ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 17 Juillet 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 22/01/2019 à 14:49


Japon: un satellite lanceur de météorites en orbite pour un spectacle spatial inédit


AFP

Une petite fusée japonaise a placé vendredi en orbite sept minisatellites, dont un destiné à créer une pluie artificielle de météorites, sorte de feu d'artifice spatial.

L'idée de ce spectacle céleste inédit revient à une jeune société basée à Tokyo qui a mis au point le dispositif.

L'engin, qu'a largué dans l'univers interstellaire le petit lanceur Epsilon-4, doit libérer 400 minuscules boules qui brilleront lorsqu'elles traverseront l'atmosphère en début d'année prochaine au-dessus de Hiroshima.  

La fusée, qui a décollé vendredi matin du centre spatial d'Uchinoura, embarquait un total de sept ultra-petits satellites démonstrateurs de diverses technologies « innovantes », selon Nobuyoshi Fujimoto, porte-parole de l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale (Jaxa).  

Les engins ont bien été placés en orbite comme prévu, un succès non négligeable pour Epsilon.  

« J'étais trop émue, sans mot », a déclaré à l'agence de presse japonaise Jiji Lena Okajima, présidente de la firme ALE, à l'origine du projet d'averses de fausses météorites, qui sera répété 20 à 30 fois.

Le satellite d'ALE, en orbite à 500 kilomètres au-dessus de la Terre, descendra progressivement à 400 kilomètres au cours de la prochaine année. Un autre est censé le rejoindre dans quelques mois.

ALE voudrait faire rêver « le monde entier » avec « ses étoiles filantes sur commande » éjectées au bon endroit, à la bonne vitesse et dans la bonne direction, selon un procédé technique gardé bien secret.

Les étoiles (de diverses couleurs) devraient briller pendant plusieurs secondes avant d'être complètement consumées. Si tout se passe bien et que le ciel est dégagé, l'événement de 2020 pourrait être visible par des millions de personnes, y compris dans des zones urbaines distantes et à forte pollution lumineuse comme Tokyo, selon la firme.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


À 82 ans, Sue Finley, codeuse à la NASA, vise toujours les étoiles
Objectif Lune pour une sonde indienne
La machine qui a aidé les hommes à arriver sur la Lune
Des centaines d'objets archéologiques sur la Lune: faut-il les protéger?
Un drone sur Titan en 2034, la mission d'une vie
Test réussi par la Nasa de l'interruption d'urgence du lancement d'astronautes
Spectaculaire éclipse totale de soleil au-dessus du Chili
Les mystérieuses flatuosités de méthane de Mars
Découverte de l'origine très, très lointaine d'un sursaut radio rapide
La NASA va envoyer un drone sur Titan, plus grande lune de Saturne
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Australie : des plongeurs au secours d'une raie manta
Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.059 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.