ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 17 Novembre 2018

SCIENCE - Publié le 06/11/2018 à 15:15


Mission franco-italienne sur le corps humain en altitude au Pérou



Quatorze scientifiques français et italiens partiront fin janvier étudier pendant un mois la population de mineurs d’or de La Rinconada (Pérou), ville la plus haute du monde, à la recherche des limites de l’adaptation du corps humain.

"Alors qu’il est généralement considéré que la vie humaine permanente n’est pas possible au-delà de 5.000 m, la population de La Rinconada constitue un véritable défi à la connaissance", a expliqué l’un des chercheurs lors d'une conférence de presse à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale.

Plus de 50.000 habitants vivent à l'année dans des conditions extrêmes au sein de cette ville reculée, qui s’est développée du fait de l’activité minière ces deux dernières décennies, à près de 5.300 mètres d’altitude dans les Andes péruviennes.

Une partie significative des habitants montre toutefois des difficultés à tolérer le manque d’oxygène (deux fois plus rare à cette altitude qu’au niveau de la mer) et développe des pathologies spécifiques que l’équipe médicale tentera d’identifier et de soigner.

Les céphalées (maux de tête), problèmes neurologiques (vertiges), fourmillements, troubles du sommeil ou palpitations cardiaques dont souffrent ces travailleurs font partie des symptômes du mal chronique des montagnes, également appelé maladie de Monge, du nom du médecin péruvien Carlos Monge Medrano qui en fit la première description scientifique au début du XXe siècle.

- sang anormalement visqueux -

En réaction au manque d’oxygène (hypoxie), "les habitants de la Rinconada produisent tellement de globules rouges qu’ils finissent par avoir le sang anormalement visqueux, ce qui provoque par exemple des problèmes cardio-vasculaires", a noté Samuel Vergès, chercheur au laboratoire hypoxie-physiopathologie de l’université Grenoble-Alpes, revenu récemment d’une mission de reconnaissance.

"On ne comprend pas aujourd’hui comment l’homme peut vivre avec de tels niveaux d’hématocrite", a t-il reconnu, tout en alertant sur “un vrai problème de santé publique dans les Andes".

Pendant 30 jours, au mois de février, les scientifiques de l'Expédition 5300 réaliseront pour la première fois un "phénotypage génétique, biologique et cardiovasculaire exhaustif" de cette population.

Ils espèrent également obtenir des avancées dans le domaine de l'épigénétique, qui consiste à étudier la manière dont les facteurs environnementaux influent sur l'expression du génome.

"Une adaptation génétique nécessite beaucoup de générations pour modifier la séquence ADN alors que les adaptations épigénétiques peuvent se produire très rapidement et probablement se transmettre aux générations futures", explique à l’AFP Saadi Khochbin, directeur de la recherche au CNRS et épigénéticien à l’Institut pour l’avancée des biosciences à Grenoble, qui analysera les échantillons de sang prélevés lors de l’expédition.

Les scientifiques feront passer une batterie de tests à deux groupes distincts de mineurs d’or résidant depuis au moins 3 ans - l’un présentant une bonne résistance à l’altitude et l’autre des symptômes d’intolérance - ainsi qu’aux populations Quechuas de Lima (au niveau de la mer) et de Puno (à 3.800 m d’altitude).

La comparaison des résultats permettra de mieux comprendre les mécanismes de défense du corps humain contre le manque d’oxygène, un enjeu essentiel pour les personnes qui voyagent ou qui résident en haute altitude, mais également pour améliorer les traitements des malades respiratoires.

Bordeaux : a-t-on enfin localisé le corps disparu de Montaigne ?
Les Etats-unis ouvrent la voie à l'autorisation de la viande de laboratoire
Le CNRS se dote d'un dispositif contre les fraudes scientifiques
Un cratère plus grand que Paris découvert sous la glace du Groenland
Angoulême: un site exceptionnel témoin du changement climatique à la préhistoire
14-18: à Spincourt, un cimetière oublié livre ses premiers secrets
La plus ancienne peinture figurative connue a été réalisée en Asie
L'Égypte dévoile sept tombes du temps des pharaons
Mission franco-italienne sur le corps humain en altitude au Pérou
La loi de Hubble renommée Hubble-Lemaître
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Epidémie de sans-gluten ? La recherche tente d'y voir plus clair
Chine: une carrière reconvertie en hôtel 5 étoiles
Bordeaux : a-t-on enfin localisé le corps disparu de Montaigne ?
Une pub contre l'huile de palme critiquée par un acteur majeur du secteur
Contre la sécheresse, Le Cap devrait déraciner les arbres non indigènes
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.059 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.