ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 21 Mai 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 20/11/2018 à 11:25


La NASA choisit le site d'atterrissage de son prochain véhicule martien



Le prochain véhicule de la NASA sur Mars, baptisé Mars 2020, atterrira dans un ancien delta asséché du nom de Jezero, a annoncé l'agence spatiale américaine lundi, en quête de traces d'une ancienne vie microbienne sur la planète rouge.

Le site choisi, après des années de débats et délibérations scientifiques, est le cratère de Jezero, qui fut un lac de 500 mètres de profondeur ouvrant sur un réseau de rivières il y a 3,5 à 3,9 milliards d'années.

Le cratère mesure 45 kilomètres de largeur. Il « pourrait avoir collecté et conservé d'anciennes molécules organiques et d'autres indices potentiels de vie microbienne par l'eau et les sédiments qui occupaient le cratère il y a des milliards d'années », a indiqué la NASA.

Les scientifiques de l'agence spatiale ont choisi Jezero pour sa richesse géologique supposée, afin qu'il puisse révéler l'histoire de la planète, qui avant d'être froide et sèche, contenait lacs et peut-être océans.

Ils estiment qu'il pourrait y avoir au moins cinq types de roches, dont des argiles et des roches « carbonatées », où la probabilité de trouver des traces de vie ancienne est considérée comme plus forte.

Les véhicules ne pouvant pas parcourir de longues distances au cours de leur vie, le choix de la zone d'exploration initiale est crucial.

Les roches carbonatées (comme le calcaire) sont le fruit d'interactions entre l'eau, les gaz atmosphériques et les roches, ce qui donne des indices sur les conditions environnementales au moment de leur formation, a expliqué Ken Farley, scientifique du projet Mars 2020 au Jet Propulsion Laboratory, lors d'une conférence téléphonique.

Le cratère est situé juste au nord de l'équateur martien.

Mars 2020 est le premier véhicule qui stockera les échantillons de façon à ce qu'une future mission puisse venir les récupérer.

Aujourd'hui, un seul véhicule est en activité sur Mars : Curiosity, opéré par la NASA depuis 2012, qui contient son propre laboratoire d'analyse chimique.

Mars 2020 devrait coûter 2,5 milliards de dollars à la NASA. Il sera lancé en juillet 2020, pour un atterrissage en février 2021.

L'atterrissage, comme toutes les missions précédentes sur Mars, sera l'une des parties les plus dangereuses du périple. Il faudra qu'il se pose intact et à l'endroit, tout en évitant les dunes, rochers et autres reliefs présents dans le cratère.

Parmi les quatre planètes rocheuses comparables à la Terre dans le système solaire, Mars a le mieux conservé « ce qu'il s'est passé dans le premier milliard d'années après sa formation », a expliqué Michael Meyers, responsable scientifique du programme d'exploration martienne de la NASA.

« Lorsque la vie a commencé sur la Terre, la vie pourrait avoir commencé sur Mars », a-t-il dit.

Contrairement à la Terre, Mars n'a pas d'activité tectonique connue, ce qui favorise la préservation des anciennes traces de vie, alors qu'elles ont été englouties par la tectonique des plaques sur notre planète, très active géologiquement.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Après la Lune, le premier pas sur Mars dans les années 2030... ou 2060?
Voir le trou noir fut comme reconstituer une chanson jouée sur un piano cassé, dit Katie Bouman
SpaceX reporte encore son premier lancement de satellites internet
La Chine à la recherche du manteau lunaire
SpaceX lance la première vague de sa constellation de satellites
Mission lunaire: la NASA demande une rallonge budgétaire de 1,6 milliard
L'exercice de simulation d'astéroïde a fini par l'annihilation de New York
Si un astéroïde fonçait sur la Terre, que ferait-on?
Un premier séisme détecté sur Mars
Un premier Chinois sur la Lune dans une dizaine d'années, selon Pékin
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le déclin des abeilles menace la sécurité alimentaire mondiale, selon la FAO
Au Chelsea Flower Show, des jardins du futur face au changement climatique
La neutralité carbone en France est possible, disent de grandes entreprises
Une montée des océans de 2 mètres plausible d'ici 2100
Comment les mères bonobos aident leurs fils à se reproduire
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.053 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.