ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 17 Fevrier 2019

SCIENCE - Publié le 05/12/2018 à 21:03


L'ADN explique la longévité des tortues géantes des Galapagos



Les tortues géantes qui donnent son nom à l'archipel équatorien des Galapagos, dans le Pacifique, possèdent des variants génétiques liés à la réparation de l'ADN, dont une facilité de guérison qui permet leur longévité, a annoncé lundi le Parc national des Galapagos.

Le patrimoine génétique de la tortue géante Georges le Solitaire, morte en captivité en 2012 après avoir refusé de se reproduire, a été séquencé par une équipe internationale de chercheurs, a annoncé l'administration du parc dans un communiqué.

Cette étude montre «que les tortues géantes possèdent un certain nombre de variants génétiques liés à la réparation de l'ADN», ainsi que «des indices sur les spécificités des tortues géantes, comme leur facilité de guérison», poursuit le communiqué.

Des experts de l'université espagnole d'Oviedo, de l'université américaine de Yale, de l'organisation Galapagos Conservancy et du Parc national des Galapagos ont participé à cette étude, publiée lundi dans la revue scientifique Nature Ecology & Evolution.

Déchiffrer les secrets de la longévité de Georges le Solitaire doit aider à prendre les meilleures décisions pour restaurer les différentes populations de tortues de l'archipel, selon le directeur du parc, Jorge Carrion.

Georges le Solitaire était considéré comme le dernier représentant de l'espèce Chelonoidis abingdonii. Mais quelques mois après sa mort, 17 autres spécimens avaient finalement été découverts sur une île de l'archipel, Isabela.

L'animal avait entre 120 et 130 ans au moment de sa mort le 24 juin 2012, a indiqué le Parc national des Galapagos.

Entre 30 000 et 40 000 tortues d'une dizaine d'espèces différentes, dont certaines peuvent atteindre 1,80 m et vivre jusqu'à 180 ans, peuplent ces îles paradisiaques.

Cet archipel, classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO depuis 1978, est célèbre pour avoir inspiré la théorie de l'évolution des espèces au naturaliste britannique Charles Darwin.

Découverte de la chambre funéraire d'un noble inca au Pérou
Des organismes étaient capables de se déplacer il y a 2,1 milliards d'années
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Le stress de la baleine à bec face aux sonars militaires
Le Tombeau des rois, mystères et croyances dans les entrailles de Jérusalem
Des gravures espagnoles vieilles d'un millénaire retrouvées dans un jardin anglais
Chine: une équipe assure avoir cloné 5 singes pour la recherche médicale
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Everest: la Chine interdit aux touristes son camp de base au Tibet
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
Découverte de la chambre funéraire d'un noble inca au Pérou
Maladies chroniques : et si on prescrivait des activités physiques sur ordonnance ?
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.041 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.