ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 13 Décembre 2018

PLANETE - Publié le 03/12/2018 à 11:15


Climat: face à l'urgence, les pays les plus menacés testent la détermination mondiale



Les pays les plus menacés par les catastrophes climatiques vont profiter lundi du sommet sur le climat en Pologne pour réclamer plus d'engagements des nations du Nord, mais des vents peu porteurs risquent de décevoir leurs espoirs.

Les dirigeants de pays particulièrement vulnérables, comme le Népal, Fidji ou le Nigeria, sont parmi la seulement vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement attendus à ce sommet organisé au deuxième jour de la 24e Conférence de l'ONU sur le climat. Cette COP24 doit finaliser dans les deux semaines à Katowice les règles d'application qui permettront de libérer le potentiel de l'accord de Paris.

Comme le reste des pays du Sud, ils espèrent que la communauté internationale rehausse rapidement ses ambitions de réduction de gaz à effet de serre. Mais ils devraient également rappeler au Nord sa promesse de porter d'ici 2020 les financements consacrés aux politiques climatiques des pays en développement à 100 milliards de dollars par an.

"Le groupe des PMA (Pays les moins avancés) représente près d'un milliard de personnes. Elles sont les moins responsables du changement climatique mais parmi les plus vulnérables à ses effets", a commenté avant la conférence le président de la délégation de ce groupe, l'Éthiopien Gebru Jember Endalew, notant qu'il faudrait des "milliards de milliards de dollars" de finance climat.

Alors que cette question des financements Nord-Sud pèse régulièrement sur les négociations, la Banque mondiale a annoncé lundi une mobilisation d'environ 200 milliards de dollars de 2021 à 2025 pour l'aide à la réduction des émissions et à l'adaptation au changement climatique, soit un "doublement" par rapport à la période précédente.

C'est "un signal important à la communauté internationale, pour qu'elle fasse de même", a commenté l'institution.

Mais les observateurs craignent que le contexte international, avec notamment le rejet par le président américain Donald Trump de l'Accord de Paris, ne soit pas propice à de nouveaux engagements.

Et la Pologne, présidente de la réunion et défenseur acharné de son industrie du charbon, a d'autres priorités. Outre l'adoption cruciale du mode d'emploi de l'Accord de Paris, elle veut pousser pour une "transition juste" vers une économie bas-carbone et faire adopter au sommet un texte en ce sens.

Selon la version préparatoire vue par l'AFP, cette "déclaration de Silésie", coeur de la production houillère polonaise, "reconnaît les défis auxquels font face les secteurs, les villes et les régions en période de conversion des énergies fossiles (....) et l'importance d'assurer un avenir décent aux travailleurs touchés par cette transition".

- Climat et emplois -

Ils ne sont certes pas les seuls à évoquer la question de la "transition juste", mais certains craignent que ce soit une excuse pour ralentir le passage à une économie bas-carbone. "Nous n'avons pas des décennies ou des siècles pour sortir des énergies fossiles", met en garde Alden Meyer, de l'organisation Union of Concerned Scientists.

L'Accord de Paris vise à limiter le réchauffement de la planète à +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle et idéalement à +1,5°C.

Mais alors que le récent rapport des scientifiques du Giec a montré les nettes différences de l'incidence respective de ces deux réchauffements, il a aussi souligné qu'il faudrait, pour rester sous +1,5°C, réduire les émissions de CO2 de près de 50% d'ici à 2030 par rapport à 2010. Ce qui implique une transformation majeure de l'économie.

"Certaines sociétés disent: c'est soit le climat soit les emplois. Ça ne marche pas comme ça", estime Maria Fernanda Espinosa, présidente de l'Assemblée générale de l'ONU, mettant en avant le potentiel de création d'emplois des énergies renouvelables.

"Les sociétés doivent s'adapter, elles doivent comprendre (...) Ce qui est en jeu maintenant est tout simplement la survie du genre humain et de la planète", poursuit-elle.

Quant au président de la COP23, le Premier ministre fidjien Frank Bainimarama, il insiste pour que cette transition soit "juste pour tout le monde, en particulier pour les plus vulnérables au climat" et pas seulement "pour les travailleurs, les régions et les économies touchés".

Dans une récente déclaration commune, la Chine et la France appelaient aussi à cette transition juste, mais également "pour accroître le soutien du grand public à la réalisation" des objectifs de l'Accord de Paris.

Depuis, le Premier ministre français Édouard Philippe a annulé sa venue au sommet de lundi tandis que le pays s'enfonce dans la crise des "gilets jaunes", qui avait commencé comme un mouvement de protestation contre la hausse de la fiscalité écologique sur les carburants.

Au Bangladesh, le combat d'un homme pour sauver les arbres un par un
Les Chinois sèment la zizanie chez les pêcheurs de Madagascar
Biocontrôle: la guerre des insectes aura bien lieu
Des Amérindiens dénoncent des projets de forage en Alaska
Moins de caribous, davantage d'algues rouges dans un Arctique plus chaud en 2018
Au Népal, la bombe à retardement des lacs glaciaires
Au Chili, le risque d'une hétacombe plane sur les forêts de pins millénaires
En 2 siècles, l'humanité va annuler 3 millions d'années de refroidissement du climat
Le poulet, symbole des répercussions de l'humain sur la nature
A Maurice, tout est bon dans la canne à sucre, même l'électricité
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La résilience provient d'anomalies dans le cerveau
Nos choix de carrière influencent notre personnalité
Les bactéries intestinales, piste de recherche pour traiter le diabète
Virgin Galactic prépare un nouveau vol d'essai, plus près de la frontière de l'espace
Au Bangladesh, le combat d'un homme pour sauver les arbres un par un
 LES PLUS LUS 
Confirmation de présence de glace à la surface de la Lune
La momification, un procédé plus ancien qu'on ne le pensait
Un satellite européen inédit d'étude des vents mis sur orbite
Avec le Brexit, risque d'une pénurie de sperme au Royaume-Uni
Comment la fièvre jaune s'est propagée au Brésil
Un drone filme des images inédites d'un peuple isolé d'Amazonie
Inondations en Inde : alerte aux serpents avec la baisse des eaux
Un reste fossilisé d'enfant prouve l'accouplement entre deux espèces humaines
Un examen ophtalmologique expérimental pourrait détecter Alzheimer
Pas de niveau minimum d'alcool qui soit sans danger pour la santé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.052 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.