ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 20 Janvier 2019

PLANETE - Publié le 06/11/2018 à 15:12


Au Népal, des caméras cachées pour compter les tigres sauvages



Des milliers de photographies défilent, toutes prises par des caméras cachées dans la jungle du Népal. Au bout du compte, une certitude réjouissante: la population de tigres de ce pays himalayen a quasiment doublé en une décennie après être passée tout près de l'exctinction.

Il n'en restait que 121 spécimens en 2009, ils sont aujourd'hui 235 félins adultes, selon un décompte récemment achevé, fruit d'un vaste recensement réalisé par les défenseurs de l'environnement, qui ont dissimulé plus de 3.200 appareils dans la nature pour les prendre en photo.

Chayan Kumar Chaudhary, 25 ans, était sur la ligne de front de ce ratissage minutieux. Il compte parmi les locaux formés pour l'occasion et a participé à l'opération dans le parc national de Bardia, où le nombre de tigres a presque quintuplé.

Il a aidé à pister et enregistrer les déplacements des tigres dans ce parc, en passant en revue la masse d'images prises par les caméras cachées.

"C'était très excitant de consulter les cartes (mémoire) et de trouver des photos de tigres...", raconte-t-il à l'AFP. "On a l'impression de participer à quelque chose de grand !"

Les plaines basses de la partie sud du Népal, qui sont le berceau de cinq parcs nationaux, ont été divisées en parcelles, dont chacune a été équipée avec des appareils dotés de capteurs de mouvement et de changement de température.

- Rayures uniques -

Il a parfois fallu utiliser des éléphants pour aller installer des caméras dans la profondeur de la jungle. "Ce n'était pas facile et c'était aussi risqué", explique Man Bahadur Khadka, directeur du département de protection de la faune et des parcs nationaux du Népal.

Bien vite, les premiers clichés sont arrivés: des tigres solitaires saisis par l'objectif, des mères avec leurs enfants chahuteurs, à l'occasion un félin se repaissant d'une proie fraîchement tuée. Et le favori de Chaudhary: un tigre qui semble apprécier de faire le beau devant l'objectif...

Débutée en novembre 2017 et achevée en mars suivant, l'opération a produit plus de 4.000 images de tigres.

"Nous avons alors commencé à analyser les photos", relate M. Khadka. "Tout comme nos empreintes digitales, les tigres ont des rayures uniques. Il n'y a pas deux tigres pareils."

D'après les experts, la clé du succès de la préservation des tigres au Népal réside dans le fait d'impliquer les populations locales dans leur protection -- alors que celles-ci pourraient gagner des milliers de dollars avec le braconnage d'un tigre.

Il y a un siècle, les denses jungles du Népal étaient un terrain de chasse pour les dirigeants du royaume. Des dignitaires britanniques en visite y venaient pour tirer le tigre royal du Bengale.

Si l'on estimait à 100.000 le nombre de tigres dans le monde en 1900, leur population a chuté jusqu'à 3.200 en 2010, le seuil le plus bas enregistré.

- "Notre richesse" -

Au Népal, le nombre de tigres s'est effondré à la fin de la décennie de guerre civile (1996-2006) durant laquelle les trafiquants proliféraient dans les plaines du sud.

En 2009, le gouvernement a alors recruté des centaines de jeunes volontaires pour garder les parcs nationaux et effectuer des patrouilles anti-braconnage.

"Les tigres sont notre richesse, nous devons les protéger", explique Sanju Pariyar, 22 ans, qui était encore adolescente lorsqu'elle s'est engagée dans ce programme.

Armée d'un bâton, elle part régulièrement dans la nature à la recherche de pièges disposés par les trafiquants.

"Les gens comprennent que le nombre de tigres et de rhinocéros augmente (au Népal), des touristes viendront et nous en profiterons. C'est bon pour nous", dit-elle.

Le Népal prévoit des peines sévères pour les braconniers - jusqu'à quinze ans de prison et une lourde amende - et a récemment lancé une base de données d'ADN de ses tigres pour faciliter les enquêtes.

En mars, la police a arrêté un braconneur qui était en cavale depuis cinq ans et était soupçonné de destiner sa marchandise au marché chinois, friand d'animaux rares dont des organes sont utilisés dans la médecine traditionnelle.

- Accord entre 13 pays -

En 2010, le Népal et 12 autres pays hébergeant des tigres sauvages ont signé un accord pour doubler leurs populations d'ici 2022. La nation himalayenne devrait être la première à parvenir à cet objectif.

"Si un pays comme le Népal - petit, moins développé, avec beaucoup de problèmes - peut le faire, les autres le peuvent", déclare Ghana Gurung, représentant local du Fonds mondial pour la nature (WWF).

Mais les défenseurs de l'environnement sont conscients que la multiplication des tigres représente aussi une aubaine pour les trafiquants et le marché noir. Le braconnage de ces félins est particulièrement difficile à identifier et à tracer car, à l'inverse des rhinocéros, tout le corps est bon à prendre et il n'en reste rien après le passage des braconneurs.

Pour Ashok Bhandari, employé des parcs nationaux, "il est plus important que jamais de rester vigilant".

Hécatombe en Australie: un million de poissons d'eau douce retrouvés morts
Restaurer l'environnement: quand les solutions deviennent problèmes
Un nouveau médusarium hypnotique pour sensibiliser à la santé des océans
Roméo, une des dernières grenouilles de son espèce, a trouvé sa Juliette
Les eaux de la Patagonie, laboratoire naturel pour étudier le changement climatique
La glace de l'Antarctique fond plus vite que jamais
Le monde avance en somnambule vers le désastre climatique, craignent les organisateurs à Davos
Le safe sex, version bernard-l'ermite
Justin Trudeau interpelle Shinzo Abe sur la chasse à la baleine
Le réchauffement des océans revu à la hausse
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Échec du lancement d'un satellite par l'Iran
Se peindre des rayures blanches sur le corps protégerait des taons
Hécatombe en Australie: un million de poissons d'eau douce retrouvés morts
Restaurer l'environnement: quand les solutions deviennent problèmes
Un nouveau médusarium hypnotique pour sensibiliser à la santé des océans
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.041 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.