ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 22 Juillet 2019

SCIENCE - Publié le 06/11/2018 à 15:15


Mission franco-italienne sur le corps humain en altitude au Pérou



Quatorze scientifiques français et italiens partiront fin janvier étudier pendant un mois la population de mineurs d’or de La Rinconada (Pérou), ville la plus haute du monde, à la recherche des limites de l’adaptation du corps humain.

"Alors qu’il est généralement considéré que la vie humaine permanente n’est pas possible au-delà de 5.000 m, la population de La Rinconada constitue un véritable défi à la connaissance", a expliqué l’un des chercheurs lors d'une conférence de presse à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale.

Plus de 50.000 habitants vivent à l'année dans des conditions extrêmes au sein de cette ville reculée, qui s’est développée du fait de l’activité minière ces deux dernières décennies, à près de 5.300 mètres d’altitude dans les Andes péruviennes.

Une partie significative des habitants montre toutefois des difficultés à tolérer le manque d’oxygène (deux fois plus rare à cette altitude qu’au niveau de la mer) et développe des pathologies spécifiques que l’équipe médicale tentera d’identifier et de soigner.

Les céphalées (maux de tête), problèmes neurologiques (vertiges), fourmillements, troubles du sommeil ou palpitations cardiaques dont souffrent ces travailleurs font partie des symptômes du mal chronique des montagnes, également appelé maladie de Monge, du nom du médecin péruvien Carlos Monge Medrano qui en fit la première description scientifique au début du XXe siècle.

- sang anormalement visqueux -

En réaction au manque d’oxygène (hypoxie), "les habitants de la Rinconada produisent tellement de globules rouges qu’ils finissent par avoir le sang anormalement visqueux, ce qui provoque par exemple des problèmes cardio-vasculaires", a noté Samuel Vergès, chercheur au laboratoire hypoxie-physiopathologie de l’université Grenoble-Alpes, revenu récemment d’une mission de reconnaissance.

"On ne comprend pas aujourd’hui comment l’homme peut vivre avec de tels niveaux d’hématocrite", a t-il reconnu, tout en alertant sur “un vrai problème de santé publique dans les Andes".

Pendant 30 jours, au mois de février, les scientifiques de l'Expédition 5300 réaliseront pour la première fois un "phénotypage génétique, biologique et cardiovasculaire exhaustif" de cette population.

Ils espèrent également obtenir des avancées dans le domaine de l'épigénétique, qui consiste à étudier la manière dont les facteurs environnementaux influent sur l'expression du génome.

"Une adaptation génétique nécessite beaucoup de générations pour modifier la séquence ADN alors que les adaptations épigénétiques peuvent se produire très rapidement et probablement se transmettre aux générations futures", explique à l’AFP Saadi Khochbin, directeur de la recherche au CNRS et épigénéticien à l’Institut pour l’avancée des biosciences à Grenoble, qui analysera les échantillons de sang prélevés lors de l’expédition.

Les scientifiques feront passer une batterie de tests à deux groupes distincts de mineurs d’or résidant depuis au moins 3 ans - l’un présentant une bonne résistance à l’altitude et l’autre des symptômes d’intolérance - ainsi qu’aux populations Quechuas de Lima (au niveau de la mer) et de Puno (à 3.800 m d’altitude).

La comparaison des résultats permettra de mieux comprendre les mécanismes de défense du corps humain contre le manque d’oxygène, un enjeu essentiel pour les personnes qui voyagent ou qui résident en haute altitude, mais également pour améliorer les traitements des malades respiratoires.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Égypte: ouverture au public de deux nouvelles pyramides
Le plus vieil Homo sapiens non africain a été retrouvé
Envie de musarder utile cet été ? Faites des sciences participatives
Une tête de Toutankhamon vendue à Londres malgré la colère de l'Égypte
2014, année charnière en Antarctique... mais on ignore pourquoi
Une gigantesque tête de loup vieille de 32.000 ans découverte en Sibérie
Les plus vieilles traces d'usage de cannabis découvertes en Asie centrale
Les poissons aussi ont des chagrins d'amour
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
En Bolivie, ces tours funéraires pré-inca qui ont survécu au passage du temps
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
L'Etna à nouveau en éruption
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Le Kenya inaugure le plus grand parc éolien d'Afrique
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.061 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.