ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 20 Janvier 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 06/11/2018 à 14:48


Exoplanètes: la mort de Kepler annonce une nouvelle étape



L'annonce cette semaine de la mise à la retraite du télescope spatial Kepler a marqué la fin d'une époque - une explosion de découvertes de planètes tournant autour d'étoiles autres que notre Soleil - mais surtout le début d'une autre : les successeurs de Kepler détermineront si oui ou non il y a de l'atmosphère autour de certaines de ces planètes, et peut-être même de la vie.

En moins de 10 ans, Kepler aura contribué à la découverte de près de 2700 planètes « confirmées » et plus de 2400 « en attente de confirmation » - deux chiffres qui sont voués à changer à mesure que les chercheurs achèveront d'éplucher les montagnes de données. À titre de comparaison, au moment de son lancement, en mars 2009, le total de planètes extrasolaires, ou exoplanètes, tournait officiellement autour de 500. Et la découverte des toutes premières ne remonte qu'à 1995. Le 30 octobre, la NASA annonçait officiellement qu'elle mettait fin à la mission Kepler, après épuisement du carburant.

Mais la nouvelle était prévisible, et il y a des années que les successeurs sont connus :

- le Transiting Exoplanet Survey Satellite (TESS) ; lancé en avril 2018, il est le véritable successeur de Kepler, conçu pour observer 200 000 étoiles, dont un grand nombre de naines rouges, autour desquelles ont été détectées un nombre inattendu de ces planètes « similaires à la Terre » ;

- Speculoos, un réseau de quatre télescopes terrestres basés au Chili ; en service depuis décembre 2017, leur mission est de détecter des « transits », c'est-à-dire ce moment où la planète passe directement devant son étoile, occultant légèrement sa luminosité ; un transit offre du coup une meilleure chance de détecter une atmosphère, s'il y en a une ;

- et le télescope spatial James-Webb ; prévu depuis longtemps comme successeur du télescope Hubble, son lancement est pour l'instant annoncé pour 2021 ; bien que ce ne soit pas sa mission première, des calculs récents assurent qu'il pourrait être capable de détecter une atmosphère autour des petites planètes tournant autour de certaines naines rouges.

Il faut rappeler que de « découvrir » une exoplanète a signifié jusqu'ici, dans la grande majorité des cas, qu'on a détecté indirectement sa présence : c'est-à-dire l'influence gravitationnelle qu'elle exerce sur son étoile, ce qui permet de déduire sa masse et la distance à laquelle elle tourne autour de cette étoile. On est encore très loin, dans la quasi-totalité des cas, de pouvoir présenter une photo. La majorité des 500 premières, de 1995 jusqu'aux années 2010, ont donc été des planètes géantes. Avec Kepler, s'est glissée une trentaine de planètes « de taille similaire à la Terre » (Earth-like planets). Dont quelques-unes situées à la bonne distance de leur étoile pour recevoir l'étiquette magique « située dans la zone habitable ».

Mais pour aller plus loin, il faudra détecter si elles ont une atmosphère, et si oui, de quoi celle-ci est constituée. Et idéalement, si elle contient de la vapeur d'eau. Speculoos et James-Webb en seraient théoriquement capables, parce que l'intrusion des naines rouges dans l'équation, qui n'était pas prévue il y a 20 ans, leur facilite un peu la tâche : plus l'étoile est petite, moins la planète met du temps à accomplir une orbite, ce qui multiplie les opportunités pour l'observer. Avec toutefois un bémol, ont prévenu ces deux dernières années certains astronomes : pour être dans la « zone habitable » autour d'une naine rouge, la planète doit avoir une orbite très rapprochée, ce qui l'expose à un cocktail de radiations qui pourrait bien être mortel.

Échec du lancement d'un satellite par l'Iran
La Chine envisage une base lunaire avec de l'impression 3D
21 janvier, dernière éclipse totale de la Lune avant 2022
Face cachée de la Lune: le robot chinois face au défi des cratères
La Chine, rivale céleste des États-Unis
Un vaisseau chinois se pose sur la lune
Une sonde de la NASA fait l'histoire
Une sonde de la NASA s'apprête à un survol historique le jour de l'An
Trois astronautes de l'ISS de retour sur Terre
La sonde InSight a déployé sur Mars son sismomètre français
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Échec du lancement d'un satellite par l'Iran
Se peindre des rayures blanches sur le corps protégerait des taons
Hécatombe en Australie: un million de poissons d'eau douce retrouvés morts
Restaurer l'environnement: quand les solutions deviennent problèmes
Un nouveau médusarium hypnotique pour sensibiliser à la santé des océans
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.035 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.