ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 24 Août 2019

SCIENCE - Publié le 16/01/2019 à 20:49


Se peindre des rayures blanches sur le corps protégerait des taons


AFP

Le zèbre a trouvé une astuce pour éloigner les taons: il s'est recouvert de rayures, une ruse qui fonctionnerait également chez l'homme, selon une étude publiée mercredi dans la revue Royal Society Open Science.

La robe rayée du zèbre fascine les scientifiques depuis plus d'un siècle et une multitude d'hypothèses ont été émises pour expliquer cette évolution de l'animal: mieux se fondre dans l'ombre de la savane et sa végétation, gêner les fauves en chasse, contrôler sa température...

Après avoir étudié différents cas de figure, des chercheurs américains avaient conclu en 2014 que si le zèbre s'est laissé pousser des rayures, c'est pour protéger son espèce des morsures de la mouche tsé-tsé et des taons.

Rebondissant sur cette découverte, Gabor Horvath, chercheur à l'université Eotvos Lorand de Budapest a émis l'hypothèse que les bandes blanches dont se recouvrent, à certaines occasions, des communautés de Nouvelle-Guinée, de Papouasie, d'Afrique ou d'Australie pourraient avoir un effet similaire.

Le chercheur et son équipe ont alors exposé aux insectes en quête de sang trois mannequins humains en plastique "visuellement équivalents à des modèles vivants": un brun foncé, un autre brun foncé mais avec des rayures blanches et un dernier beige claire.

Pour le chercheur, l'étude ne nécessitait pas d'exposer des hommes aux piqûres car "quand des taons choisissent leurs proies, les repères visuels sont les plus importants".

Après plusieurs semaines d'exposition,"notre modèle humain brun était dix fois plus attrayant pour les taons que le modèle brun à rayures blanches", explique à l'AFP le chercheur ajoutant que "le modèle beige, qui servait de témoin, attirait deux fois plus de taons que le modèle brun à rayures".

Cet effet "anti-taons" ne s'appliquerait pas uniquement aux bandes blanches mais à tout motif. Selon les chercheurs, ils diminuent en effet la polarisation de la lumière réfléchie par le corps humain, semblant moins "appétissant" aux taons. Du coup, plus le motif est fin et répétitif plus l'effet est indéniable.

Pour le chercheur, même si les populations adeptes du body painting ne le font pas pour se protéger des piqûres mais pour des raisons sociales et culturelles, il s'agit bien là d'"un exemple d'évolution comportementale et d'adaptation à l'environnement" car ces peintures permettent de diminuer le risque de transmission d'agents pathogènes et de maladies dangereuses.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


L'homme de Neandertal avait développé l'oreille du surfeur pour pêcher
Le squelette d'une mérovingienne mis au jour à Cahors
Kenya: sur les traces de Simbakubwa, dans le capharnaüm du musée de Nairobi
Nouvelle-Zélande : découverte des restes d'Hercule, un perroquet géant
Des chercheurs percent le secret des requins fluorescents
L'Égypte présente un sarcophage de Toutânkhamon en restauration
Égypte: ouverture au public de deux nouvelles pyramides
Le plus vieil Homo sapiens non africain a été retrouvé
Envie de musarder utile cet été ? Faites des sciences participatives
Une tête de Toutankhamon vendue à Londres malgré la colère de l'Égypte
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
De nouvelles photos de l'astéroïde Ryugu nous aident à comprendre la formation des planètes
Floride: un mal mystérieux fait tituber lynx et panthères
La Russie lance avec succès un robot humanoïde dans l’espace
Pour se ressourcer, des chercheurs préconisent des pauses sans téléphone
Microplastiques dans l'eau potable : risques encore faibles pour la santé
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.052 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.