ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 17 Fevrier 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 16/01/2019 à 20:51


Échec du lancement d'un satellite par l'Iran


AFP

L'Iran a échoué mardi à placer sur orbite un satellite lancé malgré les critiques des États-Unis, a indiqué à la télévision d'État le ministre des Télécommunications.

"Le lancement ce matin (mardi) du satellite Payam par la fusée Safir (BIEN Safir) a réussi. Mais, malheureusement, le satellite n'a pas pu être placé sur orbite lors de la dernière phase", a déclaré Mohammad Javad Azari-Jahromi.

Payam et la fusée porteuse ont passé avec succès les deux premières phases, mais le satellite n'a pu atteindre "la vitesse nécessaire" quand il s'est détaché de la fusée durant la troisième, a-t-il précisé.

Le satellite devait graviter autour de la Terre à environ 600 km d'altitude, avait indiqué lundi la TV d'Etat.

Mercredi dernier, le ministre des Télécommunications avait déclaré que le satellite "Payam" et un deuxième, appelé "Doosti", avaient été testés avec succès.

Le satellite "Doosti", en orbite à 250 km d'altitude, sera chargé de la même mission que "Payam", avec un accent mis sur l'agriculture, avait précisé le ministre, cité par l'agence Tasnim.

Les deux satellites ont été fabriqués à l'Université de Technologie Amirkabir de Téhéran, a souligné lundi le président Hassan Rohani, affirmant qu'ils avaient pour mission de collecter des informations sur le changement environnemental en Iran.

"Nous allons prouver au monde que nous sommes un pays de science", a-t-il ajouté.

Israël, qui estime que le programme nucléaire et balistique de la République islamique représente pour lui une menace existentielle, a dénoncé mardi un acte d'agression".

"L'Iran ment tout le temps", a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu. "Il ment en ce moment même en prétendant lancer un innocent satellite alors qu'il cherche à atteindre le premier stade d'un missile intercontinental, en violation de tous les accords internationaux", a-t-il dit.

Mardi, le ministre iranien des Télécommunications a assuré que Téhéran comptait toujours placer le satellite "Doosti" en orbite, sans préciser la date du lancement.

- "Non-militaire" -

Les Etats-Unis ont appelé le 3 janvier l'Iran à renoncer à des tirs de fusées prévus dans le cadre de son programme spatial, évoquant une "provocation".

"De telles actions démontreraient une fois de plus que l'Iran défie la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui appelle le régime iranien à ne mener aucune activité liée à des missiles balistiques capables de transporter des armes nucléaires", avait déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

Cette résolution du Conseil de sécurité de l'ONU appelle l'Iran à "ne mener aucune activité liée aux missiles balistiques conçus pour pouvoir emporter des charges nucléaires, y compris les tirs recourant à la technologie des missiles balistiques".

Occidentaux et Iraniens interprètent différemment ce paragraphe. Pour Washington, il vaut interdiction des tirs de missiles balistiques et de fusées spatiales par l’Iran.

Sans aller jusque-là, la France et la Grande-Bretagne considèrent ces deux activités comme "non conformes" à la résolution 2231.

Affirmant n’avoir aucun projet de se doter de l’arme nucléaire, Téhéran assure de son côté que ses programmes balistiques et spatiaux sont licites. Il a de nouveau rejeté lundi les accusations selon lesquelles ses activités spatiales constituaient une violation de la résolution de l'ONU.

Washington a fait de l'Iran son ennemi numéro un et a adopté des sanctions économiques draconiennes après s'être retiré en 2018 de l'accord sur le nucléaire iranien jugé trop laxiste par le président Donald Trump.

"Le satellite fait partie d'un projet civil aux objectifs purement scientifiques. L'Iran n'attendra la permission d'aucun pays pour conduire de tels projets scientifiques", a de son côté commenté Bahram Ghassemi, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, selon l'agence Isna.

Depuis 2009, l’Iran a lancé plusieurs satellites de fabrication nationale, s’attirant à chaque fois la condamnation des Occidentaux.

La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
Mort du robot martien Opportunity 2004-2018
Le milliardaire Richard Branson prévoit son propre voyage spatial d'ici juillet
La sonde Hayabusa2 doit toucher le sol d'un astéroïde le 22 février
Le test de SpaceX pour le transport d'astronautes reporté
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
La Terre reçoit de plus en plus d'astéroïdes
Les anneaux de Saturne sont tout jeunes
Objectif Lune: l'Europe veut étudier la possibilité d'une mission avant 2025
L'astronaute Thomas Pesquet doit revoler "très bientôt
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Everest: la Chine interdit aux touristes son camp de base au Tibet
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
Découverte de la chambre funéraire d'un noble inca au Pérou
Maladies chroniques : et si on prescrivait des activités physiques sur ordonnance ?
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.038 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.