ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 17 Fevrier 2019

SANTE - Publié le 28/01/2019 à 13:19


Les personnes minces seraient dotées d'un avantage génétique pour garder la ligne



Une vaste étude britannique a montré que les personnes minces pouvaient disposer d'un avantage sur les autres du fait de prédispositions génétiques.

Afin de savoir pourquoi certaines personnes semblaient avoir plus de facilité à garder un poids normal, des chercheurs de l'Université de Cambridge et du Conseil Européen de Recherches, ont mis au point une étude sur les sujets minces (Study Into Lean and Thin Subjects -STILTS), en recrutant des adultes britanniques de 18 à 65 ans, bien portants et minces (et sans troubles de l'alimentation).

On demanda aux participants de fournir des échantillons de salive pour analyser leur ADN et de répondre à des questions concernant leur santé et leurs habitudes de vie.

Les scientifiques ont ensuite travaillé avec le Wellcome Sanger Institute pour comparer l'ADN d'environ 14.000 adultes au total, comprenant 1.622 volontaires minces émanant de l'étude STILTS, 1.985 personnes gravement obèses et 10.433 sujets de poids normal.

Leurs résultats, repris par la revue PLOS Genetics, ont montré que 74% de la cohorte STILTS avait des antécédents familiaux de minceur et de bonne santé.

En plus de trouver des variantes génétiques dont le rôle par rapport à l'obésité avait déjà été identifié, les chercheurs ont aussi trouvé de nouvelles données génétiques liées à l'obésité sévère et à la minceur saine.

Pour voir l'impact de ces gènes sur le poids, les scientifiques ont ajouté les contributions des différentes variantes génétiques pour calculer un score de risque génétique.

Les résultats ont montré que les personnes minces enregistraient un score de risque génétique bien plus bas, ce qui signifiait qu'elles avaient moins de variantes génétiques pouvant augmenter les chances de souffrir de surpoids.

"Comme nous l'avions anticipé, nous avons trouvé que les personnes obèses avaient un score de risque génétique plus élevé que les personnes de poids normal, ce qui contribue à leur risque d'être en surpoids. Les dés génétiques jouent en leur défaveur", a ajouté le Dr. Inês Barroso du Wellcome Sanger Institute.

"Ces recherches montrent pour la première fois que les personnes minces et saines sont généralement minces parce qu'elles disposent d'un fardeau plus léger de gènes qui augmentent les risques de surpoids et pas parce que ces personnes sont moralement supérieures", a commenté l'auteur Sadaf Farooqi. "Il est facile de juger hâtivement et de critiquer le poids des personnes, mais la science montre que les choses sont bien plus complexes. Nous disposons d'un contrôle plus limité sur notre poids que ce que nous aimerions."

De précédentes recherches menées sur des jumeaux avaient montré que le poids corporel était largement influencé par nos gènes. Des scientifiques avaient découvert des centaines de gènes qui augmentaient les risques de surpoids, et chez certaines personnes, les gènes en question pouvaient causer une obésité sévère dès le plus jeune âge.

Maladies chroniques : et si on prescrivait des activités physiques sur ordonnance ?
Le fractionné serait encore plus efficace pour maigrir que l'entraînement continu d'intensité modérée
Le pari du détatouage sans douleur
Les internes de médecine générale font trop d'heures à l’hôpital
L'OMS cible le volume audio des smartphones et MP3
Les Français mangent de la viande en moyenne 3,4 fois par semaine
L'épidémie de grippe a déjà fait 1.800 morts cet hiver
Le sport a un impact positif sur la santé des enfants traités pour des cancers
Un adolescent obèse augmenterait son risque futur d'inaptitude au travail
Les Français consomment de moins en moins de vin
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Everest: la Chine interdit aux touristes son camp de base au Tibet
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
Découverte de la chambre funéraire d'un noble inca au Pérou
Maladies chroniques : et si on prescrivait des activités physiques sur ordonnance ?
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.026 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.