ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 24 Août 2019

SANTE - Publié le 28/01/2019 à 13:19


Les personnes minces seraient dotées d'un avantage génétique pour garder la ligne



Une vaste étude britannique a montré que les personnes minces pouvaient disposer d'un avantage sur les autres du fait de prédispositions génétiques.

Afin de savoir pourquoi certaines personnes semblaient avoir plus de facilité à garder un poids normal, des chercheurs de l'Université de Cambridge et du Conseil Européen de Recherches, ont mis au point une étude sur les sujets minces (Study Into Lean and Thin Subjects -STILTS), en recrutant des adultes britanniques de 18 à 65 ans, bien portants et minces (et sans troubles de l'alimentation).

On demanda aux participants de fournir des échantillons de salive pour analyser leur ADN et de répondre à des questions concernant leur santé et leurs habitudes de vie.

Les scientifiques ont ensuite travaillé avec le Wellcome Sanger Institute pour comparer l'ADN d'environ 14.000 adultes au total, comprenant 1.622 volontaires minces émanant de l'étude STILTS, 1.985 personnes gravement obèses et 10.433 sujets de poids normal.

Leurs résultats, repris par la revue PLOS Genetics, ont montré que 74% de la cohorte STILTS avait des antécédents familiaux de minceur et de bonne santé.

En plus de trouver des variantes génétiques dont le rôle par rapport à l'obésité avait déjà été identifié, les chercheurs ont aussi trouvé de nouvelles données génétiques liées à l'obésité sévère et à la minceur saine.

Pour voir l'impact de ces gènes sur le poids, les scientifiques ont ajouté les contributions des différentes variantes génétiques pour calculer un score de risque génétique.

Les résultats ont montré que les personnes minces enregistraient un score de risque génétique bien plus bas, ce qui signifiait qu'elles avaient moins de variantes génétiques pouvant augmenter les chances de souffrir de surpoids.

"Comme nous l'avions anticipé, nous avons trouvé que les personnes obèses avaient un score de risque génétique plus élevé que les personnes de poids normal, ce qui contribue à leur risque d'être en surpoids. Les dés génétiques jouent en leur défaveur", a ajouté le Dr. Inês Barroso du Wellcome Sanger Institute.

"Ces recherches montrent pour la première fois que les personnes minces et saines sont généralement minces parce qu'elles disposent d'un fardeau plus léger de gènes qui augmentent les risques de surpoids et pas parce que ces personnes sont moralement supérieures", a commenté l'auteur Sadaf Farooqi. "Il est facile de juger hâtivement et de critiquer le poids des personnes, mais la science montre que les choses sont bien plus complexes. Nous disposons d'un contrôle plus limité sur notre poids que ce que nous aimerions."

De précédentes recherches menées sur des jumeaux avaient montré que le poids corporel était largement influencé par nos gènes. Des scientifiques avaient découvert des centaines de gènes qui augmentaient les risques de surpoids, et chez certaines personnes, les gènes en question pouvaient causer une obésité sévère dès le plus jeune âge.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une multi-pilule réduirait le risque d'accidents cardiovasculaires
Une étude relie un excès de temps passé devant l'écran à un risque de surpoids chez les enfants
L'âge de la puberté, un indicateur de la future densité osseuse ?
Une étude montre que la combinaison cannabis-opiacés est associée à des taux élevés d'anxiété
Mort subite du nourrisson: des médecins strasbourgeois travaillent à un dépistage de bébés à risque
Respirer un air pollué serait aussi nocif pour les poumons que fumer un paquet de cigarettes par jour
Trop de café pourrait favoriser l'apparition des migraines
Stopper le tabac et surveiller son cholestérol réduirait les risques de démence
Un traitement antibactérien déjà disponible sur le marché pourrait aider à lutter contre le virus Ebola
Ils réussissent à imprimer des parties fonctionnelles du coeur
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
De nouvelles photos de l'astéroïde Ryugu nous aident à comprendre la formation des planètes
Floride: un mal mystérieux fait tituber lynx et panthères
La Russie lance avec succès un robot humanoïde dans l’espace
Pour se ressourcer, des chercheurs préconisent des pauses sans téléphone
Microplastiques dans l'eau potable : risques encore faibles pour la santé
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.095 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.