ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 24 Juillet 2019

PLANETE - Publié le 12/01/2019 à 12:42


Madame Perruche préfère apparemment les mâles intelligents


AFP

Les experts des perruches ont depuis longtemps observé que les femelles appréciaient chez les mâles la splendeur d'un plumage ou la virtuosité d'un chant.

Mais pour sélectionner un partenaire, prennent-elles également en compte l'intelligence ? Charles Darwin l'avait théorisé mais l'hypothèse s'est avérée difficile à vérifier, en tout cas chez les animaux.

Une expérience conduite par des chercheurs de l'Académie chinoise des sciences et de l'université néerlandaise de Leyde, publiée jeudi dans la revue Science, semble donner une réponse affirmative à cette question fondamentale sur l'évolution.

Les chercheurs ont réalisé un test sur un total de 34 perruches ondulées, une espèce présente en Australie.  

Prenons l'une des femelles recrutées.

Dans un premier temps, elle a été placée en présence de deux mâles. Elle en a naturellement choisi un : les chercheurs ont su lequel en mesurant combien de minutes elle passait avec l'un plutôt que l'autre dans la cage.

Puis le mâle non préféré a bénéficié d'un entraînement privilégié afin d'apprendre à ouvrir deux types de boîtes contenant des graines. Le mâle préféré n'a reçu, lui, aucune formation.

La femelle a ensuite observé les deux mâles face aux boîtes - un exercice cruel pour le mâle préféré qui n'a pu que montrer son inaptitude à la femelle, tandis que son rival brillait par sa technique d'ouverture.

Dernière phase : les deux mâles ont été replacés dans la même cage que la femelle. Les chercheurs avaient l'intuition qu'elle changerait de préférence après avoir observé la piètre prestation du mâle préféré.

Et c'est bien ce qu'il s'est passé : huit des neuf perruches femelles du groupe test ont changé de mâle et passé plus de temps avec l'ex-mâle non préféré, ce qui n'a pas été observé dans le groupe témoin.  

«L'observation directe de compétences cognitives peut affecter les critères de préférence du partenaire», concluent les auteurs de l'étude, qui démontre selon eux «que les capacités cognitives peuvent être sélectionnées directement par le choix du partenaire».

En clair : l'intelligence procurerait bien un avantage reproductif, c'est-à-dire un avantage en terme d'évolution.

Bien sûr, il ne s'agit que d'une seule expérience à ce stade, il en faudra d'autres pour confirmer la méthode et solidifier les résultats.

Mais deux spécialistes de l'évolution de l'Université de Californie à Irvine, dans un commentaire indépendant publié dans Science, estiment que la nouvelle méthodologie présentée jeudi «deviendra un outil important pour les futures études sur les préférences de partenaires».

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


L'Etna à nouveau en éruption
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Le Kenya inaugure le plus grand parc éolien d'Afrique
L'Autorité de la Grande Barrière de corail veut des mesures contre le changement climatique
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
En réduisant dès maintenant sa pollution à l'ozone, la Chine pourrait sauver 330.000 vies d'ici 2050
Naissance en Normandie de bébés crocodiles d'une espèce menacée
Viande de chien: pro et anti manifestent en Corée du Sud
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une sonde indienne en route vers la Lune
L'escargot, une calamité devenue poule aux oeufs d'or en Thaïlande
Canicule: cinq gestes à faire pour éviter le coup de chaud
Allumer son smartphone en pleine nuit pour vérifier l'heure nuit-il au sommeil ?
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.068 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.