ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 24 Août 2019

RECHERCHE - Publié le 22/01/2019 à 14:53


Adopter un mode de vie similaire à celui des chasseurs cueilleurs permettrait de rester en bonne santé


AFP

Si vous aviez prévu de perdre du poids en faisant de l'exercice cette année, c'est peine perdu. Des chercheurs de l'université de Duke ont étudié le peuple Hadza en Tanzanie et ont découvert que l'exercice n'était pas le meilleur des outils pour mincir.

Le peuple Hadza en Tanzanie est une population de chasseurs-cueilleurs dont la façon de vivre se rapproche énormément de celle des hommes du paléolithique.

Professeur d'anthropologie de l'évolution à l'université de Duke en Caroline du Nord aux Etats-Unis, à l'origine de cette étude, Herman Pontzer a étudié la santé et la physiologie de ce peuple durant une période de 10 ans environ.

Chaque jour, le peuple Hadza marche entre 4 et 7 kilomètres, chasse le gibier, récolte le miel, cueille des baies, recherche des tubercules, part en quête d'eau ou de bois pour se chauffer. "Les Hadza sont plus actifs en une journée qu'un Américain classique en une semaine", explique Pontzer.

Selon lui, le peuple Hadza jouit d'une excellente santé. L'obésité, les maladies cardiaques et le diabète sont extrêmement rares. La tension artérielle n'augmente pas avec l'âge, tout comme le tour de taille.

Le professeur et son équipe ont pourtant découvert, après analyse des urines de 46 hommes et femmes du peuple Hadza, que le nombre de calories qu'ils brûlaient par jour était le même que celui des américains : 2500 calories pour les hommes et 1900 pour les femmes.

Pontzer est arrivé à la conclusion que le corps humain s'adapte à l'activité physique en économisant des calories sur d'autres processus physiologiques afin de contrôler la dépense énergétique totale. L'activité physique ne permettrait donc pas de perdre des calories, mais de garder une bonne santé. De nombreuses études ont montré que l'exercice réduisait le risque de cancer, de maladies cardiaques et de démence, il soulage par ailleurs du stress et améliore le sommeil.

Les données de la présente étude suggèrent que le surpoids est plutôt dû à la gourmandise qu'à la paresse, comme l'explique Herman Spontzer, c'est-à-dire que le fait manger trop fait prendre du poids, plutôt que le fait de bouger moins.

Herman Pontzer ne valorise pas pour autant le régime "paléo" très en vogue actuellement. Pour lui, la façon dont on considère l'alimentation des hommes du paléolithique dans le régime paléo est biaisée. L'anthropologue explique que la plupart des régimes des chasseurs-cueilleurs ne sont pas aussi riches en chair animale, et pauvre en glucide que le prétend ce régime.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Pour se ressourcer, des chercheurs préconisent des pauses sans téléphone
Cancer du poumon : des chercheurs ont identifié deux voies distinctes de propagation
Deux traitements prometteurs contre le virus Ebola
Prescrire trop d'antibiotiques aux enfants pourrait leur faire plus de mal que de bien
Des scientifiques produisent une vodka de Tchernobyl non radioactive
Les lunettes de soleil à verres jaunes ne protégeraient pas les conducteurs nocturnes
Chez les filles, la puberté précoce favoriserait l'apparition des migraines
Offrir une large variété d'aliments type snacking aux enfants les incite à manger davantage
Prendre un bain chaud environ 90 minutes avant le coucher aiderait à mieux dormir
Une simple mèche de cheveux pour déceler la dépression chez les adolescents
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
De nouvelles photos de l'astéroïde Ryugu nous aident à comprendre la formation des planètes
Floride: un mal mystérieux fait tituber lynx et panthères
La Russie lance avec succès un robot humanoïde dans l’espace
Pour se ressourcer, des chercheurs préconisent des pauses sans téléphone
Microplastiques dans l'eau potable : risques encore faibles pour la santé
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.039 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.