ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 24 Juillet 2019

SANTE - Publié le 21/12/2018 à 00:02


Les Américains plus gros et plus petits qu'en 1999


AFP

Plus gros et plus petits : en une quinzaine d'années, la silhouette des Américains s'est transformée, selon des statistiques sanitaires fédérales publiées jeudi, qui n'avancent pas d'explications à cette tendance.

Ce n'est pas vraiment une surprise, dans un pays luttant depuis de nombreuses années contre le fléau de l'obésité, que le poids moyen, le tour de taille et l'indice de masse corporelle (IMC) aient augmenté chez les adultes entre 1999 et 2016, dernières statistiques disponibles.

« Une augmentation linéaire importante dans le poids a été constatée à travers le temps à la fois chez les hommes et chez les femmes », relève le National Center for Health Statistics dans son rapport, qui s'appuie sur des examens physiques de plus de 47 000 personnes âgées de plus de 20 ans aux États-Unis.

D'après les données publiées jeudi, un Américain pesait en moyenne 89,8 kg en 2015-2016 et une Américaine 77 kg. En 1999-2000, ils affichaient respectivement 86 et 74 kg en moyenne.  

Sur la même période, le tour de taille des hommes s'est étiré, pour passer de 99 centimètres à 102 cm, et celui des femmes a pris 5 cm, à 98 cm.

Si la population américaine a ajouté quelques centimètres à sa circonférence, elle a perdu quelques millimètres au niveau de la taille.

Un Américain mesurait en moyenne 175,4 cm en 2015-2016, contre 175,6 cm en 1999-2000. L'Américaine a également perdu en hauteur, passant de 162,1 cm à 161,7 cm.

En ce qui concerne l'IMC, ratio entre la taille et le poids, celui des hommes est passé de 27,8 en moyenne en 1999 à 29,1 en 2016. Chez les femmes, il ressort à 28,2, contre 27,8 auparavant.

Pour l'Organisation mondiale de la santé, un adulte dont l'IMC dépasse 25 est en surpoids et une personne est obèse quand il est supérieur à 30, soit à partir de 87 kg pour une personne mesurant 170 cm.

D'après les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), 39,8 % des Américains sont considérés comme obèses. Soit plus de 93 millions de personnes.

Pour les médecins, maintenir un poids dit normal - IMC compris entre 18,5 et 24,9 traditionnellement - a de multiples avantages, car l'obésité augmente le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2, ainsi que de plusieurs types de cancer.

L'obésité a également des conséquences économiques : le coût annuel en soins médicaux est de 147 milliards de dollars aux États-Unis, d'après les CDC.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Canicule: cinq gestes à faire pour éviter le coup de chaud
Un usage abusif des réseaux sociaux et de la télévision pourrait favoriser la dépression chez les ados
Journée mondiale de la malbouffe : comment déjouer le piège d'une consommation excessive ?
Trop de sucres dans la nourriture pour bébé, prévient l'OMS
Être stigmatisé dès le plus jeune âge à cause de son poids laisse des séquelles
La couverture vaccinale dans le monde stagne dangereusement selon l'ONU
AVC : une prise en charge plus rapide pourrait améliorer la condition d'un millier de patients chaque année
VIH : un manque d'empathie de la part du corps médical peut pousser le patient à arrêter son traitement
Don du sang: la période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois
Davantage de légumineuses, mais aussi de viande consommées dans le monde d'ici 10 ans
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une sonde indienne en route vers la Lune
L'escargot, une calamité devenue poule aux oeufs d'or en Thaïlande
Canicule: cinq gestes à faire pour éviter le coup de chaud
Allumer son smartphone en pleine nuit pour vérifier l'heure nuit-il au sommeil ?
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.058 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.