ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 22 Avril 2019

SANTE - Publié le 24/01/2019 à 17:31


Papillomavirus: la vaccination des garçons à l'étude, réponse cette année


AFP

Faut-il vacciner les garçons contre les papillomavirus, virus sexuellement transmissibles qui causent certains cancers? La Haute autorité de santé (HAS) planche sur la question et rendra son avis dans le courant de l'année, a indiqué mardi la ministre de la Santé.

"J'ai saisi la HAS l'été dernier", a déclaré Agnès Buzyn lors de ses voeux à la presse, en ajoutant que l'instance devrait "rendre son avis sur l'opportunité d'étendre la vaccination aux garçons en 2019".

"A titre personnel, je suis favorable à la vaccination des garçons", a indiqué Mme Buzyn, en soulignant toutefois qu'elle "suivrait l'avis de la HAS".

Actuellement, le vaccin contre les papillomavirus humains (HPV) est recommandé en France pour toutes les filles entre 11 et 14 ans (avec rattrapage éventuel entre 15 et 19 ans), mais pas pour les garçons. Il l'est cependant pour les hommes de moins de 26 ans ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes.

Les HPV peuvent être à l'origine du cancer du col de l'utérus, raison pour laquelle il est recommandé pour les filles.

Mais ils peuvent également être à l'origine du cancer de l'anus et de cancers ORL. C'est pourquoi la vaccination, qui "est bénéfique pour les filles, l'est aussi pour les garçons", a estimé Mme Buzyn.

En 2016, en effet, une étude américaine avait montré que les hommes étaient deux fois plus touchés que les femmes par le cancer de la gorge et de la bouche lié à une infection par un papillomavirus à la suite de rapports sexuels bucco-génitaux.

En France, la couverture vaccinale chez les filles est jugée insuffisante, à moins de 20%, alors que l'objectif fixé par le Plan cancer 2014-2019 est de 60%.

En Australie, où la vaccination anti-HPV est recommandée pour les garçons, "il y a eu une baisse drastique de la circulation" de ces virus, selon Mme Buzyn.

Par ailleurs, le programme national de dépistage du cancer du col de l'utérus, qui figurait dans le Plan cancer, vient d'être lancé par les autorités sanitaires. Il s'adresse "aux 17 millions de femmes âgées de 25 à 65 ans" et vise à "réduire de 30% l'incidence et la mortalité par cancer du col de l'utérus à 10 ans", selon l'Institut national du cancer (INCa).

Le but est de toucher les 40% des femmes qui ne participent pas au dépistage. Elle recevront par courrier une invitation à réaliser l'examen, avec une relance 12 mois plus tard si cela n'a pas été fait.

Le dépistage repose sur l'analyse de cellules prélevées au niveau du col de l'utérus lors d'un examen appelé frottis.

Selon l'INCa, "3.000 cas de cancers invasifs du col de l'utérus" sont détectés chaque année en France et "1.100 patientes en décèdent".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Respirer des odeurs agréables peut aider à arrêter de fumer
La bande dessinée, une méthode insolite pour préparer les patients à une intervention médicale
Dîner juste avant de dormir et sauter le petit-déjeuner : dangereux pour le coeur ?
Faut-il sourire pour être heureux ?
Certains mythes sur le sommeil peuvent mettre votre santé en danger
Pour sa santé et la vôtre, évitez de laisser sortir votre chat
Pourquoi faisons-nous des cauchemars ?
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
Première greffe d'utérus en France
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Des archéologues ajoutent l'urine à leur boîte à outils
Argentine: découverte d'un cimetière de dinosaures datant de 220 millions d'années
L'un des plus grands mammifères terrestres découvert au Kenya
Le plus gros perroquet du monde profite du réchauffement climatique
Vivre comme sur Mars? Une base ouvre dans le désert chinois
 LES PLUS LUS 
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Le petit-déjeuner ne favoriserait pas forcément la perte de poids
L'image que l'on a de son corps peut dépendre de l'entourage
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Le désert médical, un mal dont souffrent les Français des villes moyennes
Ouganda: saisie d'ivoire et d'écailles de pangolin, deux Vietnamiens arrêtés
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.034 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.