiques contenaient les mêmes molécules que ceux des patients souffrant à la fois de tuberculose et de diabète.

"Cela indique qu'avant même qu'une personne développe un diabète, le risque de développer la tuberculose est plus élevé", a déclaré vendredi à l'AFP Ajay Kumar, directeur de recherches à l'Union internationale contre la tuberculose et les maladies pulmonaires, qui n'a pas pris part à cette étude.

Dans certains pays comme l'Inde, où vivent un quart des personnes atteintes de tuberculose dans le monde, toute personne chez laquelle a été diagnostiquée cette maladie doit automatiquement être soumise à des examens pour le diabète, et vice et versa.

M. Kumar a estimé que les services de santé de ces pays devraient également faire des dépistages pour la tuberculose chez les patients présentant simplement un taux élevé de sucre dans le sang.

Selon lui, des "millions" de personnes dans le monde présentant un taux élevé de sucre courent des risques accrus.

Le lien entre l'infection par le bacille de Koch et le diabète est connu, bien que mal élucidé. Le diabète diminue des défenses immunitaires, augmentant le risque de contracter la tuberculose.

Alors que selon l'OMS plus de 450 millions de personnes dans le monde souffrent d'un diabète de type II, une personne sur quatre est porteuse de la bactérie causant la tuberculose, une situation explosive selon les chercheurs.

Paul Jensen, un responsable de l'Union internationale contre la tuberculose, a estimé que les pays les plus à risque étaient ceux où était présente la tuberculose à l'état latent et connaissant une forte augmentation des cas de diabète: l'Inde, le Pakistan, la Chine et plusieurs pays du sud-est de l'Asie.

Une situation que l'on peut qualifier de "tempête", a-t-il déclaré à l'AFP, caractérisée par "le développement économique, un énorme taux d'infection par la bactérie de la tuberculose (qui reste à l'état) latent, et aussi ce problème d'escalade du diabète".

"Si on a en même temps la tuberculose et le diabète, le traitement est encore plus compliqué", a souligné M. Jensen. "Vous risquez davantage d'avoir de nouveau la tuberculose plus tard et de mourir", a-t-il ajouté.

La lutte contre la tuberculose s'est davantage concentrée sur la prévention contre le SIDA, maladie affaiblissant le système immunitaire, et qui comme le diabète, augmente les risques de la contracter.

Or pour MM. Jensen et Kumar, de plus grands efforts doivent être déployés pour protéger les populations contre la tuberculose favorisée par le diabète.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Sclérose en plaques : une campagne digitale pour soutenir la recherche
Sclérose en plaques : une molécule synthétique pourrait améliorer le quotidien des patients
Quand des cerveaux de porcs continuent de fonctionner après leur mort
Vieillissement: stimuler les ondes du cerveau pour préserver un type de mémoire
Des chercheurs créent des molécules à fort potentiel pour traiter le virus Zika
Réduire l'obésité et la consommation d'alcool pour prévenir 30.000 cas de cancer du sein en 10 ans
Les acides gras oméga 3 pourraient diminuer les symptômes des enfants asthmatiques
Une écossaise insensible à la douleur grâce à une rare mutation génétique
Même en faible quantité, la viande rouge serait néfaste pour la santé
Et si le cerveau humain continuait à fabriquer de nouvelles cellules malgré la vieillesse?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le déclin des abeilles menace la sécurité alimentaire mondiale, selon la FAO
Au Chelsea Flower Show, des jardins du futur face au changement climatique
La neutralité carbone en France est possible, disent de grandes entreprises
Une montée des océans de 2 mètres plausible d'ici 2100
Comment les mères bonobos aident leurs fils à se reproduire
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.047 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.