ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 17 Janvier 2019

PLANETE - Publié le 31/10/2018 à 02:27


La ceinture du charbon sud-africaine parmi les pires pollueurs du monde, selon Greenpeace



La province de Mpumalanga, dans l'est de l'Afrique du Sud, possède le groupe de centrales électriques au charbon le plus polluant du monde, produisant des niveaux record de dioxyde d'azote, selon un rapport de Greenpeace publié lundi.

La province, qui borde le Mozambique, est la plaque tournante de l'industrie charbonnière sud-africaine et compte douze centrales électriques au charbon qui alimentent un réseau de 32 gigawatts.

Les données produites par le satellite Sentinel-5P de l'Agence spatiale européenne et analysées par Greenpeace entre le 1er juin et le 31 août 2018, ont montré que les émissions de dioxyde d'azote (NO2) de Mpumalanga sont les plus élevées au monde, écrit l'ONG de défense de l'environnement.

« L'imagerie satellitaire la plus récente de juin à août de cette année montre clairement que lorsqu'on considère un seul polluant, le dioxyde d'azote, Mpumalanga est le pire point chaud du monde », a déclaré Melita Steele, directrice principale de la campagne climat et énergie pour Greenpeace Afrique dans un communiqué.

La combustion du charbon et les émissions dues au transport sont les principales sources de pollution atmosphérique dans la région.

On estime que les oxydes d'azote (NOx) -y compris le NO2-causent des milliers de décès prématurés dans le monde chaque année. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ces gaz aggravent les symptômes d'asthme et de bronchite et sont liés aux maladies cardiovasculaires et respiratoires.

Le rapport indique que le service public d'électricité Eskom possède des centrales électriques au charbon vétustes et très polluantes qui sont en mauvais état. « Eskom a demandé de bénéficier de reports pour se conformer à la législation sur la qualité de l'air », a ajouté Melita Steele.

Bien que l'Afrique du Sud ait adopté des objectifs climatiques stricts avec le Livre blanc sur la réponse nationale au changement climatique de 2011 et figure parmi les signataires de l'accord de Paris sur le réchauffement de 2015, les mesures d'application trainent en longueur.

L'étude a révélé que les émissions de pollution dangereuse par le NO2 couvrent aussi régulièrement les environs de Johannesburg et de Pretoria en raison de leur proximité immédiate et de vents contraires réguliers.

« Nous avons constaté que près de 2200 décès prématurés (chaque année) sont attribuables à cette pollution atmosphérique. Il s'agit de problèmes respiratoires... de maladies cardiaques (et) de cancer du poumon-c'est un schéma très effrayant, » dit-elle.

Parmi les autres points chauds de pollution signalés dans le rapport figurent les centrales thermiques alimentées au charbon d'Allemagne et d'Inde et un total de neuf centrales au charbon et zones industrielles de Chine.  

Toujours selon Greenpeace, des villes comme Santiago du Chili, Londres, Paris, Dubaï et Téhéran ont des émissions liées aux transports élevées.

Hécatombe en Australie: un million de poissons d'eau douce retrouvés morts
Restaurer l'environnement: quand les solutions deviennent problèmes
Un nouveau médusarium hypnotique pour sensibiliser à la santé des océans
Roméo, une des dernières grenouilles de son espèce, a trouvé sa Juliette
Les eaux de la Patagonie, laboratoire naturel pour étudier le changement climatique
La glace de l'Antarctique fond plus vite que jamais
Le monde avance en somnambule vers le désastre climatique, craignent les organisateurs à Davos
Le safe sex, version bernard-l'ermite
Justin Trudeau interpelle Shinzo Abe sur la chasse à la baleine
Le réchauffement des océans revu à la hausse
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Échec du lancement d'un satellite par l'Iran
Se peindre des rayures blanches sur le corps protégerait des taons
Hécatombe en Australie: un million de poissons d'eau douce retrouvés morts
Restaurer l'environnement: quand les solutions deviennent problèmes
Un nouveau médusarium hypnotique pour sensibiliser à la santé des océans
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.027 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.