ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 24 Juillet 2019

SANTE - Publié le 07/01/2019 à 18:05


Pourquoi sommes-nous heureux quand une personne échoue ?


AFP

En Allemand, il existe un mot pour définir la joie de voir échouer quelqu'un : "schadenfreude". D'après une récente étude, cette émotion découlerait d'une déshumanisation du rival. 

"Schadenfreude", c'est le plaisir particulier que les gens tirent du malheur des autres, comme celui de voir la carrière d'une célébrité s'écrouler, un criminel particulièrement nocif se faire emprisonner ou la défaite d'une équipe sportive rivale. 

Pour cette étude, une équipe de psychologues de l'Université Emory à Atlanta aux Etats-Unis est partie du constat qu'il n'existait pas de définition à proprement parler du terme "schadenfreude" et a donc cherché à le comprendre, à l'expliquer et à l'étudier au mieux. 

Pour certaines personnes, derrière cette émotion complexe se cache une recherche de justice, pour savoir si la personne qui a échoué méritait son malheur. Pour d'autres, il s'agit simplement d'un acte de comparaison sociale (les membres d'un groupe tirant sa joie de la souffrance de ceux qui ne font pas partie du groupe). D'autres encore estiment qu'il s'agit du fait d'envier quelqu'un ce qui nous pousse à vouloir son malheur.

Le groupe de chercheurs a donc cherché à réunir toutes ces définitions sous un seul concept. Après analyse de diverses études prouvant que Schadenfreude était une émotion intégrée à nos comportements depuis notre petite enfance, les chercheurs ont estimé que ce qui était commun à toutes les réactions était la déshumanisation, le fait de considérer une personne comme étant moins humain que soi.

Cette déshumanisation d'une autre personne ou d'un autre groupe permet de ressentir de la joie face à l'échec de cette même personne ou de ce même groupe.

L'étude suggère également que plus une personne éprouve de l'empathie envers une autre, moins elle est susceptible de ressentir l'émotion "schadenfreude" lorsque cette personne souffre. 

Cette étude a été publiée dans The Conversation.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Canicule: cinq gestes à faire pour éviter le coup de chaud
Un usage abusif des réseaux sociaux et de la télévision pourrait favoriser la dépression chez les ados
Journée mondiale de la malbouffe : comment déjouer le piège d'une consommation excessive ?
Trop de sucres dans la nourriture pour bébé, prévient l'OMS
Être stigmatisé dès le plus jeune âge à cause de son poids laisse des séquelles
La couverture vaccinale dans le monde stagne dangereusement selon l'ONU
AVC : une prise en charge plus rapide pourrait améliorer la condition d'un millier de patients chaque année
VIH : un manque d'empathie de la part du corps médical peut pousser le patient à arrêter son traitement
Don du sang: la période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois
Davantage de légumineuses, mais aussi de viande consommées dans le monde d'ici 10 ans
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une sonde indienne en route vers la Lune
L'escargot, une calamité devenue poule aux oeufs d'or en Thaïlande
Canicule: cinq gestes à faire pour éviter le coup de chaud
Allumer son smartphone en pleine nuit pour vérifier l'heure nuit-il au sommeil ?
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.065 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.