ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 24 Juillet 2019

PLANETE - Publié le 08/01/2019 à 11:26


Mammouths en Sibérie: la ruée vers l'ivoire des glaces


AFP

Accroupi dans son jardin enneigé, Prokopi Novogovitsyne attrape sous une bâche un os de la taille d'une petite assiette : une vertèbre de mammouth, animal au coeur d'une véritable ruée en Sibérie pour l'ivoire de ses défenses.

« Des amis ont trouvé ce squelette dans le nord. Ils voulaient le vendre, mais il manque les défenses. Donc personne n'en a voulu », explique M. Novogovitsyne, qui vit dans un village de Iakoutie, en Sibérie orientale.

Dans cette région russe grande comme cinq fois la France et bordée par l'océan Arctique, le pergélisol agit comme un gigantesque congélateur conservant les animaux préhistoriques, en particulier les mammouths.

La demande pour les défenses de mammouths a explosé l'année dernière après la décision des autorités chinoises d'interdire l'importation et la vente d'ivoire d'éléphants. Les sculptures en ivoire étant très populaires en Chine, les acheteurs se sont tournés vers la Sibérie.

En 2017, sur les 72 tonnes de défense de mammouths exportées par la Russie, 80 % sont partis en Chine. Le marché est si important que des Chinois viennent même directement en Iakoutie se fournir.    

Selon les autorités, 500 000 tonnes de défenses de mammouths, surnommées « l'ivoire des glaces », reposent en Iakoutie. Les chasseurs et les pêcheurs locaux ont longtemps ramassé ces os le long des cours d'eau ou près des côtes.  

Pendant le pléistocène, époque qui a duré environ 2,5 millions d'années et pris fin il y a 11 000 ans, des milliers de mammouths laineux vivaient dans les steppes de Russie.  

Mais ce commerce n'est pas encore complètement régulé : si les chercheurs de défenses peuvent obtenir un permis pour certaines zones de fouille, certains d'entre eux se plaignent de pressions des autorités.  

« L'ivoire au peuple ! »

Dans une région de trois millions de kilomètres carrés avec peu de routes, la recherche des mammouths est une affaire compliquée qui se prépare des mois à l'avance. L'équipement nécessaire doit être expédié à des centaines de kilomètres.

Les chercheurs utilisent de puissants jets d'eau pour creuser des tunnels sur les berges des rivières ou le long des reliefs, créant des galeries recouvertes de glace.

Un ivoire de mammouth de bonne qualité se négocie près de 900 euros le kilogramme, soit une source de revenus conséquente en Iakoutie, où les emplois sont rares et l'agriculture impossible à cause du climat.

« Il y a une ruée vers les mammouths en ce moment », affirme à l'AFP un chasseur d'ivoire, qui travaille légalement depuis plus de dix ans, mais souhaite garder l'anonymat.

Depuis cinq ans, le Parlement russe cherche sans y parvenir à voter une loi encadrant pleinement ce commerce, déplore-t-il : « Les gens ordinaires devraient savoir qu'ils peuvent ramasser quelque chose par terre, le vendre, payer une taxe et vivre en paix ».

L'année dernière, des chercheurs d'ivoire ont manifesté à Iakoutsk, la capitale de la région, contre la confiscation de leurs trouvailles par les autorités. Parmi les slogans affichés : « Poutine, rends l'ivoire au peuple ! »

Selon le député régional Vladimir Prokopiev, tant qu'une loi n'aura pas été promulguée à Moscou, la situation sera dans l'impasse.  

Selon lui, 90 % des chercheurs trouvent de l'ivoire simplement en le ramassant au sol. Les recherches à l'aide de jets d'eau étant nocives pour le pergélisol, elles devraient être interdites, soutient-il.  

« Les oligarques de l'ivoire »

La diffusion d'un documentaire de la chaîne publique Rossia-24 a particulièrement inquiété les chercheurs d'ivoire. Ces derniers y sont accusés de se livrer à un commerce « criminel » détruisant de « façon barbare » des sites archéologiques, et sur lequel les autorités locales fermeraient les yeux.

Pour Vadimir Prokopiev, le reportage a été commandé par des « oligarques de l'ivoire », des grossistes qui assuraient auparavant l'intermédiaire avec des chercheurs locaux avant que les Chinois ne viennent directement négocier en Iakoutie.

Mais pour Valeri Plotnikov, un paléontologue de l'Académie des Sciences de Iakoutie, cette ruée vers les mammouths permet au contraire d'étudier de nouveaux spécimens, par exemple récemment les restes d'un lion des cavernes trouvés cet été.

« Nous avons des intérêts communs avec les chercheurs d'ivoire officiels », affirme le scientifique. Ses donateurs ne sont pas payés en lui fournissant des spécimens, mais en restent les propriétaires et touchent de l'argent quand ceux-ci sont exposés à l'étranger.

Son laboratoire reçoit également de l'ivoire confisqué aux chercheurs travaillant illégalement ou dans des zones protégées. Pour lui, avoir un permis et payer des droits de douanes devrait permettre à tous d'exporter.

Aïssen Nikolaïev, le gouverneur de la Iakoutie, estime que ce commerce restera dans « une zone grise » tant qu'une loi ne retirera pas l'ivoire de mammouths des matériaux considérés comme une ressource naturelle spéciale. Il espère qu'une loi sera adoptée en 2019, malgré des « résistances ».

Certains habitants de Iakoutie, tels Prokopi Novogovitsyne, soulignent de leur côté que la vente de défenses de mammouths permet de limiter la chasse aux éléphants : « Nos squelettes morts sauvent des éléphants vivants ».

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


L'Etna à nouveau en éruption
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Le Kenya inaugure le plus grand parc éolien d'Afrique
L'Autorité de la Grande Barrière de corail veut des mesures contre le changement climatique
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
En réduisant dès maintenant sa pollution à l'ozone, la Chine pourrait sauver 330.000 vies d'ici 2050
Naissance en Normandie de bébés crocodiles d'une espèce menacée
Viande de chien: pro et anti manifestent en Corée du Sud
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une sonde indienne en route vers la Lune
L'escargot, une calamité devenue poule aux oeufs d'or en Thaïlande
Canicule: cinq gestes à faire pour éviter le coup de chaud
Allumer son smartphone en pleine nuit pour vérifier l'heure nuit-il au sommeil ?
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.055 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.