ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 24 Juillet 2019

SANTE - Publié le 12/01/2019 à 13:05


La maladie d'Alzheimer peut être dépistée en analysant la qualité du sommeil d'une personne



Des chercheurs de l'Université de Washington à Saint Louis aux Etats-Unis ont découvert que les personnes âgées qui avaient un sommeil moins profond présentaient un niveau plus élevé de protéine "tau", présente en quantité importante chez les personnes atteintes d'Alzheimer.

Les changements cérébraux qui conduisent à la maladie d'Alzheimer se développent lentement et de manière peu visible et silencieuse. La maladie peut apparaître 20 ans avant qu'une personne déclare des signes visibles. Une fois la maladie installée, des noeuds de tau apparaissent, s'en suit alors une atrophie des zones cérébrales clés.

Une nouvelle étude, publiée dans Science translational medicine" suggère qu'une mauvaise qualité de sommeil à un âge avancé pourrait être un signal d'alarme concernant la détérioration de l'état de santé du cerveau.

Pour parvenir à de tels résultats, les chercheurs ont étudié 119 personnes âgées de 60 ans et plus. 80% d'entre elles présentaient une santé cognitive dite normale, les 20% restants étaient très légèrement atteints par la maladie d'Alzheimer.

Les participants ont reçu un moniteur portable qu'ils devaient fixer à leur front tous les soirs, afin que les chercheurs analysent les ondes cérébrales durant leur sommeil. En parallèle les participants devaient tenir un journal où ils notaient leur état de fatigue, les siestes qu'ils faisaient, et leurs heures de sommeil.

Les chercheurs ont également mesuré le taux de protéine tau et de protéine "béta amyloïde" dans le cerveau. 38 participants ont subi une scintigraphie cérébrale pour rechercher les deux protéines, et 104 personnes ont subi une ponction lombaire.

Les scientifiques se sont aperçus après comparaison des résultats de l'étude que la diminution du sommeil à ondes lentes coïncidait avec des niveaux plus élevés de tau et de béta amyloïde.

L'étude suggère que c'est la qualité de sommeil et pas la quantité de sommeil qui impacte sur le taux de tau dans le cerveau. Plusieurs participants dormaient davantage la nuit et faisaient des siestes le jour, mais avaient un sommeil de moins bonne qualité, donc une présence accrue de protéine tau dans le cerveau.

Ces résultats révèlent que la maladie d'Alzheimer peut être dépistée suffisamment à l'avance en surveillant la qualité du sommeil d'une personne.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Canicule: cinq gestes à faire pour éviter le coup de chaud
Un usage abusif des réseaux sociaux et de la télévision pourrait favoriser la dépression chez les ados
Journée mondiale de la malbouffe : comment déjouer le piège d'une consommation excessive ?
Trop de sucres dans la nourriture pour bébé, prévient l'OMS
Être stigmatisé dès le plus jeune âge à cause de son poids laisse des séquelles
La couverture vaccinale dans le monde stagne dangereusement selon l'ONU
AVC : une prise en charge plus rapide pourrait améliorer la condition d'un millier de patients chaque année
VIH : un manque d'empathie de la part du corps médical peut pousser le patient à arrêter son traitement
Don du sang: la période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois
Davantage de légumineuses, mais aussi de viande consommées dans le monde d'ici 10 ans
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une sonde indienne en route vers la Lune
L'escargot, une calamité devenue poule aux oeufs d'or en Thaïlande
Canicule: cinq gestes à faire pour éviter le coup de chaud
Allumer son smartphone en pleine nuit pour vérifier l'heure nuit-il au sommeil ?
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.070 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.