ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 24 Juillet 2019

PLANETE - Publié le 02/01/2019 à 11:32


Les perroquets de Caracas, un spectacle bigarré dans la jungle urbaine


AFP

Les perroquets bigarrés sillonent le ciel de Caracas. Dociles malgré leurs cris stridents, ils se posent sur les balcons à la recherche d'une nourriture pas toujours adaptée à leur survie.

Leur plumage combine une palette de rouge, de bleu, de vert, de jaune et d'orangé. Aux premiers rayons du soleil ou à la tombée du jour ils zigzaguent entre les palmiers et les immeubles.

Dans la capitale vénézuelienne trépidante et polluée, la prolifération de ces oiseaux exotiques pourrait ressembler un rêve pour les amoureux de la nature.

Même si l'on ne sait pas très bien comment ils sont arrivés dans cette ville de six millions d'habitants, certains spécialistes suggèrent qu'ils ont été introduits par des trafiquants d'animaux, ou qu'ils se sont échappés de captivité dans des volières ou des jardins zoologiques.

Caracas n'est en tout cas pas leur habitat naturel, les populations de perroquets vivant dans les zones forestières du sud du Venezuela, dont certaines à la frontière avec le Brésil.

L'espèce Ara araurana, au plumage bleu et jaune, est la plus commune à Caracas. On y rencontre également le Ara chloropterus (rouge et vert), le Ara macao (jaune, bleu et rouge) et le Ara severus, avec des serres rougeâtres et bleues.

« Les impressions sont mitigées : d'un côté il est agréable de voir qu'ils s'approchent des habitations où ils trouvent de la nourriture et sont bien accueillis, d'un autre il est préoccupant qu'ils ne puissent pas trouver dans la nature les aliments dont ils ont besoin », explique à l'AFP le biologiste Diego Diaz.

Ce spécialiste recommande d'éviter le contact direct avec ces animaux « pour qu'ils ne finissent pas comme des sortes de mascottes dépendantes des humains ».

Devant une cohabitation devenue inévitable, les vétérinaires recommandent de leur donner des fruits, des légumes ou des graines de tournesol, mais jamais des aliments fabriqués comme des galettes.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


L'Etna à nouveau en éruption
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Le Kenya inaugure le plus grand parc éolien d'Afrique
L'Autorité de la Grande Barrière de corail veut des mesures contre le changement climatique
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
En réduisant dès maintenant sa pollution à l'ozone, la Chine pourrait sauver 330.000 vies d'ici 2050
Naissance en Normandie de bébés crocodiles d'une espèce menacée
Viande de chien: pro et anti manifestent en Corée du Sud
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une sonde indienne en route vers la Lune
L'escargot, une calamité devenue poule aux oeufs d'or en Thaïlande
Canicule: cinq gestes à faire pour éviter le coup de chaud
Allumer son smartphone en pleine nuit pour vérifier l'heure nuit-il au sommeil ?
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.066 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.