ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 22 Avril 2019

PLANETE - Publié le 24/01/2019 à 18:01


Hong Kong ne protège pas les animaux sauvages de la contrebande


AFP

Les autorités hongkongaises doivent en faire davantage pour lutter contre le trafic d'animaux sauvages, ont déclaré lundi des associations de défense de l'environnement, dénonçant le rôle "disproportionné" joué en la matière par l'ancienne colonie britannique.

Hong Kong est un territoire relativement petit mais représente environ un cinquième des saisies mondiales d'ivoire réalisées ces 10 dernières années, et près de la moitié celles de pangolins, selon une étude du Hong Kong Wildlife Trade Working Group (HKWTWG), coalition d'associations hongkongaises.

Mais la contrebande d'espèces sauvages n'est pas réprimée par la législation contre le crime organisé, qui vise le trafic de drogue ou les triades. Les amendes infligées aux quelques contrebandiers qui se font arrêter sont rarement très élevées.

"Les effectifs et les enquêtes de la police en matière de criminalité liée aux espèces sauvages sont insuffisants", a expliqué Amanda Whitfort, professeur à la Faculté de droit de Hong Kong, l'une des auteurs du rapport. "La loi hongkongaise ne juge pas que le trafic d'animaux sauvages relève de la grande criminalité".

Pour leur rapport, l'une des analyses les plus précises sur la contrebande d'animaux dans la ville revenue en 1997 dans le giron chinois, les chercheurs ont analysé 379 saisies au travers des poursuites judiciaires initiées par le gouvernement, de procès, d'informations de presse et d'études d'ONG entre janvier 2013 et décembre 2017.

Depuis 2013, sur la base des saisies d'organes des trois principales espèces concernées, les chercheurs considèrent que 3.000 éléphants, 65.000 pangolins et 51 rhinocéros ont été tués par les trafiquants.

Mais les chiffres réels d'animaux trafiqués pourraient être entre cinq et dix fois supérieurs à celui des saisies, préviennent les auteurs de l'étude.

Hong Kong a longtemps joué le rôle de sas d'entrée pour la Chine continentale où la demande en organes d'espèces en danger est énorme.

Selon les douanes hongkongaises, le trafic a augmenté de 1.600% en valeur ces dix dernières années. Le nombre d'espèces en danger victimes de contrebande a grimpé de 57%.

Ces cinq dernières années, les trafiquants ont été condamnés à des peines allant de travaux d'intérêt général à huit mois de prison et à des amendes entre 1.500 et 180.000 dollars de Hong Kong (168 à 20.000 euros), ce qui est bien inférieur aux sanctions prévues.

Fin 2017, la Chine a interdit les ventes d'ivoire, Hong Kong décidant un an plus tard de les abolir progressivement jusqu'en 2021. Hong Kong a récemment durci les peines encourues pour contrebande d'animaux sauvages à 10 ans de prison et 10 millions de dollars hongkongais d'amende.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le plus gros perroquet du monde profite du réchauffement climatique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Des résidus radioactifs dans les glaciers
Fourrure: la Norvège va interdire les élevages d'ici 2025
Dans l'est du Tchad, une eau rare livrée par des colporteurs
Ecologique et esthétique, la renaissance de la pierre sèche
Tri des déchets: le gouvernement pointe du doigt des fast-foods en retard
Thaïlande: replanter la mangrove contre l'érosion et pour sauver un temple
L'Italie propose d'interdire l'abattage des loups
L'Indonésie veut fermer l'île de Komodo pour protéger les dragons
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Des archéologues ajoutent l'urine à leur boîte à outils
Argentine: découverte d'un cimetière de dinosaures datant de 220 millions d'années
L'un des plus grands mammifères terrestres découvert au Kenya
Le plus gros perroquet du monde profite du réchauffement climatique
Vivre comme sur Mars? Une base ouvre dans le désert chinois
 LES PLUS LUS 
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Le petit-déjeuner ne favoriserait pas forcément la perte de poids
L'image que l'on a de son corps peut dépendre de l'entourage
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Le désert médical, un mal dont souffrent les Français des villes moyennes
Ouganda: saisie d'ivoire et d'écailles de pangolin, deux Vietnamiens arrêtés
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.044 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.