ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 17 Novembre 2018

CIEL&ESPACE - Publié le 03/11/2018 à 15:00


Des nouvelles du superordinateur à bord de la Station spatiale internationale



En août 2017, une capsule SpaceX livrait un superordinateur à la Station spatiale internationale (ISS). Après plus d'un an de tests, Hewlett Packard Enterprise (HPE) a annoncé jeudi qu'elle ouvrait le système à des expériences scientifiques "au-dessus des nuages".

"Nous avons rempli l'ensemble de notre contrat original d'un an" avec la Nasa, a expliqué à l'AFP Mark Fernandez, l'un des responsables du projet Spaceborne Computer chez HPE. "C'est une réussite et nous pouvons l'ouvrir. La paperasse" pour autoriser ces nouvelles expériences, toujours sous supervision de la Nasa, "est très simple".

Un superordinateur est, de façon schématique, plusieurs ordinateurs fonctionnant ensemble. Celui de l'ISS contient 32 "cores" et est similaire à ce que HPE vend sur Terre aux entreprises, bien que le logiciel ait été adapté. Il est, selon Mark Fernandez, 30 à 100 fois plus rapide qu'un iPhone ou une tablette.

La Nasa et les chercheurs voulaient s'assurer qu'un superordinateur vendu dans le commerce pouvait fonctionner dans les rudes conditions spatiales: la micro-gravité, les radiations et les coupures de courant occasionnelles... Ce qui est désormais prouvé.

Le but est que les astronautes du futur puissent faire tourner leurs systèmes indépendamment de la Terre. Car la liaison avec le sol est lente et peu fiable.

Alors que le haut-débit sur Terre atteint plusieurs centaines de Mbit par seconde, la liaison entre l'ISS et la Terre peine autour de 1 ou 2 Mbit/s. Les pertes de signal sont fréquentes, de quelques secondes à une vingtaine de minutes selon les régions survolées par la station.

"C'est lent, intermittent et le délai de transmission est long", dit Mark Fernandez. Un peu comme avec les anciens modems.

Dans un futur voyage vers Mars, à des millions de km, les délais de transmission seront bien pires et atteindront jusqu'à 20 minutes dans chaque sens (l'ISS n'est qu'à 400 km de la Terre).

A l'avenir, un logiciel embarqué sur le superordinateur pourrait analyser directement à bord les images de haute résolution prises par les caméras, et se contenter d'envoyer vers la Terre un résumé, des alertes ou seulement les images les plus pertinentes, sélectionnées par une intelligence artificielle - par exemple des phénomènes météorologiques sur Terre, un tsunami, etc. Cela économiserait la précieuse bande passante.

"Le délai de transmission sera plus court pour télécharger les données", continue l'informaticien de HPE. "Je n'aurai plus de perte de signal. Ce sera beaucoup plus fiable".

Les scientifiques intéressés peuvent proposer leurs logiciels ou machines virtuelles à télécharger vers le superordinateur. Ils n'ont que quelques mois: le système sera démonté par les astronautes et renvoyé sur Terre en février ou mars.

SpaceX autorisée à placer 12 000 satellites en orbite
Le verre fait d'explosions cosmiques, selon une étude
La météo retarde le décollage d'une fusée de la NASA devant ravitailler l'ISS
La NASA veut des astronautes sur Mars d'ici 25 ans
Une nouvelle industrie spatiale émerge: le dépannage en orbite
Comment conduire un robot sur Mars
Volée de critiques contre deux astronomes évoquant une sonde extra-terrestre
Une sonde de la NASA s'approche du Soleil
Décollage d'une fusée Soyouz embarquant un satellite météorologique​
La Chine dévoile sa future station spatiale
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Epidémie de sans-gluten ? La recherche tente d'y voir plus clair
Chine: une carrière reconvertie en hôtel 5 étoiles
Bordeaux : a-t-on enfin localisé le corps disparu de Montaigne ?
Une pub contre l'huile de palme critiquée par un acteur majeur du secteur
Contre la sécheresse, Le Cap devrait déraciner les arbres non indigènes
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.055 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.