ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 20 Juin 2019

SCIENCE - Publié le 13/12/2018 à 12:10


Le transhumanisme gagne du terrain, malgré les doutes des scientifiques


AFP

« Bébés OGM », cerveau augmenté, corps modifiés... à la faveur des avancées technologiques, le transhumanisme, qui prône et prévoit l'émergence d'un « hyper-humain » capable d'immortalité, gagne toujours plus de terrain, malgré les sérieux doutes exprimés par les scientifiques.

La fin de l'année a été marquée par l'annonce controversée par un chercheur chinois de la naissance de premiers bébés génétiquement modifiés pour les rendre résistants au virus du sida, mais le courant de pensée transhumaniste n'est pas nouveau : « il est apparu quand nous avons réalisé que nous pouvions faire des choix délibérés pour intervenir sur notre évolution biologique par la technique », relève Marc Roux, président de l'Association française transhumaniste (AFT).

Mais près de 40 ans après l'émergence du transhumanisme parmi des futurologues de Californie, il semble plus fort que jamais : Google, après avoir fait le choix de recruter une de ses icônes mondiales (l'ingénieur Ray Kurzweil), a créé une filiale (Calico) pour s'attaquer au vieillissement, le milliardaire Elon Musk se lance dans la recherche sur les implants cérébraux...  

« Certains transhumanistes signent les courriels qu'ils m'adressent avec des slogans comme "la mort est maintenant facultative" ou "la première personne à vivre 500 ans est déjà née" », raconte Blay Whitby, spécialiste en informatique et en intelligence artificielle à l'université de Sussex en Angleterre. « Ils sont clairement plus optimistes que moi ! », note le scientifique.  

Droit à l'expérimentation

Car la médecine ne peut toujours rien contre les maladies neurodégénératives, les essais cliniques sur Alzheimer échouent les uns après les autres, cette année l'espérance de vie a encore reculé aux États-Unis, les douleurs fantômes ou du moignon affectent toujours la grande majorité des amputés... Et selon, certaines études, la durée de vie maximale, après avoir augmenté jusqu'aux années 90, pourrait même avoir atteint un palier.

« Il reste de vrais verrous à notre compréhension de l'homme », juge Nathanaël Jarrassé, de l'Institut des systèmes intelligents et de robotique à Paris. « On ne parle que de temps et d'argent en niant que l'on pourrait ne jamais arriver à comprendre certaines choses, en niant l'impossibilité scientifique ».

Marc Roux regrette néanmoins que les transhumanistes soient souvent réduits à ses partisans les plus caricaturaux, les plus radicaux. « Déjà aujourd'hui, un grand nombre de choses sont possibles », assure l'historien de formation.

S'il reconnaît des « manquements dans le protocole » scientifique dans le cas récent des « bébés OGM », il souligne que « les transhumanistes ne considèrent pas, comme certains le font, que modifier les générations suivantes, impacter l'hérédité soit abominable ».

« Pourquoi cela serait-il forcément une mauvaise chose ? Il n'y a plus de débat sur ces questions. On condamne, mais au fond on a oublié pourquoi », dit-il.

Les transhumanistes réclament le droit d'expérimenter, sur des patients volontaires, des choses déjà techniquement possibles comme des implants rétiniens permettant de percevoir le rayonnement infrarouge, des prothèses sans limites dans les rotations, des implants cochléaires (qui agissent sur le nerf auditif) réglés pour percevoir des ultra-sons...  

« Les théories transhumanismes reposent sur des conceptions très matérialistes du corps, de la conscience... », oppose pour sa part Edouard Kleinpeter, ingénieur de recherche Centre national français de la recherche scientifique (CNRS). « Pour eux, il n'y a pas de différence de nature entre un cerveau et un microprocesseur ».  

Or « l'être humain n'est pas uniquement une idée ou un "esprit", mais un être de chair, fait de cellules vivantes, de vaisseaux remplis de sang nourricier », s'insurge Jean Mariani, neurobiologiste auteur du livre « Ça va pas la tête ! ».

Approche marchande des Gafa

Autre problème, selon Nathanaël Jarrassé : ceux qui martèlent que les technologies vont sauver l'humanité sont parfois aussi ceux qui les vendent, comme les Gafa. Le corps humain représente pour eux un nouveau marché.  

« Il ne faudrait pas que des décisions politiques, stratégiques ou économiques soient prises en fonction [...] des intérêts économiques de sociétés qui promettent un futur de science-fiction, d'entreprises en démarrage qui vantent des produits incroyables », ajoute le chercheur, jugeant que « cela pourrait indirectement faire dériver la recherche des vrais besoins ».

« Le transhumanisme est davantage le reflet de l'homme d'aujourd'hui que celui du futur », analyse Edouard Kleinpeter : « un mélange de toute puissance du fait des avancées techniques et de rejet de la fragilité et du hasard lié au fait que nous sommes des êtres biologiques et que nous vivons en société ».  

Mais une chose semble mettre tout le monde d'accord : la nécessité de réfléchir sur le futur que nous voulons, sur la place que nous jugeons bon de laisser aux technologies.  

« Le monde est de plus en plus inégalitaire. Cette technologie est le privilège d'un petit groupe de personnes très riches. Je crains qu'elles l'utilisent pour s'enrichir davantage. Voulons-nous ce genre d'avenir ? », s'interroge Blay Whitby.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une gigantesque tête de loup vieille de 32.000 ans découverte en Sibérie
Les plus vieilles traces d'usage de cannabis découvertes en Asie centrale
Les poissons aussi ont des chagrins d'amour
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
En Bolivie, ces tours funéraires pré-inca qui ont survécu au passage du temps
Italie: l'Etna se réveille
La fin de Néandertal expliquée par une baisse de la fécondité
Chez des singes d'Afrique, la communication en partie innée
Décès du physicien Murray Gell-Mann, découvreur des quarks
De la bière des pharaons recréée avec une levure de 3.000 ans
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
Les fragments de Lune d'Apollo ont transformé la connaissance de l'univers
Les émotions morales, un outil pour diagnostiquer la démence fronto-temporale ?
Un nez artificiel conçu pour aider les médecins à identifier les tissus cancéreux pendant la chirurgie
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.061 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.