ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 26 Mars 2019

PLANETE - Publié le 12/01/2019 à 12:45


Le réchauffement des océans revu à la hausse


AFP

Depuis 2014, les experts climatiques étaient perplexes : la hausse de température mesurée des océans n'était pas aussi forte que ce que les modèles climatiques prédisaient. Les thermomètres avaient-ils faux ?

Une nouvelle étude parue jeudi dans la revue Science résout le problème et confirme que les modèles voyaient juste : au total, la température des océans, dans la couche de 2000 mètres sous la surface, a été revue à la hausse de façon importante pour la période 1971-2010 par rapport à un rapport scientifique de référence parrainé par l'ONU.

Ce nouveau travail combine quatre études scientifiques publiées depuis 2014 et qui concordent pour dire que les mesures anciennement utilisées n'étaient pas assez précises - et trop basses, in fine.

« Si vous voulez comprendre où se passe le réchauffement climatique, regardez dans nos océans », dit l'un des auteurs du résumé publié dans Science, Zeke Hausfather, de l'Université de Californie à Berkeley. « Le réchauffement océanique est un indicateur très important du changement climatique, et nous avons les preuves que ce réchauffement va plus vite que ce que nous pensions ».

Le chercheur parle d'« indicateur » car les océans absorbent l'excès de chaleur de l'atmosphère créé par les rejets de gaz à effet de serre. Le réchauffement de l'eau agit comme un signal confirmant la vitesse du changement climatique, explique-t-il.

Selon lui, 2018 sera « très probablement l'année la plus chaude jamais enregistrée dans les océans, comme 2017 et 2016 auparavant ».

Alors que le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) estimait en 2014 que le « contenu thermique des océans », l'unité utilisée pour ces mesures, était entre 0,20 et 0,32 watts par mètre carré pour la période 1971-2010, les quatre nouvelles études convergent autour d'un chiffre supérieur, entre 0,36 à 0,39 - et 0,55 à 0,68 pour la période la plus récente, à partir des années 1990.

L'imprécision des mesures passées s'explique par le matériel alors utilisé. Il s'agissait de sortes de thermomètres en forme de torpilles, des bathythermographes, plongeant sous l'eau et reliés par un câble à un navire. Ils ne remontaient pas à la surface et ne duraient pas longtemps.

Depuis le début des années 2000, 3900 balises « Argo » flottantes et plongeantes réparties sur le globe fournissent des données bien plus complètes sur les 2000 premiers mètres, transmises par satellites avec une fréquence incomparable.

Les nouvelles estimations « semblent résoudre de nombreux problèmes qui affectaient les anciennes mesures, et désormais elles semblent s'accorder plutôt bien aux modèles climatiques », conclut Zeke Hausfather.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les requins, une famille plus menacée que prévu
Chili: faire pousser des légumes dans le désert le plus aride du monde
Climat: les géants de l'énergie ont dépensé 1 milliard de dollars en lobbying depuis la COP21
Le plastique menace toute vie aux Galapagos
Bretagne: sous la mer, un patrimoine englouti à découvrir et valoriser
Maîtrise des quantités et réduction des emballages: le vrac a le vent en poupe
Un poisson-lune géant échoué au sud de l'Australie
Equateur: l'eau des volcans se raréfie, source d'angoisse pour les indiens
Au Chili, un lac rayé de la carte par la sécheresse
Plus de 1100 dauphins échoués sur la côte atlantique française depuis janvier
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Rare découverte d'une épave de navire viking en Norvège
Huit Français sur dix pour une répartition régulée des médecins libéraux sur le territoire
Sept marques d’implants mammaires pourraient être interdites en France
Les petits-déjeuners en famille aideraient les enfants à mieux accepter leur corps
Une nouvelle étude montre les bienfaits de l'allaitement sur la santé cardiaque des mères
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
Dans la violente Ciudad Juarez, réhydrater des cadavres pour les identifier
Une technique de poterie millénaire remise au goût du jour contre le gaspillage de l'eau
En Saône-et-Loire, une usine change les déchets en biogaz
Qu'est-ce que tu veux pour Noël? Un test ADN!
L'UE sans plastiques à usage unique en 2021
Voix éraillée, robe balafrée: en France, un centre de soins pour cloches blessées
Indonésie: l'incroyable odyssée d'un enfant handicapé pour aller à l'école
En Chine, le marsouin du Yangtsé en survie précaire hors du fleuve
Nos choix de carrière influencent notre personnalité
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.053 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.