ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 21 Mai 2019

SANTE - Publié le 28/11/2018 à 14:24


L'ONU réclame un accès universel au dépistage du sida



L'ONUSIDA plaide pour « un accès universel » au dépistage pour vaincre l'épidémie, à l'occasion de sa campagne pour la 30e journée mondiale de lutte contre le sida le 1er décembre lancée jeudi à Abidjan.

« Nous avons besoin d'un accès universel au dépistage du VIH, ce dépistage doit être aussi accessible qu'un test de grossesse », déclare le directeur général du Programme de l'ONU sur le VIH/sida, Michel Sidibé, cité dans le dernier rapport de l'agence « Savoir, c'est pouvoir ».

En 2017, à l'échelle mondiale, « 75 % des personnes vivant avec le VIH » connaissaient leur statut, contre « 66 % en 2015 », soit une amélioration sensible, selon M. Sidibé.

« Mais nous sommes loin d'avoir gagné le combat : aujourd'hui, on baisse la garde, ce qui risque de conduire à un rebond de l'épidémie », a averti M. Sidibé à Abidjan, rappelant que l'objectif de l'ONUSIDA était de vaincre l'épidémie d'ici 2030.

« Le dépistage est un point de départ, mais le traitement et la suppression de la charge virale sont indispensables pour vaincre l'épidémie », a-t-il précisé, déplorant que « la stigmatisation et la discrimination » des personnes séropositives « comptent encore parmi les principaux obstacles » à la prise en charge des malades.

L'Afrique de l'Ouest et Centrale, et la zone Afrique du Nord Moyen-Orient sont les deux régions où la situation est la plus inquiétante. À peine la moitié (48 %) des séropositifs connaissent leur statut sérologique en Afrique de l'Ouest et Centrale, et seulement 40 % des séropositifs bénéficient d'un traitement antirétroviral (respectivement 50 % et 29 % pour l'Afrique du Nord Moyen-Orient).

Ainsi, en Afrique de l'Ouest et Centrale, près de 10 millions de personnes ne savent pas qu'elles sont séropositives, selon M. Sidibé.

L'insuffisance des financements nationaux, des systèmes de santé défaillants et des soins de santé payants, expliquent cette situation, outre la discrimination contre les personnes les plus touchées (les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, les prostitués des deux sexes et les utilisateurs de drogue).

Lutter contre la stigmatisation

En Côte d'Ivoire, d'importants progrès ont été faits en trois ans, grâce notamment à l'aide financière des États-Unis. Le nombre de malades sous traitement « a doublé » et le taux de couverture du dépistage a quadruplé pour atteindre les deux tiers de la population, selon le rapport.

« Le premier pilier de la lutte contre le sida, c'est le dépistage, surtout pour les populations clés » (à risque), mais « l'accès au traitements » et « la stigmatisation » restent des « problèmes clés », a déclaré à l'AFP le docteur Camille Anoma, directeur de l'Espace Confiance, une clinique spécialisée d'Abidjan pour les populations LGBT.

« En Côte d'Ivoire, nous avons un problème de disponibilité du matériel de dépistage et des traitements antirétroviraux, il y a encore de gros efforts à faire, malgré les améliorations », selon le Dr Anoma. Et « les autorités ivoiriennes doivent avoir le courage de tenir un discours clair contre la stigmatisation ».  

Les ONG de lutte contre le sida Coalition Plus et Aides ont de leur côté fustigé dans un communiqué « l'échec patent de la communauté internationale à faire baisser la mortalité du sida » dans le monde, en raison notamment de la prise en charge insuffisante des maladies opportunistes liées au sida.  

En 2017, la tuberculose a tué 400 000 malades du sida dans le monde et la méningite cryptococcique 180 000, « alors qu'il existe des traitements efficaces », selon ces ONG.  

« Toute personne infectée doit être soignée », « ce n'est qu'en reprenant les soins des maladies opportunistes qu'on arrivera à réduire de moitié le nombre de décès liés au VIH d'ici 2020 », a déclaré la présidente de Coalition Plus, Hakima Himmich.

« Pour faire chuter la mortalité du sida, il n'y a pas de mystère : il faut davantage de financements » de la communauté internationale, notamment des pays riches, a plaidé le président de Aides, Aurélien Beaucamp.

Quelque 37 millions de personnes étaient séropositives dans le monde en 2017 et parmi elles, près de 22 millions sont sous traitement. Le sida a fait 940 000 morts l'an dernier, selon l'ONUSIDA.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Rougeole: les politiques de vaccination insuffisantes pour contrer l'épidémie
L'arrêt des soins de Vincent Lambert a commencé
Les familles au niveau socio-économique élevé seraient davantage exposées aux substances chimiques
La capacité à détecter l'odeur de café pourrait aider à lutter contre l'addiction au tabac ou au cannabis
Orthorexie : une étude canadienne évalue les comportements à risque
Boire deux tasses de café par jour permettrait de vivre plus longtemps
La paternité tardive comporte des risques pour la mère et l'enfant à naître
Un sommeil de bonne qualité et un moral d'acier préservent la mémoire à court terme
Une étude chinoise établit un lien entre le diabète de type 2 et des risques élevés de cancers
Les élèves victimes de harcèlement scolaire seraient de plus gros consommateurs d'analgésiques
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le déclin des abeilles menace la sécurité alimentaire mondiale, selon la FAO
Au Chelsea Flower Show, des jardins du futur face au changement climatique
La neutralité carbone en France est possible, disent de grandes entreprises
Une montée des océans de 2 mètres plausible d'ici 2100
Comment les mères bonobos aident leurs fils à se reproduire
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.046 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.