ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 26 Mars 2019

PLANETE - Publié le 27/12/2018 à 10:47


Exploit d'un Américain, premier à traverser l'Antarctique en solo et sans assistance


AFP

Près de 1.600 kilomètres en 54 jours, en solo et sans assistance: un Américain est le premier à avoir accompli cet exploit de traverser dans ces conditions extrêmes les terres glacées de l'Antarctique.

"Je suis parvenu à mon objectif: devenir la première personne de l'histoire à traverser le continent Antarctique d'une côte à l'autre, en solo, sans assistance et sans aide", a écrit Colin O'Brady, un ancien triathlète professionnel de 33 ans, sur son compte Instagram.

Pour ajouter un exploit à ce qui en était déjà un, il a parcouru les 125 derniers kilomètres d'une traite. Après trente-deux heures, sans dormir, il est arrivé mercredi à destination.

C'est en prenant son petit-déjeuner de Noël qu'il s'est lancé cet ultime défi. "Alors que je faisais bouillir mon eau pour mon porridge, une question quasi impossible s'est posée: est-ce que je pourrais pousser d'un seul coup jusqu'à la fin?", a-t-il raconté sur Instagram.

"Au moment où j'ai lacé mes chaussures, ce plan impossible était devenu un but bien concret", a-t-il ajouté.

Pendant toute son aventure, qui l'a fait traverser l'Antarctique du nord au sud, il était traqué par GPS et les détails de son aventure ont été publiés chaque jour sur son site, colinobrady.com.

- Course à deux -

Equipé de skis de fond, il a tiré sa pulka --une sorte de traîneau transportant toutes ses provisions et son matériel-- qui pesait tout compris 180 kilos.

Il a pris le départ du campement de Union Glacier le 3 novembre en compagnie de Louis Rudd, un militaire britannique de 49 ans. Les deux hommes, qui tentaient chacun d'être le premier à accomplir ce périple en solo et sans assistance, ont ensuite cheminé séparément.

Si l'Anglais a un temps fait la course en tête, c'est finalement l'Américain qui a franchi la ligne d'arrivée en premier.

Passé par le pôle Sud le 12 décembre, Colin O'Brady a fini son périple mercredi sur la barrière de Ross, au bord de l'océan Pacifique. Louis Rudd se trouve un jour ou deux derrière lui.

"Même si les dernières 32 heures ont été certaines des plus exigeantes heures de ma vie, elles ont en toute honnêteté été certains des meilleurs moments que j'aie jamais vécus", a relevé l'Américain.

Gravement brûlé, sur un quart de la surface de son corps, dans un accident en Thaïlande en 2008, les médecins lui avaient alors dit qu'il pourrait ne plus jamais remarcher normalement, raconte la biographie de son site.

"J'étais dans un profond état second, à la fois concentré sur l'objectif final tout en laissant mon esprit revenir sur les considérables enseignements de ce voyage", a-t-il ajouté. "Je délire un peu en écrivant ça parce que je n'ai pas encore dormi".

Le New York Times a qualifié son exploit d'"un des plus remarquables dans l'histoire polaire", à comparer à la "course pour le pôle Sud" qui a opposé le Norvégien Roald Amundsen au Britannique Robert Falcon en 1911.

Né à Portland, dans l'Oregon (nord-ouest des Etats-Unis), Colin O'Brady a fait des études d'économie à la prestigieuse université de Yale, où il faisait partie de l'équipe de natation, selon son site internet.

En 1996-1997, l'explorateur norvégien Borge Ousland avait été le premier à traverser le continent blanc en solo, mais il avait été aidé par un "parafoil" (un cerf-volant ressemblant à un parapente). D'autres aventuriers ont eux été ravitaillés en cours de route.

Le lieutenant-colonel britannique Henry Worsley a trouvé la mort en 2016 en essayant de traverser l'Antarctique seul et sans assistance. D'autres ont fait demi-tour.

Colin O'Brady n'en est pas à son premier record. En 2016, il avait escaladé les sommets les plus élevés des sept continents, dont l'Everest, en 132 jours, ce qui a fait de lui le plus rapide "grimpeur des sept sommets".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les requins, une famille plus menacée que prévu
Chili: faire pousser des légumes dans le désert le plus aride du monde
Climat: les géants de l'énergie ont dépensé 1 milliard de dollars en lobbying depuis la COP21
Le plastique menace toute vie aux Galapagos
Bretagne: sous la mer, un patrimoine englouti à découvrir et valoriser
Maîtrise des quantités et réduction des emballages: le vrac a le vent en poupe
Un poisson-lune géant échoué au sud de l'Australie
Equateur: l'eau des volcans se raréfie, source d'angoisse pour les indiens
Au Chili, un lac rayé de la carte par la sécheresse
Plus de 1100 dauphins échoués sur la côte atlantique française depuis janvier
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Rare découverte d'une épave de navire viking en Norvège
Huit Français sur dix pour une répartition régulée des médecins libéraux sur le territoire
Sept marques d’implants mammaires pourraient être interdites en France
Les petits-déjeuners en famille aideraient les enfants à mieux accepter leur corps
Une nouvelle étude montre les bienfaits de l'allaitement sur la santé cardiaque des mères
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
Dans la violente Ciudad Juarez, réhydrater des cadavres pour les identifier
Une technique de poterie millénaire remise au goût du jour contre le gaspillage de l'eau
En Saône-et-Loire, une usine change les déchets en biogaz
Qu'est-ce que tu veux pour Noël? Un test ADN!
L'UE sans plastiques à usage unique en 2021
Voix éraillée, robe balafrée: en France, un centre de soins pour cloches blessées
Indonésie: l'incroyable odyssée d'un enfant handicapé pour aller à l'école
En Chine, le marsouin du Yangtsé en survie précaire hors du fleuve
Nos choix de carrière influencent notre personnalité
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.050 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.